Congrès du GREH

Himmler Rébu se porte candidat à la présidence

Le 22 août 2004, le GREH a été lancé sur la scène politique. Un an plus tard, ce parti frais émoulu se lance dans la course électorale.

Publié le 2005-08-23 | Le Nouvelliste

« Du sommet de cette tribune, dans la ville de Léogâne, je lance un appel aux officiers, sous-officiers, soldats, et aux chefs de section de la République pour qu'ils se préparent à se mettre au service de la nation », a déclaré, aux côtés de sa fille debout comme un soldat sur l'estrade, le colonel Himmler Rébu, représentant du GREH aux présidentielles de novembre 2005. Dans une atmosphère électrisante, le lundi 22 août, au local de Juventud Nigth club, à Léogâne, le Grand Rassemblement pour l'Evolution d'Haïti (GREH) a réalisé son premier congrès national. Devant le représentant de la République de Chine, les notables de la cité d'Anacaona, les délégations des dix départements du pays et une foule de sympathisants, le candidat à la présidence, du haut de ses 54 ans, a martelé son crédo : « Les prescrits des règlements des Forces Armées d'Haïti, les prescrits de la justice militaire, entreront en pleine vigueur et ce gouvernement n'acceptera aucun écart à la discipline et à la justice. L'armée aura un double devoir au-delà de la défense stricte de la nation, au-delà des exercices militaires, de la préparation de nos jeunes femmes et de nos jeunes gens, l'armée se trouvera aussi dans les champs avec nos cultivateurs. Elle se trouvera également là où il y aura des routes à percer ». Ordre et vie « Le meilleur choix » est le programme politique du GREH a précisé le colonel Rébu. Le grand axe du programme politique de son parti est : ordre et vie. L'ordre, a-t-il insisté, sera établi sur tout le territoire. « Il ne s'établira pas avec le bâton et le fusil ». Ses hommes étant pétris de connaissances dans le domaine de la sécurité établiront un plan de sécurité dans le pays, laquelle sécurité mettra un accent particulier sur la prévention. Prévenir coûte moins cher que guérir. Le militaire soutient fermement ses quatre vérités à un public tout à fait gagné à sa conviction : « L'Etat haïtien dispose de deux instruments pour établir l'ordre : la police et l'armée. Nous allons renforcer la police techniquement, du point de vue matériel, logistique et au niveau de la confiance ». Le retour de l'armée sur la scène est irréversible, pour le colonel. Il extrait l'idéal mystique de ses convictions de l'histoire de la première République noire indépendante du monde. « Haïti a vu le jour parce que, d'abord, il y avait une armée ». Aussi, les forces armées d'Haïti seront-elles rétablies dans leur droit et devoir comme prévu par la Constitution de 1987. Les armes ne résoudront pas le problème de l'insécurité que connait Haïti, a encore souligné le colonel. « L'insécurité a trois volets : politique, social et économique ». Le leader a utilisé l'allégorie d'un homme qui a passé cinq jours sans manger pour illustrer un cas extrême. Celui-ci restera-t-il un honnête homme bon gré mal gré ? Dans une approche participative, il a questionné le public pour l'aider à trouver la réponse. Et de conclure à la manière du poète : « Nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert ». Le leader du GREH a convié nos valeurs à s'engager véritablement dans la lutte politique pour que la barque nationale ne fasse pas naufrage. Il s'est dit ouvert. Et de fait, part à la recherche des compétences : « Si je deviens président de la République, seulement 6 postes ministériels seront occupés par les cadres du GREH. Nous recruterons les autres valeurs au sein d'autres partis politiques ». Pour mener ensemble la barque nationale. Retour à la terre Himmler Rébu prône le retour à la terre, à toutes les terres. « Nous n'accepterons pas qu'une seule petite parcelle de ce territoire ne soit cultivée pour donner à manger à nos enfants ». Du haut de son pupitre, sa fille toujours à ses côtés, il a déclaré : « Si une terre reste en friche, les agronomes du ministère de l'Agriculture, de l'armée, vont la travailler avec les paysans. 