La résolution créant le BINUH, la nouvelle mission politique spéciale de l'ONU en Haïti

Les Nations unies implanteront le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH) dans le prolongement de la MINUSTAH et la MINUJUSTH. Créé par la résolution 2476, adoptée mardi 25 juin 2019, ce bureau sera chargé de « conseiller » et « d’épauler » le gouvernement haïtien. Un petit coup d’œil sur ce texte qui a été présenté par les États-Unis mais qui n’a pas fait l’unanimité au sein du Conseil de sécurité.

Publié le 2019-06-25 | Le Nouvelliste

Pour la première fois depuis 2004, il n’y aura pas de contingent militaire ou de forces de police. Il y aura essentiellement des groupes consultatifs. Dans le contexte assez délétère de mobilisation populaire contre le pouvoir en place, une considération particulière est accordée à la promotion et le renforcement de la stabilité politique et la bonne gouvernance. Le BINUH, comme à l’ordinaire, sera dirigé par un représentant spécial du secrétaire général qui aura entre autres pour tâche de « préserver et de favoriser un environnement pacifique et stable », ainsi que « conseiller le gouvernement sur les moyens de faciliter un dialogue national sans exclusive entre les acteurs politiques. »

Cette résolution, qui comporte seulement 9 articles, le Conseil de sécurité - un des six organes principaux de l'ONU- fixe les objectifs du bureau et sa composition. Ces objectifs généraux (article 1) traitent des élections, du renforcement de la capacité du secteur de la justice et de la PNH, de l’amélioration de la gestion de l’administration pénitentiaire ou la réduction de la violence dans les quartiers. Le Bureau intégré des Nations unies en Haïti  (BINUH) n’aura qu’à épauler le gouvernement haïtien dans les activités qu’il mène pour agir dans ces domaines. Les pays signataires n’ont pas exprimé de positions concrètes sur les différents aspects de la crise haïtienne mais ils demandent d’opérer une « transition sans heurt, efficace et responsable » de la MINUJUSTH au BINUH en vue d’assurer la continuité des opérations.

Pour la composition du BINUH, la résolution a créé en son article deux un groupe chargé des questions politiques et de la bonne gouvernance, doté de capacités consultatives en ce qui concerne la bonne gouvernance, la justice, les élections, la réforme constitutionnelle… Un groupe spécialisé dans la réduction de la violence des gangs et de la violence de quartier et dans la gestion des armes et des munitions; un groupe chargé des questions touchant à la police et aux services pénitentiaires, qui comprendrait au maximum 30 agents civils et agents en détachement faisant office de conseillers pour les questions de police et pour les affaires pénitentiaires, et serait dirigé par un chef de la police des Nations unies. Ainsi que d’autres groupes sur les droits de l’homme, genre, sécurité entre autres.

Cette résolution fixe aussi la durée du mandat pour une période initiale de 12 mois à compter du 16 octobre 2019. Elle ne fait pas mention d’une possibilité de renouvellement ou prolongation, seulement qu'un rapport autour de son application doit être soumis tous les 120 jours. Tout en soulevant, dans les considérants, la question « des effets néfastes que les catastrophes naturelles ont sur la stabilité d’Haïti », le texte ne renferme aucun article sur la forte vulnérabilité  du pays face aux changements climatiques.

Le texte de la résolution : https://reliefweb.int/report/haiti/ha-ti-le-conseil-de-s-curit-cr-e-une-mission-politique-sp-ciale-pour-prendre-le-relais

Ses derniers articles

Réagir à cet article