Le remaniement ministériel sans Jean Henry Céant 

Publié le 2019-05-15 | Le Nouvelliste

Les crises politiques des derniers mois ont entraîné  des grèves, des manifestations, des mouvements sociauxet des émeutes.  De cette situation d’instabilité, l’environnement politique était favorable au renvoie du PM Céant. Pour ce faire, sous couvert d’une majorité parlementaire à la Chambre basse, l’autre branche du pouvoir exécutif sollicitait le départ du chef de la Primature.  

Ainsi, la motion de censure,le principal moyen dont dispose les parlementaitres de la Chambre basse pour montrer sa désapprobation envers la politique du PM Céant, avait été appliqué pour forcer le chef de la Primature à démissionner.

Une fois le PM parti, le processus de nomination et de ratification de politique générale d’un Premier ministre recommençait.  Contrairement aux autres fois, le président n’est pas allé par quatre chemins pour trouver le remplacement de Jean Henry Céant. Comme le veut la Constitution de 1987, avec les présidents des deux chambres du Parlement, le nom de M. Jean Michel Lapin a été désigné.  Comme le choix a été rapidement fait, le serait-il aussi facilement à être ratifié par les deux chambres se demandaient plus d’un. 

Avec le départ forcé de Jean Henry Céant de la Primature, le chef de l’exécutif et les députés majoritaires á la Chambre basse voulaient en arriver exactement á ce carrefour.  Maintenant, que peut-on espérer de M. Lapin ? A-t-il les bagages intellectuels et assez d’expériences politiques sur le terrain pour réussir? Est-ce qu’il se rend compte exactement de l’ampleur de la crise sociopolitique à laquelle fait face le pays?  Si oui, sera-t-il vraiment libre des tractations politiques du Palais national, de la classe des affaires, des manœuvres de l’international et du Parlement ? Autant de questions pour le Premier ministre Jean Michel Lapin. 

D’entrée de jeu, en devenant Premier ministre, l’ancien titulaire de la Culture, Jean Michel Lapin, pour monter son équipe, a conservé huit (8) ministres sortant de l’ancien gouvernement de Jean Henry Céant. Ce qui montre, encore une fois, que le problème n’était pas l’insécurité, la chèreté de la vie, les dévalorisations de la gourde par rapport au dollar américain, les manifestations des rues, mais plutôt un bras de fer entre le chef de l’exécutif et le chef du gouvernement.  Comment peut-on reprocher jusqu’à même sanctionner un chef de gouvernement pour sa mauvaise gouvernance de la chose publique quand on reconduit presque la moitié de son équipe? Port-au-Prince, le 9 mai 2019. Le gouverment de Jean Michel Lapin est constitué officiellement. L’arrêté présidentiel nommant le cabinet ministériel est publié, ce jeudi 9 mai, dans le journal officiel de la République d’Haïti, « Le Moniteur ». Pas moins de 7 ministres du gouvernement démissionnaire et qui a été sanctionné par les députés sont reconduits à leur poste.  Il s’agit des ministres de la Justice et de la Sécurité Publique, Jean Roody Aly, de l’Économie et des Finances, Ronald G. Décembre, des Affaires étrangères et des cultes, Edmond Bocchit, des Travaux publics, Transport et Communication, Fritz Caillot et de la Santé publique et de la Population, Marie Greta Roy Clément. Sans oublier le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet, et le Premier ministre nommé, Jean Michel Lapin, qui a conservé son poste de ministre de la Culture et de la Communication (Vantbef info 9 mai 2019).

À cet éffet, beaucoup se posaient cette question: Est-ce un remaniement ministériel ou un gouvernement d’ouverture comme auraient souhaité des chefs de parti d’une franche de l’opposition? «Un remaniement ministériel (parfois appelé remaniement gouvernemental) est une modification partielle de la composition d'un gouvernement avant le terme officiel de son mandat. Lorsqu'un Premier ministre présente la démission de son gouvernement, et qu'il est reconduit dans ses fonctions pour former un nouveau cabinet, ce n'est pas un remaniement ministériel, mais un changement de gouvernement. Dans ce cas, l'usage du mot remaniement est erronée. »

Déja, si au Sénat il y a certaines grognes sur la composition du gouvernement, à la Chambre des députés le bloc majoritaire proche de Jovenel Moïse affirme avoir donné au président et au Premier ministre nommé toute latitude pour former leur gouvernement. « Le bloc Alliance parlementaire pour le renouveau (APR) n’a proposé personne ni participé à la formation du gouvernement. Nous avons dit au président qu’il a le champ libre pour former son gouvernement et surtout convaincre le maximum de gens dans l’opposition à intégrer le cabinet ministériel », a soutenu le député Alfredo Antoine.  (Robinson Géffrard Nouvelliste 8 mai 2019).

En tout cas, si le PM Lapin espérait obtenir sans grandes difficultés la confiance des deux chambres du Parlement pour devenir le nouveau locataire de la Primature, il n’en demeure pas moins que les problèmes économiques, politiques, sociales et sécuritaires que connaît le pays en sont et seront les mêmes.  Face à ces obstacles, la solution mérite d’autant plus d’expertises et de bonnes volontés que des promesses politiciennes qui en seront faites lors de l’énonçé de politique général du PM Lapin.   

Contrairement à son prédécesseur, en dépit du portefeuille ministériel qu’il a occupé au gouvernement du Notaire Jean Henry Céant, M. Lapin, si toutefois on le présentait comme quelqu’un qui a fait une carrière dans l’administration publique, pourtant n’est pas un homme de terrain.  Avec une certaine expérience dans la gestion de la chose publique, cela devrait, dans une certaine mesure, lui permettre de mettre en place des structures pour soulager certains problèmes sociaux certes. Mais l’enjeu est de taille et trop important pour que l’on assiste á une administration passive d’un chef gouvernement qui va, facilement, se laisser influencer par un président Jovenel Moïse qui continuera de préférence dans la création des commissions pouvant réfléchir et faire des recommandations sur des sujets comme économie, sécurité et force publique.  Recommandations qui très souvent resteront dans les tiroirs.   

Pour un pouvoir exécutif tant décrié de l’utilisation des fonds du Trésor public, d’implication dans le détournement des Fonds du Petro Caribe et, de connivence du Palais National avec des bandits, le chef de l’exécutif devrait, au lieu de soudoyer à tous les niveaux des élus en fonction aussi bien que des membres influents des cadres et dirigeants d’autres partis politiques, monter un gouvernement de consensus.  Mais comme le changement de gouvernement n'était motivé ni par le souci d'efficacité ni par la recherche de résultats, le président et son chef de gouvernement ont de préférence opté pour un remaniement ministériel.  En remplaçant Jean Henry Céant par Monsieur Jean Michel Lapin, ancien ministre de la Culture dans le précédent gouvernement, le président Jovenel Moïse a opté pour le changement dans la continuité. C’est dans cette Haïti avec un avenir incertain, malheureusement faites de machinations politiques de l’équipe au pouvoir, que beaucoup se posent la question : Avec ce remaniement ministériel, de quoi demain sera fait ?

Dans le domaine du sport, on dit souvent qu’on ne change pas une équipe qui gagne.  Cependant, quand l’équipe est incapable de donner des résultas on est obligé de la changer. A commencer par les dirigeants jusqu’aux joueurs réservistes. Pas du replatrage. On veut des résultats

Prof. Esau Jean-Baptiste Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".