Le Bel-Air et nous…

Publié le 2019-11-08 | Le Nouvelliste

Ces derniers jours, des familles du Bel-Air et des quartiers avoisinants ont dû se réfugier dans des stations-service ou sur des places publiques pour échapper à la fureur des bandits armés. La seule faute commise par ces familles est celle d’habiter des quartiers populaires où des chefs de gangs font la loi. Quand ils le souhaitent. 15 personnes sont mortes et plusieurs autres blessées dans les attaques armées, selon un bilan du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). 21 maisons et 11 véhicules ont aussi été incendiés. Le nommé Jimmy Chérizier, alias « Barbecue », est pointé du doigt dans ces attaques. Son nom avait déjà été cité dans le massacre de La Saline. Ici, les suspects, supportés par des gros bras politiques, sont rarement inquiétés. Ce ne sont pas les autorités judiciaires qui diront le contraire.

Bien avant ces attaques au Bel-Air, il y a eu les morts de Grand-Ravine, de La Saline, de Village-de-Dieu. Il y a évidemment ceux dont on ne parle pas. Des morts parfois que l’on côtoie au centre-ville, sur les immondices et un peu partout. Les morts de tous les jours, les morts invisibles. Comme le décès rapporté au journal d’une femme enceinte aux Cayes. Elle s'en est allée à bord de l’ambulance qui la transportait à l’hôpital. Des protestataires ont catégoriquement interdit le passage à l’ambulance. Des infirmières qui accompagnaient la victime ont tout tenté, mais en vain. La femme est morte, ainsi que les deux enfants qu’elle portait. Si elle avait eu le choix, cette femme n'aurait pas choisi un tel destin. Elle aurait refusé cette mort cruelle. Des cas similaires existent sûrement. On va déplorer, personne ne sera puni, la vie continue.

Si les bandits armés accordent aujourd’hui le privilège à la population de franchir des quartiers dits de non-droit, l’insécurité n’a pas pour autant enlevé ses griffes. Les armes et les munitions sont toujours là, les bandits toujours libres de leur mouvement. La roue tourne. D’un quartier à un autre. Aux yeux des autorités qui ont failli à leur mission depuis belle lurette, mais qui continuent de jouir de tous les privilèges et qui sont payées pour un travail qu’elles ne font pas, qu’elles n’ont nullement l’intention de faire.

Combien de morts les autorités portent-elles sur leurs bras dans ce capharnaüm de décès par balle au quotidien ? Combien faut-il encore de massacres pour que les autorités prennent leurs responsabilités ?

On ne choisit pas sa mort, les massacres, oui.

Valéry Daudier

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".