Vivianne Roc et Thamarlie Joachin, les deux jeunes voix d’Haïti au Sommet Climat de l’ONU

Haïti était représenté au Sommet de la jeunesse pour le climat qui s’est tenu à New York le 21 septembre dernier par Vivianne Roc et Thamarlie Joachin, invitées toutes les deux à participer à cet événement mondial en compagnie d’un groupe de 100 jeunes venus du monde entier, dont la célèbre activiste suédoise de 16 ans Greta Thunberg. Retour sur cette expérience onusienne avec ces deux jeunes militantes haïtiennes déterminées à faire en sorte que les jeunes aient voix au chapitre désormais dans les prises de décisions.  

Publié le 2019-09-24 | lenouvelliste.com

Agées respectivement de 21 et 22 ans, Vivianne Roc et Thamarlie Joachin sont deux jeunes femmes haïtiennes engagées et militantes ayant pris conscience des défis inhérents aux changements climatiques et qui s’adonnent activement via leur association à la sensibilisation pour que l’intégration des jeunes soit prise en compte dans les stratégies de lutte contre les changements climatiques.

« Je m'emploie activement à faire en sorte que l'intégration des jeunes soit prise en compte dans la lutte pour la justice climatique, la santé pour tous et l’équité de genre dans mon pays qui, jusqu'à présent, ne donne pas aux jeunes la possibilité de s'impliquer réellement dans les prises de décisions », a fait savoir Thamarlie Joachin, contactée par le journal depuis New York où elle vient de participer au Sommet de la jeunesse pour le climat.

La jeune femme activiste de 22 ans est actuellement étudiante en quatrième année de médecine à l'Université d'État d'Haïti (UEH) et occupe le poste de directeur exécutif de la branche haïtienne du Caribbean Youth Environment Network, une organisation de jeunes œuvrant pour la protection de l’environnement tout en prônant l’autonomie des jeunes.

« Ma participation au Sommet de la jeunesse pour le climat et au Sommet Action Climat est une expérience d’une grande importance car premièrement, en Haïti nous avons besoin de prendre conscience des changements climatiques et comment ils nous affectent. Ensuite, tout le monde doit se préparer à y faire face, même les jeunes avant qu’il ne soit trop tard », a poursuivi Thamarlie Joachin.

Pour Vivianne Roc, étudiante en 3e année de pharmacie à la faculté de médecine et de pharmacie de l’UEH, ce tour à l’ONU est un événement extraordinaire qui n'a fait qu'augmenter sa détermination. « Cela montre que je ne suis pas seule ; il y a tous ces chefs d'État qui eux aussi ont pris conscience de l'urgence et qui veulent intervenir rapidement. J'ai pu rencontrer des jeunes comme moi  qui se battent pour la même cause et qui sont prêts à sacrifier, si je peux le dire, leur jeunesse pour une cause si juste », a affirmé la jeune activiste de 21 ans.

« Je rentre en Haïti avec un sac rempli d'idées tout en espérant que nos dirigeants pourront m'aider financièrement ou matériellement à les réaliser […] Il ne s'agit pas seulement de prononcer de belles paroles, mais il faut commencer à poser des actions », a poursuivi la présidente de Plurielles, une organisation dirigée par des jeunes, qui est versée dans la lutte contre les changements climatiques et l'implication des jeunes dans ce combat.

Toutes les deux, elles se disent conscientes que le gouvernement haïtien est très en retard en matière d’inclusion formelle des jeunes dans les prises de décisions sur les problèmes en rapport avec les changements climatiques. De retour au pays, elles s’engagent à informer la population de manière plus efficiente sur ce problème commun et à forcer le ministère responsable à agir pour plus d’impacts.

S’il s’agit de la première expérience à l'ONU de Vivianne Roc, Thamarlie Joachin en est à sa deuxième participation en tant que représentant de CYEN Haïti et a été sélectionnée dans un premier temps pour l’Abu Dhabi Climate Meeting en juin dernier qui était organisé en tant que rencontre préparatoire pour le Sommet de la jeunesse pour le climat et le Sommet Action Climat.

 « Arrêtez avec vos belles promesses, vos belles paroles, je suis jeune et je m’inquiète de mon avenir, de l'avenir de la planète !  Alors agissez, posez des actions concrètes car c'est de ça dont on a besoin », s’est écriée une Vivianne Roc super motivée, et qui trépigne d’impatience pour commencer à lutter contre le déboisement et la pollution plastique marine qu’elle identifie parmi les nombreux problèmes auxquels  Haïti fait face actuellement.



Réagir à cet article