A l'ombre de saint Antoine de Padoue, Toni Morrison et le réalisme magique

Publié le 2019-09-06 | Le Nouvelliste

La mort de la grande romancière noire américaine le 5 aout 2019 a créé une très forte émotion à travers le monde. De tous les continents les voix se sont élevées pour rendre hommage à l'auteur de "Beloved" et du "Chant de Salomon”. Une grande romancière est partie pour les Champs Elysées. La planète littéraire est en deuil. Tous  les lecteurs de Toni sont en deuil. Tous ceux qui s'intéressent aux problématiques post-modernes sont aussi en deuil. Car à travers son œuvre c'est toute la question de l'identité, de la race, du genre qui a été abordé. Son premier roman "  l'œil le plus bleu", elle l'a écrit à 38 ans.L'ambiguite et les questionnements qui caractérisent l'ensemble de son œuvre romanesque sont au cœur meme de sa vie car Toni n'est pas née Toni; elle l'est devenue a l'âge de 12 ans suite à sa conversion au catholicisme romain pour une raison ou une autre.

Toni Morrison est née Chloé Ardelia Wolford. Son nom de baptême à 12 ans était Anthony, un prénom adopté en l'honneur et par révérence à Saint Antoine de Padoue qui fut en quelque sorte son patron spirituel du temps de sa jeunesse si l'on peut s'exprimer ainsi. Comme ses amis et collègues prononçaient mal le nom du saint, son nouveau prénom a été transformé en "Toni" tout simplement.Lors de son mariage elle est devenue tout naturellement Toni Morrison. Voilà pour la petite histoire.Cela aurait pu faire l'objet d'un roman autobiographique, cette probable interaction, entre le saint catholique et la grande romancière américaine.

L'établissement d'une éventuelle relation entre le saint de Padoue et la romancière américaine peut paraître scandaleuse aux yeux de plus d'un mais c'est oublier trop rapidement qu'une partie de l'oeuvre de Toni Morrison baigne dans un certain réalisme magique proche de celui de Gabriel Garcia Marquez mais qui puise sa source surtout dans une certaine africanité et dans les dérives esclavagistes du sud des Etats-Unis au 19 eme siècle. Son cinquième roman "Beloved" est particulièrement emblématique de ce réalisme magique qui caractérise une certaine période des littératures latino-américaines et caribéennes. Dans ce roman Toni Morrisson fait la narration d'une famille noire américaine marquée dans son destin par l'esclavage qui sévissait aux Etats-Unis officiellement jusqu'à la fin de la guerre de sécession.On sait que cette grande guerre civile américaine avait pour objectif apparent de mettre fin à la société esclavagiste des plantations du sud-est des États-Unis.Mais en réalité il s'agissait surtout d'un vaste conflit militaire entre un nord dont le developpement est basé sur l'industrialisation et un sud dont le système de production et social est axé sur l'économie de plantation et l'esclavage des noirs.

C'est donc sur ce fond historique que se déroule le grand roman de Morrison. Dans ce roman paru en 1987 une esclave du nom de Sethe prend la fuite et tue sa fille en bas âge pour que celle-ci ne subisse elle aussi les effets effroyables et déshumanisants  du mode de production esclavagiste. Mais après bien des péripéties cet enfant revient plusieurs années plus tard sous la forme d'une jeune fille, d'un fantôme, dans la maison familiale de sa mère, maintenant mariée, pour lui demander des explications sur son geste mortel envers elle et en lui exigeant pardon et réparation. Mais après avoir obtenu le pardon de Sethe, le fantôme veut davantage de sa mère. Le roman se déroule dans une petite ville de l'Ohio, Bluestone Road. Le roman s'inspire également de faits réels et a valu à Toni Morrison le Prix Nobel de littérature.

Une histoire très incroyable si l'on peut dire mais qui se situe en droite ligne de la tradition littéraire du réalisme magique. Dans certaines de ses entrevues Toni Morrison a prétendu qu'elle n'était nullement influencée par la dite tradition. Mais les faits sont  là et bien têtus car certains de ses autres romans comme "Le chant de Salomon" ou "L'œil le plus bleu" eux aussi relèvent en partie de la grande tradition du réalisme magique. D'ailleurs Mme Morrison aurait dû savoir qu'on ne porte pas impunément par dévotion le nom du grand saint originaire de la ville de Padoue. Mais passons.

La grande Toni Morrison est morte et au-delà de ses romans immortels, elle restera toujours dans nos cœurs et nos esprits comme celle qui a toujours été du côté des faibles, des sans voix, de ceux que le destin semble avoir condamné pour toujours à mener une vie de misère sans espoirs de lendemains meilleurs. Elle était d'une certaine manière une icône au même titre qu'un Mandela mais une icône littéraire. Mais peut être qu'ici je me hasarde un peu car l'auteur de "Beloved" pensait que tout acte littéraire est aussi politique. Après tout la dénonciation fut-elle littéraire de toutes les avanies et de toutes les misères effectuées envers des êtres humains en raison de leur race, de leurs identités ou de leur sexe est bel et bien un acte politique. D'une certaine manière elle était aussi dans cette perspective une icône politique. C'est ce qui explique sans doute cette vaste émotion dans le monde à l'annonce de sa mort. En Haïti l'émotion était tout aussi profonde dans notre monde littéraire. Des voix prestigieuses se sont élevées pour lui rendre hommage. Mais à notre avis cela devrait aller au-delà de ces éloges et dans ce contexte nous suggérons mezza voce que le ministère de la culture saisisse l'occasion pour rebaptiser du nom de Toni Morrison une rue de Jacmel. Cette ville n'affiche-t-elle pas l'ambition d'être une grande ville culturelle d'Haiti. Une belle occasion de le prouver. Apres tous les romans de Toni bien qu'ils relèvent de la tradition anglo-saxonne auraient pu se dérouler en Haïti également tant par les thèmes évoqués que par ce réalisme magique et merveilleux dans lesquels ils baignent. Pour approfondir le sujet nous vous suggérons ces écrits critiques sur l'œuvre de cette écrivaine noire americaine qui a obtenu le Prix Nobel de littérature.

1- The modernist origins of magical réalism in Toni's Morrison's the Bluest Eye. Par Izumi Koizumi.

2- Le réalisme magique dans les romans de Toni Morrison.Par Pambi Pambo N'Diaye et Ange Gail.

Courriel: azad59_2009@yahoo.fr

Azad Belfort Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".