Des tirs de militaires dominicains font un mort et deux blessés du côté haïtien à Belladère

Publié le 2019-03-15 | lenouvelliste.com

Une personne a été tuée et deux autres blessées par balle à Belladère, ville frontalière avec la République dominicaine le vendredi 15 mars. Selon le maire principal de la ville, Ledoux Macklish, ces compatriotes ont été touchés par des tirs des militaires dominicains. Depuis deux mois, les  Dominicains entreprennent des travaux de construction d’un mur et d’autres infrastructures dans la partie haïtienne au niveau de la frontière. L’incident se serait produit au moment de la manifestation d’une foule qui protestait contre la réalisation desdits travaux. « Une personne, un marchand de crème à la glace, a été tuée lorsque les militaires dominicains ont ouvert le feu sur les Haïtiens. Je peux confirmer que deux autres  personnes ont été blessées par balle. Elles ont été transportées à l’hôpital de Mirebalais », a fait savoir Ledoux Macklish, qui ne pouvait pas confirmer l’identité des victimes. Il n’écarte pas la possibilité qu’il y ait beaucoup plus de blessés.  

Le maire de la ville de Belladère déplore que les autorités de l’administration centrale n’aient rien fait pour empêcher ce drame.  Depuis que le désordres a commencé dans la localité de Cachiman, il y a deux mois, Ledoux Macklish précise avoir acheminé son rapport au ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales. « J’ai écrit, j’ai fait mon rapport. Hier soir encore, il était environ dix heures quand j’essayais d’expliquer la situation au ministre de l’Intérieur », a-t-il ajouté.

Selon Ledoux Macklish, les militaires dominicains ont eu le temps de construire  durant ces deux mois « une grande caserne, une douane et une clôture sur une portion de terre qui a toujours appartenu à Haïti ».  

 Ledoux Macklish déplore aussi que la population belladeroise ne soit pas protégée des agissements des militaires dominicains. « Je ne crois pas qu’il y ait sur place cinquante policiers pour  tout le département du Centre »,  regrette l’édile de Belladère.

À la frontière entre Haïti et la République dominicaine, il existe une zone neutre constituée de quinze mètres de chaque côté. De nombreux Belladerois estiment que les Dominicains ont violé cette zone en s’accaparant des quinze mètres du côté haïtien, selon Love Aimont, un journaliste local.

Mercredi, rapporte-t-il, des autorités dominicaines accompagnées de plusieurs militaires et d’experts y ont débarqué de leur hélicoptère et d’autres engins pour effecteur un arpentage. Les Haïtiens ont réagi à coups de pierres. Les militaires dominicains avaient juré de répondre par les armes au cas où les Haïtiens auraient tenté de reproduire le même geste. Ce qu’ils ont effectivement fait ce vendredi. « Les militaires ont tiré à hauteur d’homme », a-t-il expliqué.  Il souligne que les autorités de l’administration centrale n’ont rien fait pour arrêter les Dominicains dans leur velléité en dépit des nombreuses dénonciations de la presse locale, notamment les élus locaux.

En août 2018, six civils haïtiens avaient été tués dans un échange de tirs avec des militaires dominicains.



Réagir à cet article