PAYS SANS CHAPEAU/

Sixième et dernière plongée dans un récit de Dany

25

Publié le 2019-07-22 | Le Nouvelliste

Nous voilà arrivés à l’ultime étape dans ce compte rendu de lecture d’une œuvre significative de Dany Laferrière. Avec l’espoir que les lecteurs et lectrices y pendront goût. En tout cas, difficile de rester indifférent quand fiction et réalité se mêlent sous la plume de l’immortel.

L’obsession du fauteuil

Auguste Magloire en 1906 a fait paraître un Essai sur le tempérament haïtien. C’est un sujet qui n’a pas cessé de me troubler : le tempérament haïtien. Cela fait longtemps que j’ambitionne de le cerner. Je n’y arrive pas. Tant l’être haïtien est complexe. Aussi quand, sous la plume d’un compatriote, je découvre un trait, je pousse vraiment ma curiosité.

Exemple d’un trait colporté couramment : l’Haïtien aime être chef. Quand il n’y parvient pas, il se comporte comme tel. Ce n’est jamais pour faire montre de mesure, c’est souvent pour abuser de son autorité, réelle ou supposée. Dans cette attitude, l’intolérance suit nécessairement.

Dans « Pays sans chapeau », Laferrière grossit le trait. En effet, les Haïtiens, tous sans distinction, ne sont pas épargnés par une maladie : « la présidentite ». Tous veulent devenir président de leur pays. Comme ils sont sept millions, il faudrait qu’à tour de rôle, pendant une journée, l’un occupe le fauteuil pour le céder le lendemain.

C’est si burlesque que je ne peux m’empêcher de vous livrer des bribes du récit qu’en fait le narrateur. Par la voix de Philippe, son ami d’enfance, qui, comptable de profession, se découvre son talent de sociologue. Le lecteur apprend que, entre autres choses, l’appétit du pouvoir nous rend fous. Enjoliveur, il développe avec indulgence sa théorie :

« (…) mais nous avons été éduqués comme ça, tu le sais mieux que moi. Nous sommes sept millions d’Haïtiens, et nous voulons tous devenir présidents de ce pays. Pas d’un autre pays. Les autres pays ne comptent pas. Seul Haïti compte. Tu sais ce qu’il a dit, un jour, Duvalier père ? Il a dit que l’énergie que ça prend pour diriger Haïti est si grande qu’avec le quart seulement, il pourrait diriger les États-Unis, et cela en ne travaillant que la fin de semaine. Et je le crois. Je le crois parce que chaque président haïtien a sept millions de rivaux. On devrait leur permettre de devenir tous présidents au moins un jour dans leur vie, mais ça ne marcherait pas puisqu’ils voudraient tous l’être à vie. Peut-être qu’on devrait leur permettre de devenir présidents d’un coup : sept millions de présidents. Là encore, il s’en trouverait au moins un, si ce ne sont tous, pour vouloir être le président des présidents… Finalement, il n’y a qu’une solution…

- Laquelle, Philippe ?

- Permettre aux Haïtiens de s’occuper de la présidence à l’échelle internationale. Par décret de l’ONU, à partir d’aujourd’hui, chaque pays doit accepter à sa tête un Haïtien.

- C’est la seule solution que je voie pour le moment.

- Mais Philippe, tu l’as dit, ils ne désirent qu’une chose au monde : devenir président du pays peut-être le plus pauvre de la planète : HAÏTI.

- Tu as raison. Il n’y a pas de solution. Tout nous pousse vers la folie et le désespoir. »

Dernier commentaire :

En attendant, la pandémie poursuit ses ravages. Je ne terminerai pas cette série consacrée à la découverte de l’écrivain Dany Laferrière sans souligner que :

La superposition des plans, l’alternance des séquences entre « Pays réel » et « Pays rêvé » indique que l’auteur laisse une grande part à l’imaginaire. Le voyage qu’il entreprend dans le pays sans chapeau, ce reportage au pays sans chapeau, sous la poussée du ténébreux Lucrèce, parrain de Tante Renée, est le produit de son imagination. Cette randonnée a créé une atmosphère de mysticisme, le lecteur ne peut ressentir que des sueurs froides.

                                                                                              

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".