Situation de sécheresse : nous sommes en plein dans une catastrophe, selon Jean André Victor

Publié le 2019-03-14 | Le Nouvelliste

National -

De nombreux spécialistes redoutent une aggravation de l’insécurité alimentaire cette année à cause de la sécheresse à laquelle le pays fait face. En début de semaine, sur Magik 9, le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural avait dressé le portrait d’une situation très peu optimiste du secteur agricole pour lequel l’eau constitue un élément essentiel. Comme pour dédramatiser ou pour laisser comprendre que ce serait normal, le ministre de l’Agriculture avait déclaré que « chaque année, à pareille époque, il y a toujours sécheresse dans le pays ».  Intervenant lundi, sur Magik 9, l’agronome Jean André Victor a mis en cause les choix stratégiques des autorités haïtiennes.

 « Il existe trois grands problèmes que nous ne maîtrisons pas dans ce domaine. Le premier problème, c’est que nous ignorons ce qu’est l’irrigation. En principe, l’irrigation sert à trouver de l’eau pour l’arrosage des jardins dans la saison sèche. Si on n’arrive pas à trouver l’eau quand il ne pleut pas, on est passé totalement à côté de la plaque », selon Jean André Victor. Le deuxième problème est lié, selon l’agronome, au manque d’intérêt des autorités haïtiennes pour la quantité et la qualité de l’eau qui arrive dans le fleuve Artibonite. Il dénonce le fait que le barrage de Péligre dont la fonction première est l’irrigation soit géré par l’EDH et non pas par l’ODVA. Sous l'administration d’Estimé, une firme américaine chargée de mener une étude avant la construction du barrage de Péligre avait recommandé que le bassin versant de l’Artibonite soit pris en charge afin d’éviter que cette infrastructure soit hypothéquée, rappelle Jean André Victor déplorant que les recommandations de la firme n’ont pas été prises en compte. 

« C’est une erreur extraordinaire. Nous ne faisons que prendre des mesures en aval pensant qu’elles pourront réduire les pertes par infiltration », a-t-il indiqué comme troisieme probleme.  Les travaux de curage et de bétonnage des canaux d’irrigation ne sont pas totalement inefficaces mais ils ne corrigent aucun problème, selon Jean André Victor, soulignant les conséquences de cette situation, dont la diminution de la quantité d’eau disponible pour irriguer les terres qui elles-mêmes ne cessent d’augmenter.   

Si les initiatives des autorités consistant à distribuer des engrais, à nettoyer  les canaux ne donnent pas les résultats escomptés, ce n’est pas une « fatalité », précise Jean André Victor. «  C’est simplement parce que les problèmes de fond ne sont pas gérés correctement », souligne-t-il.

Jean André Victor a aussi mentionné le cas du système d’irrigation dans la rivière Grise inauguré en 1790. Il regrette que des travaux aient été effectués en aval plutôt qu’en amont dans ce système quasiment ensablé.  «  Nous sommes en plein dans une catastrophe. Partout  où il y a dans le pays de systèmes d’irrigation, de barrages et de rivières, ces mêmes problèmes existent. Ils sont sédimentés et envasés. D’où une réduction de la quantité d’eau disponible pour l’irrigation tandis que la population, c’est-à-dire le nombre de bouches à nourrir, augmente  », affirme l’agronome qui souhaite que les autorités parviennent un jour à freiner la dégradation du pays et plaide en faveur d’une délocalisation du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural.    

«  Pour freiner la dégradation, il faut remonter à l’origine du mal, c’est-à-dire en amont des bassins versants au sommet des mornes. S’il y a une décision à prendre, c’est de déplacer le ministère de l’Agriculture et le placer au sommet des mornes afin que les techniciens puissent y rester et faire face au problème », propose-t-il.

Le gouvernement haïtien et la communauté humanitaire ont lancé le 28 février dernier un appel de fonds de 126,2 millions de dollars en vue de répondre aux besoins humanitaires de 1,3 million de personnes à travers le Plan de réponse humanitaire 2019-2020. Ce plan vise à assister les personnes les plus vulnérables qui ont été identifiées au cours de l’évaluation des besoins humanitaires conduite fin 2018.

Danio Darius
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".