L'acte chamanique de « Lamayòt et Le Magicien » de Burton Chenet

Publié le 2019-12-09 | Le Nouvelliste

            Selon Emmanuel Kant, le but de l’art n'est pas de défendre une cause extérieure à lui. Au contraire, il a sa fin en soi et est libre de toute considération d’usage ou d’intérêt. « L’art doit procurer un plaisir désintéressé ». Sans oublier les écrits de Platon pour chasser l'artiste de la société pour son statut subversif. Faisant fi de ces approches philosophiques, Burton Chenet rentre la politique dans son art et comme quoi, son art prend une vocation sociale. Burton construit des figures mythologiques pour parler de la politique. Il fait appel, selon Zila Bernd, « au récit merveilleux qui est le vêtement dans lequel certains peuples enferment leur sagesse et leur connaissance de la vie » où la qualité du réel est perdue pour faire place à celle de l'esthétique politique.

            Ces deux tableaux relevant une dimension politique ne font que mimer la crise. Autrement dit, elles consistent à apporter une jouissance passagère dans une formule d’espérance. D’ailleurs, Burton n’est-il pas le chamane qui inspire pragmatiquement de cette situation et prétend la résoudre par la plastique ?  Celui qui s'y adonne à la contemplation de ces œuvres trouve la satisfaction pour surmonter la crise. En réalité, après la contemplation ou le mime, il y a la vie réelle à affronter puisque la situation du pays ne change pas pour autant.  Même si devant l'œuvre de Burton, le regardeur croit avoir justice puisque celle-ci montre ce qu'il a voulu voir ou  vivre pour une  pure jouissance consommatoire. Il vit son en nociation...

            C'est-à-dire «l'art se désymbolise et ne fait plus faire l'expérience que de son pouvoir magique, d'attraction ou de répulsion affective », dira Jacques Poulain, et Burton par la prosopopée visuelle projette des sons dans ce qu'il voit pour faire parler les choses ou le monde au gré de l'organe de la distance. En ce sens Burton Chenet, en tant que chamane fait oublier passagèrement la situation politique et demain, tout est à refaire. Telle est la dimension chamanique de ses œuvres. Comme il a été question de la société primitive pour mettre sur place l'institution nutritionnelle par l'art rupestre ou pariétal pour mimer l'animal à chasser, à consommer pour éviter l'homophagie, c'est ainsi l'œuvre du peintre tend à orienter le regard des contemplateurs sur celui qui est responsable de leurs maux. Son art  sert à diffuser, à représenter ou mimer cette pratique des politiciens et Burton ne fait que transférer la réalité plastiquement pour adoucir l'effet de la crise. Cette dimension de la conscience magique  transfère la réalité à la figuration dans un geste que mon ennemi est déjà mort même s’il ne l’est pas parce que l’on a pu transférer, épingler une poupée fait à son effigie. 

            L’art remplace la réalité pour l’expérimentation de la jouissance esthétique tout en prétend être autonome et indépendante de la réalite qu’elle mime. Il faut croire que, selon Jacques Poulain, « c’est cette dimension de jugement et de transcendence apte à faire sortir l’homme et l’art de même vers la réalité et à faire devenir leur propre réalité ». En d'autres termes la magie de l'art, dans la conscience chamanique, présuppose que Burton qui opère l’acte magique soit d’une certaine façon l’incarnation de l’entente secrète du monde et de l’être humain en  utilisant l’ordre du monde à ses fins. Cela se présente lorsqu’on a des problèmes qui semblent échapper à la puissance de la parole et on crée pour combattre ce hiatus. Cette tentative de Burton Chenet prétend résoudre la crise ou fait table rase à cette culture de corruption ne fait que détourner le regard des contemplateurs du réel dans leur état de faiblesse pour refouler la réalité tout en favorisant l'effet sublimatoire. Le mime est passager.  L'effet chamanique n'est pas répété. Cette figuration conçoit par Burton comme chamane pour mimer la crise, ne peut tenir longtemps. Elle est ponctuelle. Son geste plastique sert tout simplement à guérir les contemplateurs, de les sortir de leur enfermement ou encore de leur déni éphémère et montrer l'état du dialogue social.

            Burton est le chamane qui prétend apporter une solution aux crises par son programme pictural pour une démarche gratifiante en activant les membres sensori-moteurs et d'action comme c'est le cas des produits a base ascétiques. C'est une forme de dérivative pour soulager les maux de la population mais qui n'apporte rien de concret. À chaque mime artistique, demain est toujours à refaire; il faut confronter la vie réelle. Burton se décharge lui-même et la société se décharge en lui.

Orso Antonio DORELUS orsodoranto@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".