Inquiétudes du GARR contre la violation des droits des migrants haïtiens par les autorités dominicaines

Publié le 2019-04-16 | Le Nouvelliste

Le Groupe d’appui aux réfugiés et des rapatriés (GARR), dans un document rendu public, a recensé 23 941 cas de rapatriement et 265 retournés spontanés  au cours des trois premiers mois de l’année 2019 à travers les points frontaliers officiels et non officiels. Des mineurs et des femmes enceintes non accompagnés n’ont pas été épargnés.

79 enfants ont été enregistrés à Malpasse (département de l’Ouest) et dans des points non officiels de la commune de Ferrier (département du Nord-Est). La frontière de Ouanaminthe a reçu le plus de migrants rapatriés au nombre de 10 844 par rapport aux autres proints frontaliers. À la frontière officielle de Carisal/Elias Piña (département du Centre), 6 830 personnes. Au niveau de Malpasse/Jimani (département de l’Ouest), 113 ont été répatriés pour seulement le mois de mars 2019. Par ailleurs, celui de Cornillon/Grand-Bois, qui n'est pas officiel, a accueilli 65 rapatriés entre février et mars 2019.

Cependant, les responsables du GARR appellent les autorités haïtiennes à la nécessité de travailler avec les autorités dominicaines en vue du respect des droits des migrants haïtiens dans les opérations de rapatriement, car des violations de leurs droits ont été enregistrées. C’est le cas d’un étudiant haïtien muni de son passeport avec un visa dominicain valide ayant requis l’anonymat qui a été accueilli au bureau du GARR à Belladère, le 15 mars 2019.  «J’ai été reconduit à la frontière en dépit de la présentation de mes documents de voyage aux agents de la migration dominicaine lors des opérations », a déclaré l’étudiant.  De plus, les soldats dominicains ont déchiré cinq passeports qui n’étaient pas expirés ainsi que des permis de séjour appartenant à des ressortissants haïtiens.

Toutefois, le GARR dit avoir accueilli d’autres rapatriés dans son bureau qui ont été dépossédés de leurs objets de valeur provenant du centre carcéral d’Haïna, une ville située au sud de la République dominicaine dans la province de San Cristóbal, avant d'être reconduits à la frontière.  Selon les données du GARR, les Haïtiens rapatriés pendant les trois premiers mois de l’année 2019 ont vécu entre trois mois et cinq ans dans des villes dominicaines, notamment à  San Juan de la Maguana, Barahona, Higuey, San Pedro de Macoris, Las Matas et Santo Domingo.  Au moment de leur rapatriement leurs documents de voyage ont été confisqués et d’autres ont subi de mauvais traitements comme : vol de leurs objets de valeur, bastonnade, emprisonnement, etc.

Kenson Cyle kensoncyle3@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".