L’État haïtien devra pouvoir trouver localement les ressources pour financer son développement

C’est avec un grand plaisir que nous accueillons le Bulletin de la Chambre franco-haïtienne de commerce et d’industrie (CFHCI) du mois de juillet 2019. « Faisons le choix de la croissance » est le titre de ce Bulletin qui- à travers cet article- fait un coup d’œil panoramique sur la situation économique du pays et l’état de quasi-asséchement du trésor public et l’accumulation des déficits budgétaires qui deviennent un boulet pour le pays

Publié le 2019-08-13 | Le Nouvelliste

Depuis la fin de l’époque des fonds importants de PetroCaribe et la raréfaction des appuis budgétaires et aide-projet en provenance des pays amis et institutions internationales, le problème de la disponibilité des ressources financières publiques devient de plus en plus préoccupant. L’État haïtien accumule des déficits budgétaires record et se retrouve en difficulté pour faire face à ses obligations. Chaque fin de mois, l’approvisionnement du pays en carburant et le payroll de la fonction publique donnent des maux de tête aux plus hautes autorités. La précarité en termes de moyens de financement est à un point critique. Depuis le deuxième trimestre de l’année en cours, les investissements publics sont pratiquement inexistants par manque de fonds. D’un autre côté, les dettes de l’État s’accumulent chaque jour.

Les recettes publiques fiscales et non fiscales sont donc très en-dessous des prévisions et du potentiel réel du pays. L’État n’a toujours pas développé les capacités pour collecter mieux pour ainsi réduire les manques à gagner, l’évasion fiscale et la contrebande qui font perdre à l’économie nationale des dizaines de milliards de gourdes de recettes. La frontière poreuse avec la République dominicaine en est la preuve. Pourtant l’économie haïtienne, même avec son niveau actuel, a la capacité de générer des recettes longtemps plus élevées pour le trésor public. Ce budget national qu’on élabore chaque année qui ne dépasse pas 1,5 milliard de dollars américains pourrait être bien le double, voire le triple en termes de moyens potentiels. Ce qui ferait réduire le niveau de dépendance par rapport au financement externe du budget d’investissement de l’État et qui donnerait du levier pour la réalisation des objectifs sociaux et économiques du pays.

Cela ne fait aucun doute, sans les ressources adéquates, le pays ne pourra pas développer des projets d’envergure et générateurs d’emplois au profit de sa population. Contrairement à l’idée que le développement économique doit être nécessairement financé par des fonds étrangers, prétextant que le pays ne peut pas mobiliser le niveau de ressources nécessaires, il est clair qu’il y a dans ce pays un potentiel non exploité qui peut être converti en disponibilité financières importantes pour amorcer les grands chantiers de développement. Ainsi, les investissements étrangers et appuis budgétaires pourraient venir en renfort.

Malheureusement, la mauvaise qualité des institutions locales, le manque de volonté politique et la complicité des parlementaires et certains groupes du secteur privé des affaires font pérenniser un système corrompu et impuni qui ne fait qu’affaiblir et appauvrir l’État. Les ressources de l’État seraient beaucoup plus importantes si les douanes faisaient leur travail de contrôle et de perception systématique sans aucune influence politique. Les revenus de l’État seraient plus considérables si la DGI avait les moyens, l’indépendance et la volonté de collecter les taxes comme cela se doit. Les fonds publics seraient beaucoup plus substantiels si on n’était pas en face d’une économie dominée par le secteur informel au détriment du secteur formel et si les entreprises publiques (OAVCT, AAN, APN, ONA, etc.) avaient une gestion saine et efficace.

Tout ceci explique la position d’Haïti parmi les pays ayant les plus faibles niveaux de pression fiscale dans la région de l’Amérique Latine et Caraïbes. Il devient donc impérieux d’une part de réaliser l’inventaire du potentiel de ressources publiques (fiscales et non fiscales) mais d’autre part d’arriver à de meilleurs mécanismes pour une collecte et une utilisation plus rationnelles des ressources de l’État au profit du développement économique et de l’amélioration des conditions de vie des familles.

Climat politique, performance des secteurs d’activité économique et perspectives

L’IHSI a publié au début du mois de juillet l'Indice global de l'indicateur conjoncturel d'activité́ économique (ICAE-HAITI, base 100 en 2007-2008) pour le deuxième trimestre de l'exercice fiscal 2018-2019 (janvier - mars) qui a indiqué clairement un résultat négatif de l'ICAE résultant du comportement différencié́ des trois principaux secteurs de l'économie. Le secteur secondaire a légèrement crû, tandis que les secteurs primaire et tertiaire ont plutôt connu une tendance baissière. En termes cumulatifs, d'octobre 2018 à mars 2019, l'ICAE-Haïti a chuté́ de 0,3 %. De manière plus spécifique, certains secteurs ont eu une performance positive quoique faible comme les activités de fabrication (0,45 %), les Mines et Carrières (0,01 %), la Construction (0,11 %). De l’autre côté, un résultat négatif a été enregistré dans les secteurs comme Agriculture (-0.33 %), le Commerce (-1,36 %), Hôtels et Restaurants (-0,04 %), Services Financiers (-0,03 %) et Transports et Communications (-0,10 %).

Plus récemment, la BRH a publié à la fin du mois de juillet 2019 la note sur la politique monétaire qui présente l’état des lieux de l’économie haïtienne au troisième trimestre. Selon cette note, l’activité́ économique au cours du 3e trimestre a pâti de la dégradation du climat des affaires provoquée par les troubles sociopolitiques à répétition. De plus, la situation d’insécurité́ et les tensions socio-politiques ont, durant plusieurs jours au cours des mois de février et de juin, conduit à la paralysie quasi totale des activités économiques dans plusieurs villes du pays. Cette situation, selon la note de la BRH, a eu des impacts négatifs importants sur les investissements en général et le secteur touristique en particulier, en termes de réduction des flux de devises, du taux d’occupation des hôtels et du nombre d’emplois dans le secteur.

Parallèlement, en ce qui concerne les prix dans l’économie, la BRH a noté l’impact négatif des tensions socio-politiques sur l’approvisionnement des marchés, qui font augmenter les pressions inflationnistes, lesquelles ont été́ amplifiées par la dépréciation de la gourde par rapport au dollar américain. Ainsi, le taux d’inflation annuel s’est établi à 18,6 % au mois de juin.

En ce qui concerne le secteur externe, les données disponibles pour le troisième trimestre 2019 indiquent une amélioration du solde commercial et de l’accroissement des transferts reçus de l’étranger. En effet, au cours des six premiers mois de l’exercice, le déficit commercial s’est chiffré à 1,59 milliard de dollars américains, ce qui représente une baisse de 7,3 % par rapport à la même période de l’exercice antérieur. Cette baisse du déficit commercial est due à l’effet combiné d’une baisse des importations (-2,21%) et d’une hausse des exportations (15,7%) en variation trimestrielle.

La CFHCI interpelle les acteurs politiques à faire le dépassement pour ainsi libérer l’économie haïtienne qui est prisonnière des pratiques politiques de mauvaise gouvernance qui alimentent les tensions et les incertitudes.

é

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".