Pouvoir et opposition ne franchissez pas la ligne rouge

Publié le 2019-11-07 | Le Nouvelliste

La situation sociopolitique en Haïti s’est considérablement dégradée ces derniers jours. Dommage qu’il n’y a pas d’institutions spécialisées dans le pays qui disposent des capacités nécessaires pour réaliser des études afin de déterminer le nombre de gens qui sont morts dans les centres hospitaliers, dans leur demeure ou dans les rues à cause de cette situation de blocage systématique du pays. Nous n’avons pas non plus la capacité de faire des projections relatives aux conséquences socioéconomiques de cette dégradation sur le court, moyen et long terme. La seule certitude que nous avons, c’est que notre pays va mal. La radicalisation des positions de nos leaders nous enfoncent dans la merde jusqu’au coup.

D’une part, le président Jovenel Moïse s’accroche à son pouvoir ; d’autre part l’opposition et d’autres secteurs de la société insistent pour obtenir sa démission. Dans l’entretemps, le peuple végète dans la misère. Le président Moïse est comparable à un homme qui détient entre ses mains un diamant rare de la taille d’un caillou, convoité par tous, son mandat. Celui-ci a la même valeur d’une pierre précieuse. Jusqu’où ceux qui convoitent une pierre précieuse sont-ils prêts à aller pour l’obtenir ?

Dans la vie réelle, les gens, massacres, tuent, détruisent des vies et des biens pour l’or et le diamant. Ils vont jusqu’à réduire leurs semblables en esclave dans les mines aurifères et diamantifères. Nous l’avons vu en Afrique notamment dans les pays comme la Sierra Leone ou l’Angola. Le commerce des pierres précieuses a emporté beaucoup de vies. Le réalisateur Edward Zwick a produit un film « Blood Diamond, le diamant de sang » pour dénoncer cette cruelle réalité. La lutte que mène l’opposition pour obtenir la démission du président commence à frôler la démence. Elle exaspère les deux parties. Le chef de l’Etat ne parvient pas à convaincre l’opposition d’accepter le dialogue, l’opposition ne réussit pas à fléchir le chef de l’Etat pour qu’il démissionne. Les nerfs commencent à chauffer.

Cette situation ressemble à la trame du film « La rançon » de Ron Howard, avec Mel Gibson, René Russo, Gary Sinise. Le film relate l’histoire d’un milliardaire dont la vie a basculé quand son fils a été enlevé. Les ravisseurs produisent une demande de rançon. Le milliardaire Tom Mullen incarné par Mel Gibson, accepte de payer la rançon, mais quand il soupçonne que les ravisseurs ne lui rendront pas son fils vivant, il convoque la presse, étale devant lui la somme exigée par les ravisseurs et met leur tête à prix jusqu’à ce que son fils lui soit rendu. Du côté des ravisseurs, c’est la panique, il ne s’attendait pas à ce refus catégorique du milliardaire de payer la rançon ni à cette stratégie peu conventionnelle. Or, plus le temps passe, plus la chance de réussir le coup est mince. La méfiance s’installe chez les ravisseurs qui sont divisés sur la stratégie à adopter. Ils sont partagés à l’idée d’abandonner l’initiative, de tuer l’enfant ou de le mutiler pour forcer le père à s’exécuter.

Au final, la division entre les ravisseurs les porte à s’entretuer et le père retrouve son fils sain et sauf. Transposer sur le terrain de la réalité haïtienne, d’un point de vue psychologique le temps finira par épuiser les deux protagonistes de la crise. L’erreur que peut commettre un homme qui possède une pierre précieuse et qui n’a pas l’intention de la vendre est de se la faire voler par inadvertance ; ou du moins il baisse la garde alors il se fait assassiner et son assassin s’empare de la fameuse pierre. De l’autre côté, celui qui convoite la pierre peut lui aussi commettre des erreurs. Il peut pécher par excès de convoitise ; il peut faire un coup manqué qu’il paie de sa vie ou à force de tentative infructueuse, épuisé par le temps il finit par abandonner. Toutefois, la situation haïtienne a une particularité. Il s’agit de la ligne rouge à ne pas franchir car elle peut entrainer des conséquences néfastes pour les deux camps.

Or, on ne fait pas une guerre pour que d’autres récoltent la palme de la victoire tout comme on ne la gagne pas pour ne pas pouvoir jouir de son butin. Pourtant, c’est ce qui arrive quand on franchit la ligne rouge. Nous avons dans notre histoire récente pas mal d’exemples de batailles dont les victoires ont été profitables à ceux qui n’ont pas combattus. Prenons garde que l’histoire ne se répète pas.

Dr. Ricardo Augustin

Juriste – Politologue

Tél. : 3193-9045

Email : ricky_august@yahoo.fr

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".