Mon métier, mon avenir

Publié le 2019-08-05 | Le Nouvelliste

Ruben SANON

Selon un proverbe juif « Celui qui ne donne pas de métier à son fils lui donne le métier de voleur ». Fin de citation !  C’est tout à fait logique, car lorsqu’on n’enseigne pas à son enfant un métier qui lui permettra d’être autonome financièrement pour pouvoir gagner sa vie, il finira d’une manière ou d’autre, par voler pour subvenir à ses besoins.

Ceci est tellement vrai, depuis l’époque antique l’obligation était faite aux parents d’enseigner à leurs enfants mâles un métier. A titre d’exemple, dans la Bible, Joseph avait enseigné à Jésus de Nazareth, son fils, le métier de charpentier. Sans oublier, les disciples de Jésus, outre la prédication de l’Évangile, eux aussi avaient chacun un métier. Jusqu’à présent, chez nous, surtout en milieu rural certains enfants héritent la même profession que leur père. La raison, avoir un métier c’est préparer son avenir. Par contre, il y a bon nombre de personnes qui apprennent un métier pour faire passer du temps autrement dit ‘‘pour le plaisir.

Réfléchissant un peu sur le cas de certains jeunes qui se laissent succomber dans l’oisiveté faute d’occupation et deviennent pour la plupart des dérobeurs, des violeurs, des tueurs, etc. par conséquent, ils  empruntent un chemin qui conduit à la mort. Selon l’une des lois de cette vie, on récolte toujours ce qu’on a semé, soit en bien ou en mal et cette règle n’a point d’exception. En effet, pour venir en aide à ces jeunes qui agissent comme bon leur semble, l’État doit les doter d’un métier et ensuite les accompagner, aux fins qu’ils puissent gagner dignement leur vie. En tant qu’éclaireur de la conscience collective, nous  ne cessons pas de poser de multiples questions à savoir:

Quelle est l’origine du phénomène de gangstérisation en Haïti ? Ne sommes-nous pas tous coupables ?  

Pourquoi le ministère de la Justice et de la sécurité publique ne ferait pas appel au secteur de la formation professionnelle pour l’enseignement de certaines filières techniques dans les prisons?

Quel rôle pourrait jouer le secteur protestant haïtien dans la réinsertion des jeunes en milieu carcéral ?

Quand est-ce que les responsables dudit secteur s’élèveront enfin de leur léthargie incessante ?

Pourquoi les hommes d’église ne présentent pas à l’Etat un plan d’évangélisation réel dans le milieu carcéral dans le but d’inculquer de bonnes notions aux incarcérés ?

Et, Pourquoi l’État haïtien prend toujours le titre de pompier dans ses actions ?

Jusqu’à présent on attend, et on attend toujours des réponses !

En termes de proposition, il serait nécessaire de doter aux détenus un métier pouvant faciliter leur réintégration ou du moins leur réinsertion dans la société après avoir purgé leur peine. De ce fait, le ministère de la Justice pourrait faire appel à l’Institut national de Formation professionnelle (INFP) pour la réalisation de ce travail. En ce sens, cette nouvelle orientation pourrait leur offrir un avenir meilleur.  

En ce qui concerne les enfants des rues, l’État agit en pompier, puisqu’il ne les encadre pas en amont et ceci comme il devrait. Donc,  quand ces derniers commettent un forfait, l’État les met aux arrêts etc. et dans la majorité des cas, dehors, les enfants des rues n’étaient que des apprentis mais fort souvent  en prison ils sont devenus de véritables criminels. Parce qu’en Haïti, les autorités judiciaires mettent l’accent sur la peine infamante et afflictive, négligeant ainsi l’aspect (réinsertion) qui est tout simplement galvaudé.

En résumé, tous les métiers, qu’ils soient manuels, intellectuels, professions dites libérales ou du moins les activités professionnelles permettent aux techniciens de gagner leur vie avec dignité. À ce stade, l’Etat doit prendre ses responsabilités en dotant le pays d’une loi faisant obligation aux écoliers d’avoir au moins un métier manuel bien avant de terminer leurs études classiques. Mais surtout, encadrer les techniciens évoluant déjà sur le marché du travail. Enfin, protéger les investisseurs haïtiens ainsi que leur investissement contre toute sorte de fripières (pèpè) venant de l’extérieur.  Ne serait-ce pas justice ? L’avenir dira le reste !

Ruben Sanon, Ing.

sanonruben@yahoo.com

509 3846-7208

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".