Femmes dans le compas : quelle réalisation ?

Le 26 juillet 2019 passé, les amoureux du compas célébraient ses 64 années d’existence grâce à cette icône de la musique haïtienne, Nemours Jean-Baptiste. Plus d’un demi-siècle d’histoire où maintes musiciennes et chanteuses ont apporté leur contribution à la splendeur du compas.

Publié le 2019-08-05 | Le Nouvelliste

Nous vivons actuellement dans un monde où les problématiques sur la question du genre et la place de la femme dans diverses activités échauffent les esprits. Certains diront que c’est la problématique du siècle. En marge de la célébration des 64 années du compas, le 26 juillet 2019, la question sur les apports des femmes dans ce milieu se pose. Nous pourrions dresser une longue liste pour répondre à cette question en commençant par ces étoiles : Lumane Casimir, Martha Jean-Claude, Toto Bissainthe, Magguy Forest, Émeline Michel, Yole Dérose, Nicolina Ferrentino, Misty Jean, et tant d’autres.

Des chanteuses et instrumentistes évoluant en solo, il y en a eu de nombreuses, au contraire des bandes composées uniquement de femmes. Le groupe de femmes qui a tracé la route et qui vient aux lèvres des connaisseurs est sans doute « Riské ». Cependant, elles ne furent pas les premières. « Top girls », un groupe monté en 1970 par Ulrick Pierre-Louis, chef d’orchestre et membre fondateur de l’orchestre Septentrional, fut les pionnières dans la musique compas en Haïti. Formé au Cap-Haitien, ce groupe, composé de femmes, a chanté la forme la plus ancienne du compas, la meringue. Malheureusement, elles n’ont pas tenu longtemps, elles n'ont laissé qu’une musique comme héritage. C’est au début des années 90, à l’initiative de Sandra Jean, maestro de la bande, que « Riské » a vu le jour. Elles ont produit plusieurs albums, dont « Krik krak » et « Alfabè ». Ce dernier fut leur légende avec des titres comme « Madam Marie », « Zanmi » et « Vanité », qui ont fait fureur.

Après « Riské », l’expérience d’une formation musicale uniquement composée de femmes n’a pas été tentée pendant de nombreuses années. C’est lorsqu’Haïti a changé de siècle, soit en 2013, que nous voyons l’arrivée de « Konpa O Feminin ». Son initiateur, Clifford Sylvain, a appelé la crème de la crème des femmes composant l’industrie de la musique haïtienne de cette époque à s’associer dans ce projet. Nous citons, entre autres Mercédès Brunache, Martine Marseille, Princesse Georgy, Antonella Clishea, Sherley Desgrottes, Violène Dazme, Fabi Moto. L’objectif était de célébrer les femmes haïtiennes dans la musique, tout en présentant des modèles qui peuvent inspirer la jeune génération. Malencontreusement, ce projet n’a pas fait long feu et ils n’ont produit qu’un CD.

La tentative de « Konpa O Feminin » semble avoir porté ses fruits, car, un an plus tard, soit en 2014, Artiz a pris naissance. Sa mère, Emmanuella Michel, voulait proposer aux mélomanes quelque chose d’inédit. Ce groupe est composé de Joleine Axide, Emmanuella Michel, Marie Muracula Fénélus, Yoldie Nelson, Sathiana St-Come et Sandra Saint-Fleurant. Elles chantent leur vécu, l’amour, la violence sur les femmes, les maux sociaux et politiques qu’endure leur pays. Seulement, ces femmes chantent rarement le compas, elles n’ont pas encore d’album et se sont établies actuellement à Montréal.

Avec ces belles années pour les femmes artistes en Haïti, la musique a continué de les attirer dans ses bras. Et quatre ans plus tard, soit en 2018, Siromiel est venu au monde. Contrairement à Artiz, elles évoluent en Haïti, chantent le compas et en ont fait leur spécialité. L’idée de cette nouvelle formation musicale a germé dans la tête de Choute Sergina Honoré et de Samora Julmisse, camarades de l’École nationale des arts (ENARTS). Des instrumentistes et chanteuses hors pair à l’instar de Ericka Julie Jean-Louis, Keema Myrlande Louis, Choute Sergina, Fredy Joseph, Adjamile Marcelin, Aurore Nicole Jeune et Samora Julmisse forment ce nouveau-né de la musique du terroir. De même qu’Artiz, cette bande travaille présentement sur leur premier album.

Hervia Dorsinville

Hervia Dorsinville Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".