L’économie haïtienne souffre d’une crise de confiance

« Pas d’économie sans confiance »

Publié le 2019-11-05 | Le Nouvelliste

Pour répéter les mots de l’économiste français Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes « le monde est devenu très inégalitaire, […], il est donc indispensable de remettre de la confiance au cœur du système. Cela passe par un travail sur les valeurs car, sans conviction éthique ancrée, rien de solide ne pourra être (re)construit. Il est primordial de « renouer avec la confiance ». En effet, la notion de confiance relève de plusieurs champs théoriques et recouvre plusieurs dimensions de la vie sociale. En terme général, la confiance est un état d’esprit, un facteur incontournable pour créer la stabilité et l’envie de fonctionnement entre les acteurs, qu’ils soient internes ou externes. Malgré des grandes discussions et analyses de certains grands auteurs, la notion de confiance prête à confusion. Les psychologues et sociologues ont essentiellement traité la confiance au niveau individuel et dans les relations interpersonnelles. En économie, elle apparaît à partir des questionnements sur les conditions de coordination et les problèmes que soulèvent les comportements et les interactions des agents économiques sur le marché. En portant un regard sur l’économie haïtienne, il est possible de constater un sentiment de peur de coopération entre les acteurs qui explique les blocages du pays aujourd’hui, en ces temps de marasme économique. A ce point, une question de confiance est posée dans l’économie haïtienne.

Il est clair que nous sommes à l’ère de la florescence du capitalisme. Nous vivons dans un monde qui place de plus en plus la richesse au premier rang ; un monde dans lequel les plus forts et les plus intelligents ou les plus malins se hissent au sommet. Seuls les plus rusés seront sauvés, dit-on. À l’heure actuelle dans notre pays, les abus de confiance sont de tous genres. L’escroquerie, la corruption, les diffamations sont les maitres mots de notre réalité ou du système en général. C’est bien évidemment parce qu’il y a « rupture de confiance » qui entraine ces dérives, et qui entrave la bonne marche de l’écosystème économique. Le bon fonctionnement d’une économie ne dépend pas seulement de l’échange optimal de biens et services, mais aussi sur la confiance. L’efficacité du marché repose largement sur la confiance mutuelle. Cette dernière est le fondement de tout échange, qu’il soit économique ou autre, car elle donne aux relations humaines une importance non négligeable. Les acteurs doivent surmonter leurs méfiances même s’ils ne se connaissent pas.

L’un des plus grands problèmes quand il n’y a pas de confiance, les agents économiques (les ménages mais aussi les entreprises) consomment beaucoup moins. Ils ne font qu’épargner pour s’assurer contre les coups durs, ce qui entraine une diminution de la consommation courante tandis que l’épargne augmente. L’épargne n’est donc pas bénéfique pour l’économie si elle n’est pas utilisée pour être investie. On ne peut pas faire quel que soit l’échange dans la peur d’autrui, et sans qu’il y ait de la confiance en la valeur de ce que l’on reçoit en retour.

Prenons le cas du géant Apple. Cette entreprise ne fait que vendre de la confiance. À chaque sortie de ses nouveaux produits, elle fait une explosion mondiale. Apple utilise cette confiance pour créer son image de marque et elle s’installe dans la tête des consommateurs. Elle a bâti cette confiance dans le temps, accompagnée de très bonnes stratégies d’attraction et de fidélisation. Cependant en Haïti, la Digicel et la Natcom sont deux entreprises phares qui finiront par disparaitre un jour car nous pouvons remarquer la méfiance totale de la population envers ces compagnies parce qu’elles offrent de service exécrable. L’image de la Digicel et la Natcom aux yeux de la population a pris un sacré coup. Nous n’avons pas de données concrètes pour prouver ce déficit de confiance aux yeux des consommateurs haïtiens, mais le constat peut être fait sans grand effort. Essayons d’aborder quelques consommateurs, vous trouverez la réponse à cette méfiance.  

Ces deux entreprises peuvent être disruptées par une compagnie qui offre un service de qualité à faible coût. Elles sont donc dans la nécessité d’adopter de stratégies innovantes pour reconstruire le marché. C’est leur position de duopole qui tient en leur faveur. Dirait-on, il s’agit d’un système financier capitaliste institutionnalisé à la tromperie organisée. L’échange ne se fait jamais comme elles vous l’ont montré. C’est un jeu opaque pour mieux tromper le client qui, lorsqu’il en prend conscience, ne peut plus avoir confiance. D’où la nécessité de l’intervention des associations de consommateurs.

Plus loin en Haïti, il y a toujours de la suspicion entre les entreprises et le fisc. Il n’y a presque pas d’informations disponibles pour faire tourner l’économie du fait que les entreprises ne se sentent pas en confiance pour publier certaines données. Sans données fiables, on ne peut pas avancer, voire prévoir le futur pour mieux se préparer. La majorité des entreprises haïtiennes, pour ne pas dire toutes, ne se sentent pas en confiance pour rendre public leurs données financières. Les entreprises ont peur du fisc et donnent de fausses informations, et le fisc de son côté ne fait pas de confiance aux entreprises. L’insécurité généralisée dans le pays peut être une raison qui empêche surtout les petites et moyennes entreprises à divulguer des informations pour ne pas se faire rançonner. Donc, nous sommes dans un marasme le plus complexe, qu’il faut très vite remanier. C’est à l’État de mettre le ton et de changer ses mauvaises pratiques.

