MENFP-CORPUHA-AUF

De nouvelles assises pour moderniser l’enseignement supérieur en Haïti

« Modernisation de l’enseignement supérieur en Haïti. Enjeux et défis de la gouvernance » est le thème autour duquel se tiennent de multiples échanges, discussions et réflexions sur l’enseignement supérieur en Haïti, les 8 et 9 mai 2019, à l’hôtel Marriott. Les assises de 2019 sur l’enseignement supérieur, organisées par le Ministère de l’Éducation nationale, la CORPUHA, en partenariat avec l'AUF, visent à réformer et moderniser ce secteur en proie à des défis majeurs entortillant son évolution.

Publié le 2019-05-08 | lenouvelliste.com

Quasiment tout le gratin du milieu universitaire tant public que privé, des diplomates, des représentants du Bureau Amérique–Caraïbe de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), de l’Institut francophone de gouvernance universitaire (IFGU), de la Conférence internationale des dirigeants d’établissements de gestion d’expression française, de l’Unesco, des recteurs et présidents d’universités, notamment membres de la CORPUHA, du Conseil des recteurs des Universités publiques régionales, de cadres du Ministère de l’Éducation nationale participent à ces assises qui, ambitionne le comité organisateur, pourront donner l’opportunité de relancer les débats sur la modernisation de l’enseignement supérieur, tout en permettant aux différents acteurs de comprendre les enjeux, mais surtout de dégager une vision commune de la réforme appropriée.

« Le moment est venu de poser un regard lucide, serein, exigeant sur le secteur de l’enseignement supérieur, de commencer à faire ce qui est à faire pour rendre l’université apte à répondre aux besoins de la société », déclare le professeur Edgar Prévilon, secrétaire général de la CORPUHA, à l’ouverture officielle des assises, ce mercredi 8 mai. Les assises de 2019 sur l’enseignement supérieur et la recherche s’inscrivent dans le cadre de l’animation du secteur, où l’intérêt est porté sur des activités à caractère scientifique et culturel ainsi que sur un appui à la gouvernance des institutions membres, relate, pour sa part, le président de la Conférence des recteurs, présidents et dirigeants d’universités et d’institutions d’enseignement supérieur haïtiennes (CORPUHA), Fritz Deshommes, également recteur de l’Université d’Etat d’Haïti.

Pour le professeur Fritz Deshommes, ces assises se tiennent dans le contexte, dit-il, particulier marqué par l'aggravation de la sempiternelle crise haïtienne dont les expressions récentes sont à la fois douloureuses et alarmantes. Il a fait part des préoccupations de la CORPUHA, précise-t-il, les plus sérieuses et urgentes, en ce moment où les valeurs et repères se perdent, nos assises de peuple et de nation se fragilisent chaque jour, et que la désespérance de la jeunesse et le déficit en l'avenir s’approfondissent.

« Déficit de cadre normatif, pléthore d'institutions privées fonctionnant en dehors du contrôle de l'Etat et dispensant des formations non certifiées, corps professoral ne possédant pas les qualifications requises et travaillant dans des conditions difficiles d'apprentissage pour les étudiants... », tels sont entre autres les éléments qui présentaient le diagnostic des assises de 2014, rappelle le ministre de l’Éducation nationale, Pierre Josué Agénor Cadet (absent), dont le discours a été lu par son chef de cabinet, Jackson Pléteau. Pour le titulaire dudit ministère, la tenue de ces assises traduit une volonté commune de réforme globale, selon un modèle inclusif et participatif.

En réponse à ce diagnostic, le ministre Cadet revient sur l'élaboration du plan décennal 2019-2029 du secteur de l'éducation en voie de finalisation qui, avance-t-il, accordera une autre priorité au secteur de l'enseignement supérieur en vue de son développement, soulignant tout un ensemble d’efforts en cours de réalisation. Il a évoqué notamment l’atelier de validation de nouveaux outils relatifs à la reconnaissance de nos universités et à l’accréditation de leurs programmes tenu le jeudi 2 mai en cours par la Direction de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en collaboration avec l’ambassade de France. Le ministre a annoncé la préparation, de concert avec l'Unesco, d’une nouvelle enquête nationale sur le fonctionnement des institutions d’enseignement supérieur en 2019.

Partenaire de cet événement, l’Agence universitaire de la francophonie s’est réjouie de la tenue de ces assises sur l’enseignement supérieur. Le directeur du Bureau régional de l’institution, Saulo Neiva, souligne qu’ils sont convaincus (au niveau de l’AUF) de l’entente et de l’effort commun qu’il faut engager pour établir des partenariats constructifs et faire avancer dans de meilleures conditions le développement des universités en Haïti. Le responsable n’a pas manqué de souligner un ensemble de projets mis en place dans le cadre de la recherche avec un ensemble d’universités de la place. Il est également revenu sur ses partenariats avec la CORPUHA et le Collège Doctoral d’Haïti. Il s’agit, pour eux, de construire un nouvel espace universitaire francophone.

C’est la troisième fois que les acteurs ont tenu des assises sur le secteur de l’enseignement supérieur en Haïti. Si, après le séisme, les deux premières assises de 2010 et de 2014  portaient respectivement sur la refondation de l’enseignement supérieur et de la recherche et sur le rôle et la contribution de l’enseignement supérieur à la qualité de l’éducation, « celles de 2019 » devront constituer, d’après le comité organisateur, « le portail conduisant à la réforme de l’ensemble du secteur ».

« Contribuer à la rénovation de la gouvernance de l’enseignement supérieur en Haïti en considérant les aspects sectoriel et institutionnel, examiner les conditions de promotion de la recherche-innovation au sein des institutions haïtiennes d’enseignement supérieur, favoriser un partage d’expériences pour ce qui est des missions, de l’organisation et du financement des conférences de recteurs et de présidents d’institutions d’enseignement supérieur », tels sont les trois grands objectifs qu’entend atteindre le comité organisateur des assises de 2019.



Réagir à cet article