Karibe/ collège Catts Pressoir/ concert : 27 avril

Passer le flambeau de la musique

Publié le 2019-05-08 | Le Nouvelliste

 Roland Léonard

« Wonderful ! Amazing !...», disait un de nos voisins anglophone dans le public, enthousiasmé par le spectcle audacieux. On est resté pantois d’admiration, sidéré, ému et interloqué : on ne s’imaginait pas l’ampleur du projet et du programme de musique au Collège Catts Pressoir. Nous les croyions limités à la création du grand orchestre de jazz.

Nous avons été séduits par la grande et concrète ambition de cette formation portant également sur la musique classique et savante, la musique de fanfare; à côté bien sûr de la pratique du grand genre universel, d’origines afro-américaines.

Monsieur le directeur, Guy Étienne, maître de cérémonie de cette soirée, nous a appris que la section musicale du collège compte 282 élèves, avec 10- bientôt 12-  professeurs spécialisés. À l’entendre on croit rêver. C’est une véritable oasis culturelle dans le désert de l’éducation artistique haïtienne. Avec l’école de musique Sainte-Trinité, c’est certainement le centre de formation le plus sérieux de la capitale. La pratique de la musique est obligatoire durant quatre années au collège Catts Pressoir : la matière est inscrite au programme. À partir de la cinquième année, elle est optionnelle avec choix libre de son instrument par l’élève.

Toutes les sections de musique ont concouru au succès du concert du 27 avril 2019, donné au Karibe Convention Center en hommage aux talentueux musiciens de la terminale devant quitter bientôt l’école et désirant passer le flambeau musical à leurs cadets.

Deux parties séparées par un intermède

En première partie, le public a assisté aux performances individuelles ou en duo d’élèves au talent avancé ou prometteur :

Redgina Léger au piano dans « Fur Elise» de Ludwig Van Beethoven, Morceau connu, en mineur. Habile exécution.

Steayan Santiague et Clerberson à la trompette et au piano dans « Pomp and circumstance » d’E. Elgar. Air assez connu, en majeur, de marche et de solennité.

Kloé Thénor Louis et Mac David Paul au saxophone alto et au piano dans la «Paloma», cette chanson et habanera célèbre. Le saxo expose parfaitement la mélodie, tandis que le piano l’accompagne par les accords rythmés

Maïkhena Pierre Louis au violon, accompagné par le professeur de piano Isaac
Benjamin dans le «concerto No 2 en Sol majeur» de F. Seitz. Il y a de petits commentaires du pianiste, un bref passage en mineur dans une subtile modulation.

Karl Handy Jean nous a charmés au piano dans «Bagatelle», en mineur de Beethoven.

Abygaëlle Gédéon et Ednie Jozil nous ont captivés dans leur «duo de violon opus 38 No 2» de Mazas, compositeur inconnu pour nous.

Kloé Thénor Louis au saxophone alto est accompagné au piano par le professeur Isaac Benjamin dans l’excellent «Morning» de Edward Grieg, on en a aimé la facture modulante et ascendante.

John Holy Morisset au piano dans «Sonatina» de Kuhloce a réuni tous les suffrages dans le public par son talent habile. Il a plu énormément au grand pianiste Josué Alexis, présent dans l’assistance. C’est un futur virtuose. Persévérance et bonne continuation !

Leissa Labady nous a joué avec satisfaction le premier mouvement de la «sonate au Clair de lune» de Ludwig Van Beethoven. Après l’intermède, le plaisir musical reprenait pendant la seconde partie du programme.

La pré-fanfare, constituée de tout jeunes élèves et musiciens, sous la direction de leur chef a interprété pour notre bonheur «Marching Grenadiers» de Clark Tyler et le chant populaire, le «Spiritual», « When the Saints go marching », morceaux brefs mais plaisants.

La fanfare à base d’élèves plus âgés nous a joué les airs bien orchestrés «Vive la compagnie», chant populaire arrangé par Balent et «Can you feel the love tonight», mélodie de Elton John, célèbre musicien anglais, arrangée par Rice et Minal, et déchaînant des tonnerres d’applaudissements. Elle a aussi exécuté un «concerto pour clarinette» de W.A. Mozart, dont l’arrangement par Jasper n’a pas fait l’unanimité. L’orchestration aurait pu favoriser les flûtes traversières et donner un meilleur traitement à Mozart qu’on ne reconnaît pas dans cette pièce.

L’orchestre à cordes, à base de violons, violas et violoncelles, et constitué par une majorité de filles et de deux garçons, nous a épatés dans la «Petite musique de Nuit» de Mozart arrangé par Gruselle, un extrait des «Quatre saisons» d'Antonio Vivaldi, et le chant traditionnel «Wayo wayo», arrangé par Dickens Princivil, et auquel les pizzicati confèrent un caractère asiatique (chinois, japonais ou autre…). La batterie a assumé une pulsation un peu «rock» dans cette musique.

Le pré-jazz, dirigé par l’excellent musicien Gessoit Pierre-Louis, a bravement interprété «Rock around the clock» de Freedman, arrangé par Sweeny. Ce «tube» de «Bill Haley et ses Comets», datant dans l’histoire du rock-and-roll (1954), était exécuté dans un tempo plutôt lent, créant une ambiguïté rythmique entre swing et rock. On a aimé.

Le jazz. Enfin ! c’est l’acmé du concert, la cerise sur le gâteau, Gessoit Pierre-Louis dirige un spectaculaire et classique « big band» de jazz avec sections mélodiques (trompettes, saxes, clarinettes et trombones) et une section rythmique (tuba, piano, batterie et percussions). On a savouré « Take the  A train de Duke Ellington, arrangé par Minnebo et Keltiz, avec au piano Isaac Benjamin; « Complainte paysanne » de Raoul Guillaume, arrangé par Gessoit Pierre-Louis en une version de valse-jazz ; « In the mood» de Glenn Miller, l’un des parangons de l’ère Swing ; « Peze Kafe», chant traditionnel haïtien, arrangé en rock-and-roll par Gessoit Pierre-Louis.

Dans  le tissu des arrangements, des fenêtres d’improvisations sont ouvertes par des solistes de l’orchestre, filles et garçons à la trompette et aux saxophones altos et ténors. Bravo jeunes hommes ! Bravo jeunes filles ! Gessoit Pierre-Louis est rayonnant de fierté à l’issue de chaque morceau de son programme. L’assistance applaudit chaudement, emballée.

Après la remise de médailles et de plaques aux membres distingués de l’orchestre, on s’en alla chacun de son côté, encore étonné et sous le charme de ces diverses prestations.

Longue vie au collège Catts Pressoir et à son directeur !

Roland Léonard Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".