Un spectacle digne d’une assemblée législative en décrépitude

Publié le 2019-05-13 | Le Nouvelliste

 Les faits survenus dimanche au Sénat de la République, à l’occasion de la séance qui devait permettre au Premier ministre nommé de faire l’énoncé de sa politique générale, constituent l’expression de la représentation des groupes politiques qui sont l’émanation des partis politiques au sein de la société. Plus les partis politiques  sont inaptes à recruter des candidats capables de s’élever à la dimension de leurs responsabilités et de les encadrer dans l’accomplissement des tâches pour lesquelles ils sont élus, plus le Parlement haïtien comportera en son sein des députés et des sénateurs qui ne font pas honneur à leur fonction. Depuis plusieurs législatures et à l’occasion des différentes élections organisées pour le renouvellement des sénateurs, à chaque fois qu’un parti majoritaire s’accapare de tous les postes au sein d’un bureau et de la présidence des commissions, c’est le début du dysfonctionnement de l’assemblée qui adopte cette voie. Il est prévu dans les règlements intérieurs des deux chambres qu’à l’occasion de l'élection des membres du bureau et des commissions, il faut que la composition du bureau et des commissions permanentes reflète toutes les sensibilités politiques des deux assemblées législatives.

Si les contestations des sénateurs de l’opposition ne constituent aucune anomalie en matière législative, les moyens utilisés, en revanche, pour perturber la séance retransmise à la télévision et en présence du Premier ministre et des membres du gouvernement sont inqualifiables aux yeux des observateurs et de l’opinion publique. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’une nouvelle forme de lutte initiée par les sénateurs de l’opposition en face de l’équipe au pouvoir. Le choix du Premier ministre Lapin et l’arrêté nommant les ministres du gouvernement ont fouetté l’orgueil de l’opposition radicale, qui a toujours prôné, depuis les événements des 6 et 7 juillet de l’année dernière, la démission du président Jovenel Moïse et la dissolution des deux chambres du Parlement. La bataille politique va se poursuivre en dépit du fait que l’opposition a utilisé pendant les sept derniers mois tous les moyens possibles et inimaginables pour venir à bout de l’équipe au pouvoir.  

L’histoire politique haïtienne est riche en matière de luttes acharnées pour le pouvoir. Quand l’opposition a épuisé tous ses moyens pour chasser un pouvoir établi et n’y parvient pas, ce sont les erreurs des dirigeants qui précipitent la chute du président. Après le scandale en mars dernier des mercenaires étrangers arrêtés par une patrouille de la Police nationale d’Haïti, le rapport de la Direction centrale de la police judiciaire et l’audition de la Commission Justice et Sécurité du Sénat avaient pointé du doigt le ministre de la Justice et de la Sécurité publique comme la personnalité ayant autorisé ces hommes armés à fouler le sol national et à quitter le pays. Cet événement avait défrayé la chronique, mais le gouvernement Céant n’avait donné aucune explication sur la mission de ces mercenaires. En dépit de tous ces manquements, comment le président Jovenel Moïse et le Premier ministre Jean-Michel Lapin peuvent-ils reconduire le ministre incriminé à son poste ?

S’agit-il d’une provocation ? Où sont les conseillers du président de la République ? En sa qualité de Premier ministre, Jean-Michel Lapin devait-il se mettre d’accord avec le président sur la reconduction de Jean Roudy Aly comme ministre de la Justice et de la Sécurité publique ?

Que peut-on attendre de Jean-Michel Lapin comme Premier ministre qui a le pouvoir de réformation ?

Lemoine Bonneau

lbonneau@lenouvelliste.com

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".