RSF - LIBERTE DE LA PRESSE

Haïti recule de deux points au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Publié le 2019-04-22 | lenouvelliste.com

Jamais, depuis 2013, le pays n’était si mal classé dans l’index sur la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF). Haïti est donc 62e sur 180 pays et territoires dans le monde (49e en 2013). Ce recul de deux places par rapport au classement de 2018 est dû à un « environnement de travail trop précaire », si l’on en croit l’analyse faite sur Haïti.

S’il est vrai qu’il n’y a pas de journalistes ou de collaborateurs de RSF tués ou emprisonnés au cours de l’année, l’index retient la disparition en 2018 du photoreporter Vladjimir Legagneur, alors qu’il réalisait un reportage dans un quartier sensible, comme évènement qui a profondément choqué le pays. Reporters sans frontières souligne aussi que « les médias privés, très liés aux intérêts de leurs actionnaires, peinent à exprimer leurs points de vue sans autocensure ».

« Malgré la récente évolution des lois relatives à la liberté de la presse, les journalistes haïtiens sont toujours victimes d’un cruel manque de ressources financières, de l’absence de soutien de la part des institutions et d’un accès difficile à l’information. Certains subissent encore des intimidations et des agressions, notamment pendant les manifestations. Les infrastructures existantes sur l’île ont considérablement été endommagées par les catastrophes naturelles successives », peut-on lire dans la présentation sur Haïti.
 

Plus près de nous, la République dominicaine, où les journalistes qui couvrent des sujets sensibles comme la corruption ou le narcotrafic s’exposent entre autres à des menaces ou de violentes représailles, se retrouve à la 55e place. Elle se retrouve avec Haïti et les États-Unis qui se classent en 48e position dans la zone orange, ce qui signale une situation problématique.

Au classement 2019, la Norvège conserve pour la troisième année consécutive sa place de premier, tandis que la Finlande retrouve sa deuxième position, la Suède (3e), les Pays-Bas (4e), la Jamaïque, l’une des Grandes Antilles de la Caraïbe, compte parmi les pays qui respectent le plus la liberté de l’information en huitième position, ensuite vient le Costa Rica dans l’Amérique centrale qui est 10e.

Publié chaque année depuis 2002 à l’initiative de RSF, le Classement mondial de la liberté de la presse permet d’établir la situation relative de 180 pays et territoires en matière de liberté d’information.  La méthodologie du classement s’appuie sur leurs performances en matière de pluralisme, d’indépendance des médias, d’environnement et d’autocensure, de cadre légal, de transparence et de qualité des infrastructures soutenant la production de l’information.



Réagir à cet article