Haïti à la 58e Biennale de Venise 2019

Publié le 2019-05-14 | Le Nouvelliste

Qui ne connait  ou n’a pas entendu parler de la Biennale de Venise qui se tient tous les deux ans dans la cité des Doges en Italie ? De loin, c’est peut-être le plus grand évènement culturel à caractère mondial, avant même Art Basel. La Biennale de Venise est une institution datant de plus d’un siècle. Née en 1885, elle donne le ton dans le domaine des arts plastiques comme le Festival de Cannes  dans celui du cinéma. La participation d’un pays à cet événement relève en grande partie de la haute diplomatie culturelle. Certains États comme la France lui confèrent la dimension d’un instrument de politique étrangère, d’un «soft power» exigeant, permettant d’assurer une certaine hégémonie culturelle globale, du moins une influence certaine sur la grande scène artistique mondiale.


Cette année, pour la seconde fois de son histoire, Haïti participera à la 58e Biennale de Venise  qui se tient du 11 mai au 24 novembre sur le thème : « Puissiez-vous vivre en des temps intéressants ».   La première fois, c’était en 2011. En effet, la 54e Biennale vit la participation d’Haïti avec plus d’une quinzaine de plasticiens de renom comme une Sergine André, un Mario Benjamin, une Pascale Monin ou un Eugène André parmi tant d’autres artistes de renommée internationale. Ce fut un «great event» dont on parle encore dans le landernau culturel vénitien, haïtien et parisien. La participation d’Haïti à la Biennale de 2011 a certainement augmenté le prestige et la valeur des artistes qui y ont participé et a permis aux amateurs d’art de mieux connaître et comprendre l’écosystème artistique d’Haïti et son évolution historique. D’ailleurs, l’objectif final de tous les pays, qui décident de participer à la Biennale de Venise qui, chaque deux ans, enregistre dans son compteur plus de 75 États dont les incontournables : la France, les États-Unis, l’Espagne et l’Allemagne.

Géopolitique de la Biennale de Venise

Depuis quelques années, le continent africain, avec des pays comme l’Angola, le Zimbabwe, le Sénégal, s’assure une présence remarquable au sein de cette prestigieuse Biennale. On notera en passant que le commissaire de la Biennale de 2015 était un Américain d’origine nigériane, M.Okwi Endwezor, décédé en mars dernier. Ce qui en soi est une révolution, car il a été le premier Africain d’origine qui a occupé ce poste éminemment prestigieux.

L’Amérique latine n’est pas en reste puisque des pays comme  Cuba, le Brésil, l’Argentine et le Mexique en sont des habitués. On constate également la présence de nouveaux pays comme la République dominicaine qui participera pour la première fois cette année à la Biennale. Notons en passant que ce dernier pays accorde une très grande importance à la politique culturelle en tant que vecteur de son «soft power» sur la scène internationale. Nous avons intérêt ici en Haïti à observer avec plus d’attention ce qui se passe chez notre voisin dans le domaine culturel, car il a su se doter avec efficience d’une très bonne «chaîne de valeurs» dans le domaine des arts en général et des arts plastiques en particulier. Certains pays de la CARICOM comme Antigua, Barbuda et Grenade seront également présents au grand show de Venise où le gratin du monde des arts à l’échelle globale sera présent. Par contre, le Venezuela, un habitué, ne participera pas à ce méga événement pour des raisons d’ordre politique. Il en est de même de l’Algérie qui a dû désister au dernier moment, car le curateur du pavillon algérien, Hellal Zoubir, était trop proche du régime des Bouteflika.

Haïti à Venise sept ans après 2011


Après sept ans d’absence sur la scène vénitienne, les autorités du ministère de la Culture ont décidé qu’il était temps pour Haïti de déployer de nouveau son pavillon national à Venise, pour cette nouvelle édition de la Biennale qui se tiendra du 11 mai au 24 novembre 2019. Dans cette perspective, elles ont fait choix du curateur professionnel, Giscard Bouchotte, comme commissaire du pavillon national d’Haïti à cette très prestigieuse Biennale. Le grand plasticien haïtien, Jean Ulrich Désert, représentera Haïti durant sept mois à cette Biennale. Le pavillon national d’Haïti est installé dans un lieu très prestigieux ; il s’agit du local du Cercle des officiers de la marine italienne à Venise. Nous vous encourageons, si vous avez le temps au cours des vacances d’été, d’aller à Venise pour visiter le pavillon national d’Haïti et supporter par votre présence un grand artiste haïtien.

Le choix judicieux du ministre de la Culture

Qui est Jean Ulrich Désert ? C’est un plasticien haïtien qui évolue depuis très longtemps sur la scène artistique internationale. En dehors du milieu très étroit des initiés à l’art contemporain haïtien, on ne le connait pas assez en Haïti. Mais c’est un artiste qui se passe de présentation dans les milieux artistiques branchés de New York, de Londres, de Berlin, de Bruxelles et de Paris. Il a participé à de  nombreuses expositions internationales. Son œuvre est d’une très grande originalité, car il se sert beaucoup de concepts et d’outils du multimédia tout en s’articulant sur une référence permanente à l’histoire des Noirs en général et des victimes de la mondialisation en particulier. Le choix du ministère de la Culture et du curateur sur sa personne cache un souci de nouveauté et de modernisme. Mais il est très avisé, car son objectif avant tout est d’attirer l’attention du public sélect de la Biennale de Venise sur notre pays et sur un artiste haïtien de référence.

Beaucoup de pays cherchent de plus en plus à profiter de l’espace de la Biennale pour mettre en exergue leur culture dans ce qu’il a de plus expressif, c’est-à-dire sa peinture, sa sculpture, son architecture entre autres. En dehors d’Art Basel, c’est sans aucun doute le meilleur endroit pour un pays de «vendre» et de proposer des artistes haïtiens de valeur internationale à l’admiration des amateurs, des grands collectionneurs et des grandes galeries mondiales. Une telle approche est sans aucun doute l’une des manières ponctuelles et efficientes de contribuer au relèvement de la cote de nos grands artistes sur le marché mondial de l’art. Nous encourageons  fortement le ministère de la Culture à persévérer dans cette voie.  Certes, elle ne donnera pas des résultats à court terme, mais favorisera à construire, à moyen terme, une place pour Haïti sur la scène artistique mondiale dans laquelle nous ne sommes ni très présents ni influents pour le moment, malgré un certain passé que plus d’un pourrait qualifier de glorieux.

Haïti et les grandes foires internationales : un impératif


Haïti fait partie des cinq pays de la Caraïbe à disposer d’un pavillon national à cette Biennale ; les autres pays sont : le Cuba, la République dominicaine, la Grenade, l’Antigua et Barbuda. D’une certaine manière, on peut dire que la Caraïbe est bien représentée à cet évènement dans sa richesse, sa diversité et son unicité. Nous espérons qu’en 2021, il y aura davantage de pays de la Caraïbe à Venise. Nous espérons aussi  que cette prestigieuse Biennale continuera d'être un rendez-vous majeur pour l’art haïtien. Mais il n’y a pas que cet événement. Il y aussi toutes les grandes foires qui se tiennent régulièrement à travers le monde et dans lesquelles nous sommes quasiment absents. Le temps est sans doute venu pour la société haïtienne, dans toutes ses composantes, de commencer à accompagner l’art et les artistes haïtiens dans la voie de ce renouveau et de cette flamboyance qui avaient fasciné l’André Malraux de «l’Intemporel» à Soissons la Montagne. Venise n’est qu’un pas parmi bien d’autres  à faire sur la route du futur de l’art haïtien.

Azad Belfort azad59_2009@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".