Sans confiance, c’est bien entendu tout l’écosystème économique qui est remis en cause. Un client qui n’a pas confiance, hésite à acheter. Un investisseur qui n’a pas confiance, ne finance pas. Un influenceur qui n’a pas confiance, ne soutient pas. "Plus forte que la peur, la confiance réciproque entre partenaires leur permet de partager de l'information, d'exploiter leurs compétences complémentaires afin de générer des profits supérieurs, de mieux servir les clients, de développer des solutions créatives pour répondre à leurs besoins, de s'adapter rapidement aux changements du marché et d'être plus flexibles", avance l’économiste Nirmalya Kumar, professeur de Marketing à Singapore Management University.

De plus, la confiance ne peut se construire sur la base d’une promesse ou d’un serment. Cela ne suffit pas à bâtir des liens de confiance assez solides pour fonder un système économique viable. C’est pourquoi, il est important d’avoir dans la société des institutions fortes soutenues par l’intervention de l’État. On fait généralement confiance à une institution sans y penser parce qu’elles font partie de notre vie quotidienne mais aussi parce qu’on sait qu’elles sont soutenues par des instances légales pour garantir le respect des règlementations dans le but d’assurer la stabilité. De même, une dérive d’une institution entrainera la méfiance qui créera la panique et même une crise. La confiance se développe à travers les expériences vécues entres les acteurs. Elle se détruit vite et se rétablit lentement.

La confiance joue un rôle fondamental dans le processus du développement économique. Elle favorise la coopération et la croissance. C’est évident ! Prenons le cas de Rwanda qui a fait un spectaculaire essor économique, un rebond incroyable vers le développement durant la fin du vingtième siècle. La confiance est bien sûr un pilier qui supporte le rebond de Rwanda pour bâtir son économie. Rwanda est arrivé à éliminer la corruption au sein de son administration en créant un système de confiance, ce qui lui a permis d’être le premier du classement mondial en termes de progrès de développement humain depuis 20 ans et le 7e du classement mondial de la meilleure gouvernance en 2015, selon le World Economic Forum. La confiance a créé une valeur ajoutée et permet à Rwanda d’attirer beaucoup d’investissement pour développer son potentiel. Sans aller plus loin, Rwanda reste un bon exemple pour tout autre pays voulant prendre la voie du progrès. En 1972, le prix Nobel d’économie Kenneth J. Arrow écrivait : «] … [on peut raisonnablement avancer qu’une grande part du retard économique constaté dans le monde peut s’expliquer par un manque de confiance mutuelle. »

En somme, il ne peut y avoir d’économie en bonne santé́ sans confiance entre les acteurs, ni sans des institutions solides qui favorisent cette confiance, un ingrédient important de la vie économique. Alors, que faire pour faire naitre la confiance ? Une des clés est d’agir très tôt. Nous devons nous pencher sur les problématiques de l’éducation. Il faut faire comprendre aux jeunes dès leur plus jeune âge l’importance de l’intégrité, la conscience et l’engagement collectif au sein d’une société, pour créer une nouvelle classe d’homme intègre et honnête. Cette réforme doit se faire par le changement de notre système éducatif qui permettra à la société d’exercer un contrôle sur les nouvelles générations. 

Aussi, nous devons nous accentuer sur le type d’institutions dont nous nous dotons collectivement. Non seulement, il nous faut des lois régissant la manière de faire les choses, de même nous devons utiliser l’innovation pour regagner la confiance. L’innovation aidera à la lutte contre la corruption qui est un fléau fondamental de notre société. Par conséquent, il nous faut de nouvelles méthodes adaptées à notre réalité quotidienne pouvant résister aux menaces des différentes formes de corruption qui entrainent la méfiance.  C’est pourquoi, il est essentiel à la fois de renforcer les capacités institutionnelles par l’établissement de bonnes conditions de transparence et d’accès à l’information au public ; l’utilisation des technologies pour renforcer la transparence et pour créer des audits afin de dénoncer les abus. Il est bon temps de repenser notre façon de faire la chose.

En conclusion, nous considérons la confiance comme un capital social. Un retour durable de la confiance aurait des effets positifs sur l’écosystème économique haïtien. C’est donc le socle de l’économie. Avec un regain de confiance, on peut compter sur une stabilité de l’environnement réglementaire et social pour construire une économie forte, car la confiance ramènera beaucoup plus de consommation et d'investissement dans l’économie pour le bien-être de tous les acteurs.

Vilrisson FONTIL

Etudiant en Master Economie et Management des Entreprises et des Organisations

Université Nice Sophia Antipolis (Cote d’Azur) / fontilvilrisson@gmail.com 

Notes bibliographiques, le 26 septembre 2019

https://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2011-2-page-9.htm

http://www.slate.fr/tribune/75842/confiance-economie

https://www.la-croix.com/Economie/France/Economie-confiance-couple-indissociable-2019-07-06-1201033720

http://archives.strategie.gouv.fr/cas/system/files/confiance_et_croissance_vlonguefinale.pdf

https://www.ibuka-france.org/rwanda-daujourdhui/

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".