Constitution de 1987 : « Un problème d’acteurs, d’honnêteté politique et d’engagement citoyen »

Le débat sur la Constitution de 1987 continue de produire des remous, tant dans le milieu politique que dans le milieu académique. Si certains acteurs, pour une raison ou une autre, ne cessent d’imputer les crises chroniques du pays à certaines faiblesses liées à la loi-mère, d’autres, comme le professeur Luné Roc Pierre, essaient de convaincre du contraire. Ce chercheur en sciences humaines et sociales, qui vient de consacrer tout un ouvrage sur la Constitution, estime que le ton sur lequel qu'on en parle est plutôt inquiétant.

Publié le 2019-04-12 | Le Nouvelliste

Entre juin et septembre de cette année, les parlementaires devront statuer sur les amendements de la Constitution, s’ils respectent l’échéance constitutionnelle. En effet, une commission spéciale de la Chambre des députés et une autre du Sénat ont travaillé sur des propositions d’amendement appropriées. Mais le débat reste entier. Est-il nécessaire d’amender la Constitution une énième fois ? Ou, doit-on procéder à une révision qui aboutira à une nouvelle Constitution ? Plus académique que politique, l’auteur de l’ouvrage intitulé : « La Constitution haïtienne de 1987 est-elle un produit importé ? », considère que le débat qu’on en fait est non incongru, mais ambigu.

Le professeur Luné Roc Pierre-Louis, docteur en information et communication de l’Université Catholique de Louvain,  constate qu’il y a, dans la société, certains acteurs issus du paysage politique investissant les médias, notamment la radio, qui, déduit-il, n’ont jamais pris le temps de lire la Constitution afin de cerner  les enjeux et les idées traversant ses différentes dispositions. Pourtant, ces acteurs, d’après lui, considèrent  la Constitution comme une source « crisogène »,  générant donc des crises à répétition dans le pays. « C’est une tentative qui vise à déresponsabiliser les acteurs, en désengageant les citoyens, les dirigeants, du moins, tous ceux qui devraient contribuer à la mise en application de cette Constitution », glisse le spécialiste.

Quoi qu’il ne s’oppose pas à toute idée d’amendement, le professeur d’université explique que les problèmes ne proviennent pas de la Constitution elle-même, mais du fait que celle-ci, dans ses principes républicains, ait été mal abordée ou piétinée. En plus du rôle que devaient jouer des institutions étatiques dans la  gestion de la République, il y a aussi celui des partis politiques manquant dans l’équation, notamment dans l’expression de la souveraineté populaire.

Observateur avisé du monde académique, haïtien, le professeur Pierre Louis évoque la faillite des trois pouvoirs de l’Etat. D’un côté, se trouve un exécutif qui a tendance à empiéter sur les autres pouvoirs. De l’autre, un appareil judiciaire qui n’arrive pas à s’assumer comme l’un des pouvoirs, et un pouvoir législatif qui ne s’attelle pas à la mission qui lui a été attribuée par la Constitution. Au niveau du Parlement, Luné Roc Pierre Louis estime que des élus agissent tout simplement au prix de leurs intérêts mesquins, en dehors de la Constitution, tout en négligeant leurs intérêts de partis. Or, avance-t-il, les autorités n’ont pas d’autres attributions que celles qui leur sont consacrées par ladite Constitution. Mais le constat est qu’ « il y a un problème d’acteurs, d’honnêteté politique et d’engagement citoyen », d’après le professeur.

 « Quand, par exemple, les acteurs politiques ne s’entendent jamais pour organiser des élections à intervalles réguliers, comme prévu dans la Constitution, ce n’est pas à la loi mère qu’il faut attribuer le problème… », défend le chercheur.  Si ce dernier ne soutient pas l’idée d’une révision de la Constitution devant aboutir à une nouvelle Constitution (comme l’ambitionnent les amendements de la commission spéciale de la Chambre des députés), il appuie, en revanche, la thèse selon laquelle Haïti n’a pas un problème de Constitution. Haïti reste toutefois libre de décider, à travers la communauté politique, d’adopter une nouvelle Constitution.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".