Une murale de Vanessa Craan au siège de l'Organisation des États Américains

Le tryptique de Vanessa Craan sera exposé à l’entrée de la prestigieuse salle Simon Bolivar, de l’immeuble de l’OEA, jusqu'à 2024, et intégrera par la suite les archives du Musée d’Art des Amériques. L’œuvre de cette artiste a été dévoilée à un public composé de personnalités triées sur le volet, le 25 mars dernier, lors de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite des esclaves.

Publié le 2019-04-01 | Le Nouvelliste

            Vanessa Craan s’est installée en Floride en juillet dernier, la mort dans l’âme. Les événements des 6 et 7 juillet ont eu raison de sa ténacité. Les larmes aux yeux, elle part et laisse en arrière sa terre natale qu’elle chérit, sa famille, ses amis, sa vie, ses élèves. Elle conduit ses enfants vers une vie qu’elle espère plus facile, armée de son chagrin, de ses espoirs et de son talent.

            Au même mois de juillet, elle part en visite à Washington : l’Organisation des Etats américains cherche un artiste capable de réaliser une œuvre magistrale dans le cadre de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et du commerce transatlantique d’esclaves. Les pourparlers ont commencé il y a quelque temps, la mission est ambitieuse : il faut exposer les atrocités commises, tout en honorant le courage des victimes. Peindre l’insoutenable, camper la résilience, rendre hommage aux Afro descendants.

            Vanessa peint depuis près de vingt ans : son talent n’a d’égal que sa technique.  Avec plus de deux cents tableaux à son actif, Vanessa s’est approprié la peinture à l’acrylique qui est devenue son mode d’expression favori. Elle a développé une technique singulière et évolutive de peinture au couteau qu’elle peaufine avec un pinceau de plus en plus mature et adroit. Elle marie les ombres et les couleurs, la finesse et la douceur.  Elle dessine également, à ses heures perdues, et à ses portraits, dessinés ou peints; il ne manque que la parole. Ses tableaux pénètrent, bouleversent, inspirent, et fascinent.  Le talent, la technique, la formation, l’humilité.

           

            Une fois officiellement commissionnée par l’OEA pour la réalisation de la toile, elle se replonge dans ses livres d’histoire. La petite Haïtienne, formée sur les bancs des meilleures institutions scolaires de notre pays, qui connaît le commerce triangulaire, la traite des Noirs, le traité de Ryswick parce qu’elle a si bien appris son histoire d’Haïti, retourne humblement fouiller le passé pour s’en imprégner. Elle visite les musées, rouvre ses livres et laisse errer son imagination dans les cales immondes des négriers qui ont transporté nos ancêtres. Elle revit la douleur de la séparation des mères et de leurs enfants, le désespoir de l’arrachement, l’humiliation de la réification, le déchirement de la déshumanisation. Elle ne parle plus que de chaînes, de cordes, de marchés aux esclaves, de travaux forcés. Elle sent aussi battre en elle l’insoumission, le marronnage, la résistance, la rage de vaincre. Ses mains ont désormais une histoire à raconter, au nom des siens.

            Un tryptique, trois tableaux de 152 cm par 177 cm chacun, pour camper trois siècles d’horreur et de lutte pour la dignité humaine. Un tryptique pour symboliser le commerce triangulaire,  dépeindre les atrocités de l’esclavage et de la traite des Noirs, et en commémorer les millions de victimes. Un tryptique pour honorer un peuple arraché à sa terre natale pour l’asservissement, qui s’est forgé une identité dans la dignité et la résilience.

            L’œuvre, dont une image est reproduite ici, a été dévoilée à un public composé de personnalités triées sur le volet, le 25 mars dernier, lors de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite des esclaves. Cette journée s’inscrit dans le cadre plus large de la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine dans les amériques  (2015-2024) proclamée par l’ONU, et de la Semaine interaméricaine pour les personnes d’ascendance africaine dans les Amériques. Le tryptique restera exposé à l’entrée de la prestigieuse salle Simon Bolivar, de l’immeuble de l’OEA, jusqu'à 2024, et intégrera par la suite les archives du Musée d’art des Amériques. Avec un peu de chance, ce sera peut-être l’occasion pour l’OEA d’ériger un mémorial en l’honneur des victimes de l’esclavage et de la traite des esclaves.

            Vanessa Craan nous livre un chef-d’œuvre, en hommage à son pays, à son histoire. C’est une contribution magistrale d’Haïti à l’art et à l’humanité, qui rappelle, à bon escient, en ces temps troubles, que notre terre continuera à produire des artistes, des hommes, des femmes de valeur dont le rayonnement rejaillit sur nous tous. Bravo Vanessa, merci Vanessa. Ton pays, tes amis, ta famille, tes anciens élèves et ton école te remercient du fond du cœur et t’applaudissent avec fierté.

                Vanessa Craan a été l’élève du grand Ralph Allen. Elle a poursuivi ses études en art à La Escuela de Diseño Altos de Chavon, en République dominicaine où elle a exploré le dessin, la sculpture, l’illustration et diverses techniques. Sa préférence marquée pour la peinture à l’acrylique s’est rapidement révélée ainsi que sa technique particulière de peinture au couteau. Son talent d’artiste et sa sensibilité l’ont conduite vers l’éducation et durant plus de cinq ans elle a encadré des jeunes au sein d’institutions scolaires, en particulier au Collège les Oliviers où elle occupait jusqu’à juillet dernier le poste d’assistant directeur aux affaires académiques et disciplinaires.

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".