DGI : le directeur général Miradin Morlan évoque des efforts de modernisation de l’institution

D’ici à 2021, la Direction générale des impôts ambitionne de devenir la « DGI 2.0 », c’est-à-dire une institution qui entend améliorer ses services en utilisant les outils de la technologie de la communication. C’est le directeur de cette institution, Miradin Morlan, qui en a fait mention sur la chaîne 20, lors de sa participation mardi à l’émission « Haïti, Sa k ap Kwit.»

Publié le 2019-04-17 | Le Nouvelliste

« Nous prenons la réforme à cœur au sein de la DGI», a rassuré Miradin Morlan sur le plateau de l’émission. Le directeur évoque donc un plan de réforme de la DGI visant à transformer l’institution. Avec ce plan de modernisation, les contribuables seront capables de faire leurs déclarations définitives d’impôt ou de payer leurs taxes en ligne (à travers Internet). Bientôt, ils pourront également acheter leur droit de passeport (le timbre) à partir de leurs mobiles. Dans le cadre de la réforme, la DGI implémente le système d’identification fiscale unique pour l’importation. Elle met aussi en place des agences locales des impôts (ALI) dans différentes communes du pays où il n’y a pas beaucoup de potentialités économiques). Plusieurs rencontres sont déjà tenues avec des assemblées départementales, comme pour discuter avec les acteurs locaux pour une meilleure collecte de recettes. « Nous sommes allés chercher nos contribuables », s’est-il enthousiasmé.

Le directeur Miradin Morlan n’a pas manqué de vanter les efforts consentis par la DGI, notamment dans le domaine de la construction d’un ensemble de bâtiments publics au niveau de différents départements. L’idée consiste à sortir les contribuables de leur labyrinthe coutumier, en leur offrant un service de proximité efficace et de qualité.

En effet, depuis 1987, la Direction générale des impôts s’était engagée dans un vaste programme de réforme. Mais, rappelle le directeur, il n’existait pas de structures pour assurer la gestion de cette réforme. Il fallait attendre 2012 pour voir les responsables décider de placer une structure baptisée : « Unité de suivi de la réforme et de pilotage (USRP) ». Cette unité reçoit une assistance technique de l’Office du Trésor américain (OTA), un appui du Canada, du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale, de l’Expertise France, ajoute Miradin Morlan, également président du « Centre de rencontres et d’études des dirigeants des administrations fiscales (CREDAF) » regroupant tous les pays francophones de l’Afrique et aussi le Canada, la Belgique et la France.

En fonction depuis le 1er octobre 2014, le directeur Miradin Morlan se targue d’avoir permis à l’institution d’atteindre convenablement ses prévisions de recettes. En effet, elles sont passées de 21 milliards à plus de 56 milliards de gourdes en moins de 5 ans. Cette année les derniers événements enregistrés depuis les 6 et 7 juillet 2018, ou en février dernier, la DGI a donc révisé ses prévisions à la baisse, compte tenu des conséquences sur les entreprises particulièrement ciblées.

En dépit des contextes difficiles, la DGI ne se plaint pas de la perception de recettes escomptées, selon le directeur Morlan. « Grâce à notre savoir-faire, la collaboration de nos employés, dit-il, nous avons travaillé jusqu’à dépasser les prévisions. » Pour le mois de février, Miradin Moraln affirme avoir collecté plus de 3, 6 milliards de gourdes (même si les prévisions étaient estimées à environ 3,3 milliards). Le responsable de la DGI en a profité pour annoncer un ensemble de mesures en cours afin de favoriser la rentrée de plus de recettes dans les caisses de l'État.

Le directeur général évoque en effet d’autres stratégies à mettre en place pour élargir l’assiette fiscale en exploitant d’autres champs. (par exemple : les gens qui exploitent le littoral/les motos qui roulent sur les voies publiques sans plaque d’immatriculation…). « Nous allons mettre des bouchées doubles pour trouver les recettes », garantit le directeur qui évoque la mise sur pied d’un service de dépistage leur permettant de découvrir des niches fiscales.

Direction déconcentrée du ministère de l’Économie et des Finances, la DGI a pour mission de collecter des taxes et impôts des contribuables, de représenter l’État haïtien en justice tant comme partie défenderesse ou partie demanderesse, et de s’occuper de tous les biens du domaine privé de l’État.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".