Kita nago à l’épreuve de l’éveil de la conscience citoyenne

Publié le 2019-07-04 | Le Nouvelliste

Une expérience haïtienne tant recherchée à travers des générations antérieures semble vouloir échapper à notre entendement. Depuis les batailles victorieuses qui ont conduit à l’'indépendance de la nation haïtienne de 1791 à 1803, nous n’avons pu trouver aucune autre boussole, aucun symbole digne de la solidarité des Haïtiens vers l’'accomplissement d’'une très haute idéalité. On a cherché. On a exploré des pistes. On cherche encore aujourd’hui un déclic à l'’éveil de notre conscience.

Des prouesses délibérées pour des causes nobles, il ne nous en manque guère. Ils sont nombreux, les modèles de résistance pour la sauvegarde des acquis nationaux. Nous ne pouvons pas tous les énumérer. Certains sont morts-nés. D'’autres, pas suffisamment percutants pour retenir notre attention. D’autres encore, plus proches de notre génération, trop sectaires pour nous mobiliser dans une démarche de collecte de réalisations nationales.

Il a fallu attendre 2013, où va se réaliser le rêve d'’un visionnaire, exceptionnel par sa simplicité : kita nago de Harry « Mèt Fèy Vèt » Nicolas. Aussi simple et limpide que son géniteur, mais plus profond que pour draguer notre conscience en veilleuse, kita nago nous est apparu spontanément, au-delà de toute attente. Il a surpris à un point tel que l'’on craint d’'en apprécier la juste valeur. Très peu sont ceux qui sauraient en saisir la dimension et la profondeur et en documenter. Mais innombrables sont les esprits qu’'il a pu revitaliser pour l’'élévation de la conscience citoyenne. Toute la force de la nation haïtienne s'’est manifestée à travers kita nago.

Notre tronc de cajou de plus de 500 kilos, non moins important que le symbolisme de la flamme olympique, a traversé Ayiti dans son plus long parcours : soit de l’'extrémité Ouest du pays (Les Irois) à l’'extrémité Est (Ouanaminthe) ; en utilisant seulement la force physique et spirituelle de nos sœoeurs et frères haïtiens. L’'harmonie des chansons, des rythmes des pas, des danses qui accompagnaient la marche de kita nago à travers les différentes sectes religieuses, les organisations paysannes, etc., pourrait témoigner de la grâce inspirante, se référant à l’'opulence des soldats de la guerre de l'’indépendance qui ont combattu aux côtés du père fondateur de la nation.

Avec kita nago, les Haïtiens pourraient espérer revivre la libération de l’'esclavage. Ils étaient empêtrés à l'’idée qu'’ils ne valaient pas grand-chose, sinon de pouvoir assouvir leur instinct personnel. L’'intégration innocente des valeurs du proverbe très répandu dans notre société : « pito nou lèd, nou la » illustre bien cet état de fait. Avec kita nago ils peuvent se refaire une image. Ils peuvent repenser l’avenir, penser à reconstruire Ayiti.

Plus rien n’avait d’importance au moment de la traversée de kita nago. Sinon l’'objectif : de Les Irois à Ouanaminthe. Qui devait assurer le transport ? Sans utilisation de véhicule roulant, certes ; des femmes et des hommes haïtiens du pays, en majeure partie des paysans. Tous se joignent de la mêlée pour accomplir leur part de l'’affaire. Sans inquiétudes, ni frayeurs, ni incidents quelconques, ils avançaient plein de confiance pour atteindre Bute Charrier (Ouanaminthe). Dans pas plus que 27 jours, kita nago est arrivé à destination. Satisfait ? Coup de déprime ? Avec un sentiment du devoir accompli ? L'’instigateur de kita nago (Mèt Fèy Vèt) ne dit mot, observant comme nous, d’'ailleurs, la récupération qu’'on saurait en faire pour des générations à venir.

Pensant à ce qui s’'est passé avec l’'indépendance conquise au prix de sang de nos vaillants héros, nous sommes perplexes quant au sort réservé à kita nago. Tout comme l'’indépendance de la nation haïtienne, nous craignons que kita nago ne devienne dans l'’histoire qu’un heur. Nous craignons que les antinationaux ne réservent le même sort à Mèt Fèy Vèt qu’a l’'Empereur Jacques 1er, le père de la nation. Nous craignons qu'’ils n’e s'en prennent au symbolisme de kita nago, comme ils l’'ont fait à l'’indépendance, et qu'ils viennent en obstacles à l’'accomplissement de l'idéal de Mèt Fèy Vèt.

Six (6) ans après, où en sommes-nous avec kita nago? Combien avons-nous produit de réflexion sur l’'évènement ? Autant avons-nous cherché de projets haïtiens en vue de documentation, pourquoi kita nago n'’a-t-il pu faire l’'objet d’'études sociologiques ou psychologiques sérieuses dans les universités haïtiennes ? Ne devrait-il pas retenir l'’attention des intellectuels ô combien sérieux de notre génération ? Autrement dit, les intellectuels haïtiens sont-ils trop importants ou trop pris pour s'’occuper d'’un tronc d’'arbre qui n'’a même pas laissé un mort sur son passage ?

L’'expérience montre que nous adorons nous préoccuper de l’'échec. Faudrait-il bien que kita nago ait été soldé par un piteux échec pour nous intéresser ? Les travaux universitaires de ces dernières années sont bondés de questionnements relatifs à l'’échec. À profusion, nous pouvons relever des questions du type « Expliquer l’échec du mouvement lavalassien » ; « Montrer comment l'’équipe Tèt kale n'’a pas pu répondre aux aspirations du peuple haïtien » ; « Expliquer l’'échec du programme PetroCaribe en Haïti. » ; « Qu'’est-ce qui est à la base de l’'échec de la réforme Bernard ? » ; « Expliquer les difficultés d'’atterrissage du programme du nouveau secondaire en milieu rural» ; « Expliquer l’'échec du mouvement… » ; « Expliquer l'’échec… ». Il faut peut-être attendre un malheureux coup du sort mettant en cause kita nago ou Mèt Fèy Vèt pour trouver un sujet d'’étude intéressant ? L'’âme haïtienne nous paraît formatée à l’'avance pour être orientée vers le tragique, l’'exceptionnellement infecte ou l’'inconcevable. À ce carrefour, kita nago semble ne pas pouvoir rencontrer des penseurs de notre génération dans sa quête de l'’éveil de la conscience citoyenne. Price Mars aurait beau leur raconter son intention, leur interpeller sur la vocation de l'’élite à soutenir ce qui apporterait une valeur ajoutée à notre société.

Les observations en vue de cette génération d'’intellectuels haïtiens relatives à kita nago sont loin d’'être prometteuses. Puisse kita nago continuer de croiser les chemins des esprits libres et de bonnes intentions pour Ayiti dans sa conception de revalorisation et de combinaison des forces vives de la nation vers un nouveau départ !

Pierre Dimy Barrault

Psychologue

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".