Transformation des déchets en objets utiles : le pari de certaines entreprises haïtiennes  

Il est difficile de trouver un endroit dans le pays qui n’a pas de plastique. Jeté dans les rues, trimballé par le vent, les canaux ou les rivières c'est ce matériau qu’on retrouve dans les piles d’immondices ou sur nos plages quand la mer le recrache. En l’absence d’une stratégie globale de lutte contre la pollution plastique dans le pays, des start-up se lancent dans la transformation de ce déchet encombrant en produit utile ou le recyclent pour le marché international. L'emballage de nos produits, sachets d’eau ou bouteille en plastique représentent pour ces initiatives une véritable matière première.

Publié le 2019-05-14 | Le Nouvelliste

À l’entrée des ateliers Aris-Desrosiers, on est accueilli par des sonorités équestres ou mécaniques des machines à coudre électriques lancées à toute allure. Une douzaine de jeunes gens environ appuient à fond sur la pédale, actionnant la manivelle, pour arranger les pièces. Ce concert de frottements et de cliquetis débouche sur la production d’une centaine de sacs à dos par jour, réalisés à partir de sachets d’eau et de tissus. Le plastique est donc la matière première de cette jeune entreprise en pleine expansion. Les sachets d’eau récupérés sont nettoyés, pressés en plusieurs couches pour devenir rigides, découpés pour être assemblés en sacs à dos de forme standard, dont la qualité ne laisse pas à désirer. Avec ce volume obtenue à partir du plastique collecté, l’entreprise peut honorer son engagement de 1000 sacs envers Food for the Poor et 6000 à l'égard d'E-power.  

Le plastique a une longue vie (non biodégradable). Si on ne peut pas se passer purement et simplement du plastique dans la vie quotidienne, quoi de mieux de se trouver une meilleure utilisation en guise de le laisser comme déchet sauvage ? Telle a été la préoccupation d'Obed Aris et de James Desrosiers, les fondateurs de cette start-up.  « Quand on a commencé en 2016, on faisait seulement le ramassage des déchets en plastique. On voulait aider la mairie et faire du profit, car on a réalisé que 70% des sachets d’eau se retrouvent à la rue. Mais une année après, on a décidé de les transformer. Nous produisons des sacs à dos pour écoliers, des sacs pour les emplettes et des boîtes à lunch. Prochainement, nous allons confectionner des pardessus et des sacs de voyage », a détaillé Obed Aris.

Recyclage de plastique pour l’exportation

L'atelier Aris-Desrosiers n'est pas le seul sur le marché. L’entreprise haïtienne HaiPlast recycling est spécialisée dans la collecte et la transformation de déchets en plastique à base d’hydrocarbure. Elle achète les déchets des mains de collecteurs qui les récupèrent dans la rue ou les charges à ciel ouvert. Ces thermoplastiques, c’est-à-dire du plastique qui peut être modifié par chauffage et refroidissement successif de façon réversible, après avoir été collecté, sont compressés, broyés, lavés et régénérés en granulés pour devenir une matière première prête à un nouvel usage. « En 2011, au tout début, le recyclage n’était pas trop populaire, alors on a dû faire la sensibilisation de la population. Nous avons construit un réseau de plusieurs milliers de collecteurs et c’est notre fierté de voir des gens gagner leur vie grâce au ramassage de déchets, ce qui est utile à l’environnement », a indiqué Stéphanie Boudierd, la PDG de l’entreprise.

Depuis son lancement, HaiPlast Recycling n’a produit que pour le marché international. Mais, en 2015, avec la chute du prix du pétrole sur le marché international, le bas prix du plastique et a entraîné une baisse de revenue de l’entreprise. Car la matière recyclée n’est pas très compétitive par rapport au plastique neuf, encore très peu coûteux. Des moments difficiles qu’ils ont surmontés en réorientant leur service vers le marché local. « Nous avons décidé de produire et commercialiser un nombre important de sachets (sacs en plastique) pour le marché haïtien. Ils sont de bonne qualité et ce sont des produits entièrement recyclés. Après cette diversification de nos activités nous continuons à faire des sacrifices pour maintenir l’entreprise à flot, car on est déjà attaché à un groupe de personnes qui gagnent leur vie grâce à la collecte des déchets en plastique », a-t-elle ajouté. 

L’implication de tous les citoyens

Autant que les déchets sont encombrants, autant que le recyclage ne peut pas tout résoudre. La méthode de Plastic Bank, une organisation spécialisée dans la collecte et le recyclage des matières en plastique, repose sur l’implication de tous les citoyens. Avec ses 30 centres de collecte dans quatre départements (l’Ouest, le Sud, le Sud’Est et le Nord), elle mise sur la proximité avec les gens. Quel que soit l'âge, quand on apporte au moins une bouteille en plastique, on a doit à une heure de recharge de son téléphone ou une heure de connexion au réseau Wi-fi. Des briquets de charbon ainsi que des réchauds améliorés sont aussi proposés aux collecteurs.

Fort de sa stratégie, Plastic Bank, qui a lancé sa première entreprise à grande échelle en Haïti en 2015, a depuis collecté plus de 144 millions de bouteilles en plastique. Ainsi les gens participent à nettoyer leur environnement, mais encore, avec les matières en plastique, collecteurs ou tout un chacun trouvent une source de revenus et des avantages. Louigène Mesmin, program manager chez Plastic Bank en Haïti, croit que ce programme est un grand incitatif. « À côté de nos collecteurs réguliers et employés, nous voulons impliquer tous les citoyens en leur offrant de quoi combler leurs besoins de tous les jours », a-t-il détaillé. Les responsables reconnaissent toutefois que leur contribution reste modeste.

Le recyclage et ses limites

À côté de nos entreprises qui ont des capacités d’intervention limitées, les autorités municipales n’ont pas les moyens et les structures adéquates pour mettre en œuvre des politiques appropriées. Dans son rapport titré « What a Waste 2.0 » (en anglais) https://www.worldbank.org/en/news/infographic/2018/09/20/what-a-waste-20-a-global-snapshot-of-solid-waste-management-to-2050, la Banque mondiale a indiqué que la couverture en matière de collecte des déchets pour l’Amérique latine et les Caraïbes varie de manière significative d’un pays à un autre. La couverture des collectes avec une couverture supérieure à 95% dans des villes de pays tels que l'Uruguay et la Colombie et aussi peu que 12% à Port-au-Prince en Haïti.

Les données exactes sur la quantité de déchets collectés en Haïti ne sont pas disponibles. Selon Plastic Bank, « sur 8 millions de tonnes de déchets produits dans les espaces urbains, seulement 40% ont été amassés. »  Même au niveau mondial, le recyclage du plastique reste inefficace. Un article publié par l’ONU Environnement en janvier 2019, affirme qu’environ 300 millions de tonnes de déchets plastiques sont générées chaque année dans le monde. [Mais] à ce jour, seuls 9% des déchets plastiques jamais produits ont été recyclés et seulement 14% sont récupérés.

Ce texte est réalisé grâce au soutien d'Action pour le climat, l'environnement et le développement (ACLEDD)

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".