50% de la récolte iront aux cultivateurs, 30% aux propriétaires terriens et 20% au programme de cantine scolaire ». Des tonnerres d'applaudissements ont salué cette déclaration. Il l'a modulée cependant avec une règle de notre droit objectif que nul citoyen n'est censé ignoré : « La loi qui protège la propriété privée existe, nous l'appliquerons ». Dix centres universitaires avec GREH Lorque le GREH tiendra les rênes du pouvoir, signale le potentiel candidat, certains termes comme « assistance », « aide », disparaîtront de notre vocabulaire. « Le gouvernement du GREH va abolir ces termes. Nous ne serons pas un peuple assisté. Nous serons un peuple travailleur. Nous appellerons la communauté internationale à être présente à nos côtés ». Ravivant la flamme de l'espoir chez ses sympathisants, Himmler Rébu a déclaré avec véhémence : « Nous ferons appel à la communauté internationale pour que les retraités de la Suisse, de la Belgique, de la France, de la Guadeloupe, de la Martinique, les retraités d'université puissent être présents à nos côtés sous le soleil chaud d'Haïti pour ouvrir nos dix centres universitaires, dans chaque département de la République ». Pour renforcer l'espoir, chez eux, il dit qu'il prendra personnellement son bâton de pèlerin pour se rendre en Afrique, en Europe afin de rencontrer d'anciens camarades professeurs d'éducation physique qui ont étudié avec lui en Europe pour que le sport devienne non seulement un moyen pour assurer la santé des jeunes et des moins jeunes, mais aussi pour que le sport devienne un produit rentable. Alliances parallèles L'ex-député de Léogâne, Evans Beaubrun, a gravi la tribune pour saluer le courage du colonel : « Himmler Rébu s'est beaucoup sacrifié pour notre pays. Je sais ce qu'il porte dans son coeur ; c'est pourquoi je suis monté sur cette estrade. Je ne lui demande qu'une chose : si à un moment donné, pour sauver le pays, c'est une alliance qui s'impose, tiendra-t-il le même discours comme il a l'habitude de me parler en aparté ». Le colonel Himmler Rébu a répondu affirmativement à l'ex-député. « Le GREH dans sa position officielle a inauguré dans le langage politique en Haïti, le système des alliances parallèles. Ce choix est lié à une réalité, car aujourd'hui aucun parti politique, aucun homme bien intentionné et aussi puissant qu'il puisse être ne peut prendre tout seul la direction de cette nation ». Présentation des cartels de Léogâne Le candidat à la députation de la première circonscription de la commune de Léogâne, Jean-Auguste Mathieu s'est dit prêt à donner son appui à la mise en place de toutes les institutions fondamentales et démocratiques du pays. Et sans oublier « d'apporter à la chambre des députés les desideratas de tous les Léogânais. Pour protéger la masse paysanne ». La candidate à la Mairie de Léogâne, Madame Gabrielle Rébecca Pierre a salué les candidats venus des dix départements du pays. Elle s'estime heureuse de voir le premier congrès de GREH organisé dans sa ville natale. Madame Rébecca Pierre a fait beaucoup de promesses. Sa priorité est le marché de Léogâne ; ensuite, faire de Trouin une commune et de Carrefour Dufort un quartier. Elle a cité pêle-mêle ce que son administration compte entreprendre au cas où elle arriverait à occuper le poste à l'hôtel de ville : canalisation, drainage, routes vicinales en terre battue, réaménagement des rues, place publique, des centres de métier, de santé, dans les 13 sections communales de la cité d'Anacaona, des centres sportifs, des postes de secours en cas d'accident de la route. La candidate à la mairie croit qu'elle apportera l'électricité 24 heures sur 24 à sa ville natale. Elle a signalé qu'elle est aussi intéressée par la question écologique. La réponse à l'environnement sera accompagnée de programmes écotouristiques en vue de mettre en valeur les sites touristiques de Léogâne. Dans l'agenda de la mairie, une foire artistique se fera chaque année en vue de présenter au pays et au monde les nombreux talents que recèle Léogâne. La troupe de danse de la Cité d'Anacaona, « Les enfants de Rose », a soulevé l'admiration de l'assistance. Les enfants de Rose ont préparé les esprits pour le congrès politique de GREH. Ce n'est pas sans raison que le candidat aux présidentielles de novembre 2005 a déclaré que « la Cité d'Anacaona doit être une ville d'espoir, une ville moderne ».
Claude Bernard Sérant serantclaudebernard@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".