Banditisme/Martissant

La PNH donne sa version des faits

Pour assassinat, association de malfaiteurs, kidnapping, vol de voiture et de matériaux de construction..., ils sont environ une trentaine de bandits appréhendés par la Police Nationale depuis le mercredi 17 août 2005, selon un bilan présenté par la PNH.

Publié le 2005-08-24 | Le Nouvelliste

Se référant à l'incident survenu samedi dernier à Martissant, la porte-parole de la PNH, Dr Gessy Cameau Coicou, indique que l'institution policière « ne comprend pas encore ce qui s'est passé. Six morts par balles et à l'arme blanche. Au reste, il faudra attendre « les résultats de l'enquête en cours ». Le nouveau porte-parole, l'agent I Wilton Thomas a, quant à lui, présenté un bilan des dernières opérations conduites par la PNH, au cours desquelles environ une trentaine de présumés bandits ont été arrêtés. Mais gare aux questions. A l'agent Thomas, il ne faut peut-être plus poser de questions. Car Mme Coicou ne le laissera pas répondre. A un journaliste qui a demandé à l'agent Thomas plus de détails sur l'opération de la PNH à Martissant, Mme Coicou s'est empressée de répondre et s'est demandée pourquoi c'est à ce dernier que cette question a été adressée et non pas à elle. A chaque question posée, le journaliste doit s'attendre à être invité par la porte-parole à venir fournir plus d'informations sur le sujet. C'est en ce sens qu'elle a publiquement (mais ironiquement) regretté la présence de Guyler C. Delva à cette conférence. Selon la porte-parole, M. Delva fait partie de ces « journalistes privilégiés qui ont accès à des zones où tout le monde n'a pas accès ». Mme Coicou soutient qu'exceptionnellement, M. Delva est toujours présent aux conférences de la PNH qui succèdent aux événements comme celui survenu à Martissant le samedi 20 août dans l'après-midi. Elle termine ce segment de commentaires pour avancer que les « informations exclusives » de M. Delva ont toujours aidé la PNH à progresser dans ses enquêtes. En ce sens, tout le monde doit collaborer avec les autorités policières, dans leur mission de garantir un climat de paix et de sécurité à travers le pays. Invitation de la porte-parole de la PNH Sur sa lancée, Mme Coicou clarifie le cas d'un important homme d'affaires (Stanley Handal) interpellé par la police. Elle indique que ce dernier a été interpellé comme beaucoup d'autres citoyens qui détiennent des informations pouvant aider la police à avancer dans ses enquêtes. A la franche collaboration entre la PNH et la population, Mme Coicou y croit très fort. Suite à la très insuffisante information qu'elle a pu fournir sur l'incident survenu le samedi 20 août, au cours d'un match de football à Martissant (quartier situé à l'entrée sud de Port-au-Prince), Dr Coicou lance illico un appel à la population. « ...La Police Nationale encourage vivement tous ceux-là qui détiennent des informations ou qui ont, de près ou de loin, assisté à l'incident à venir informer la PNH pour la suite de l'enquête... » Rappelons qu'à la faveur d'une opération menée par la PNH au cours d'un match de championnat de quartier à Martissant, plusieurs individus, identifiés comme bandits de Grand-Ravine et de « Nan Beny » auraient été pris à partie par des membres de la population civile, armés de machettes. Et selon la porte-parole, on aurait dénombré 6 morts à la suite de cet incident. Mme Coicou souligne que cette intervention de la police était une réponse à des appels des habitants de la zone, indiquant que des bandits-criminels venant de Grand-Ravine et «Nan Beny », quartiers situés dans la périphérie de Martissant, assistaient à ce match. Cette dernière en profite aussi pour exhorter la population à ne pas continuer dans cette pratique qui consiste à se faire justice en lynchant ceux identifiés comme des criminels. Le porte-parole de la CIVPOL, Jean-François Vezina, abonde dans le même sens. Il recommande à la population d'utiliser les canaux de communication mis en place par la PNH (téléphone : 228-2662 / 224-2664 / 114) et la MINUSTAH (Je wè bouch pale ; 244-3503) pour informer les autorités responsables sur l'identité ou les actes subversifs des présumés criminels au lieu de se faire justice soi-même. A tous, il est demandé de communiquer aux forces légales.
Gaspard Dorélien gasparddorelien@lenouvelliste.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".