Hôpital sanatorium: un centre de référence face aux séquelles du tremblement de terre

Le sanatorium est un hôpital mal nommé qui, en plus de la tuberculose, assure la prise en charge des pathologies pulmonaires. Cet hôpital universitaire est l'unique centre de référence du pays dans le domaine de la pneumologie. Ce centre hospitalo-universitaire assure non seulement la formation des spécialistes en pneumologie, mais elle reçoit aussi les cas les plus difficiles en pneumologie des différents hôpitaux du pays. Cependant, depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010, le sanatorium est en attente d'un miracle pour reprendre sa vitesse de croisière.

Publié le 2019-08-13 | Le Nouvelliste

Le sanatorium offre un éventail de services qui souffrent de deux grands maux. « Les gens ne connaissent pas vraiment le sanatorium quand ils ont un problème pulmonaire comme une pneumonie. Par exemple, ils vont vers d'autres hôpitaux qui ensuite les réfèrent à sanatorium », explique le Dr Jean Ardouin Esther Louis-Charles, directeur médical de ce centre hospitalo-universitaire.

À ce problème s'ajoutent les préjugés de la société haïtienne. "Certains parents vont jusqu'à empêcher leurs enfants de venir ici pour les stages et l'internat", se rappelle le Dr Jean Ardouin Esther Louis-Charles.

Il en est de même de certaines personnes qui pensent qu'elles peuvent attraper la tuberculose si elles se rendent au sanatorium pour une consultation de routine.

L'air souriant, le Dr Louis-Charles souligne que le sanatorium est composé de spécialistes qui ont un savoir-faire énorme et une grande expérience dans la prise en charge des différentes pathologies.

« Les patients tuberculeux sont dans un étage et les autres patients dans un autre. Toutes les mesures ont été prises pour éviter la transmission des germes d'un étage à l'autre », rassure le directeur médical du centre.

Le sanatorium est doté d'un laboratoire qui réalise les examens de routine gratuitement, la consultation générale coûte 50 gourdes et l'hospitalisation 1000 gourdes, quelle qu'en soit la durée. 

L'hôpital est ouvert 24h/24 et 7j/7 avec un appareil de radiologie à la disposition de tous les patients. La thoracentèse, notamment (retire dlo nan poumon) se fait à 1000 gourdes alors que ça peut coûter jusqu'à 50 000 gourdes ailleurs.

Inutile de dire que les patients tuberculeux reçoivent leurs médicaments gratuitement, avance Dr Louis-Charles.

Là où le bât blesse c'est quand on évalue les travaux qui restent à faire afin que le sanatorium puisse jouer véritablement son rôle. À ce niveau, il suffit de comparer le sanatorium avant et après le tremblement de terre pour constater le fossé. « Depuis le tremblement de terre, comme pour beaucoup d'autres institutions publiques, nous faisons face à un problème d'espace. Nous arrivons à placer les patients contagieux dans des étages différents du bâtiment principal, mais nous aurions dû les mettre dans des bâtiments différents. Le problème d'espace pose également un problème dans la formation de nos spécialistes en pneumologie qui sont actuellement mal logés », élabore Dr Louis-Charles, professeur de sémiologie à la Faculté de médecine de l'UEH.

Avant le séisme du 12 janvier 2010, il y avait des salles d'opération, notamment pour la chirurgie thoracique afin de mieux prendre en charge les patients qui nécessitent une intervention chirurgicale. 9 ans après, force est de constater que le sanatorium ne peut plus offrir ce service car la salle d'opération se trouve dans un piteux état. 

Des promesses, et plus rien. Le sanatorium souffre de la faible part du budget national accordée à la santé. Son ministère de tutelle ne peut pas soutenir le sanatorium à la hauteur de sa dimension dans la société. 

Le sanatorium, s'il était dans les conditions optimales, pourrait aider le pays à faire un bond en avant dans la prise en charge de certaines maladies, dont la pneumonie, l'asthme, entre autres.

S'il faut reconnaître qu'il y a des efforts qui ont été déployés pour donner un soin standard notamment avec la spirométrie, le geneXpert et la fibroscopie qui remplissent des fonctions capitales dans le fonctionnement de l'hôpital, il reste pas mal de choses à faire pour adapter ce centre hospitalo-universitaire aux nouvelles technologies. « L'un de mes plus grands rêves est de doter le sanatorium d'un appareil pour faire des échographies thoraciques ainsi qu'un scanner. Ces obstacles sont surmontables, il suffit que les acteurs accordent un peu d'importance à l'hôpital », souhaite le directeur médical.

Aujourd'hui, l'une des barrières qui empêchent le traitement des patients tuberculeux est la multirésistance. Certains patients sont résistants aux médicaments donnés dans le cadre du traitement de la tuberculose. Les personnes qui présentent la « multirésistance » nécessitent des médicaments qui coûtent très cher et pour lesquels les bailleurs sont beaucoup plus exigeants en ce qui a trait aux patients enrôlés et le rapport détaillé des activités. 

Actuellement, le sanatorium ne peut pas prendre en charge ces patients multirésistants, relate le Dr Louis-Charles,  mais pour les patients qui ne sont pas résistants, les rapports sont acheminés régulièrement aux bailleurs de fonds internationaux et au ministère de la Santé publique et la Population. 

En attendant que le sanatorium prend en charge ces patients multirésistants, le Dr Jean Ardouin Esther Louis-Charles souhaite s'affranchir des séquelles du séisme du 12 janvier 2010 et mettre le sanatorium à la dimension d'un véritable hôpital universitaire.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".