Jamesley Lafleur : le lieutenant de Safety Promo

PUBLIÉ 2019-03-13
Directeur de marketing et représentant légal de la plateforme de promotion en ligne Safety Promo, manager du chanteur Mandela, Jamesley Lafleur s’est au fil des ans créé une place dans l’industrie musicale haïtienne. À partir de rien, l’enfant de Martissant s’est faufilé, a forgé ses propres opportunités. Aujourd’hui, avec fierté, il étale son parcours, car, comme il aime à le dire : « Il faut célébrer et valoriser les petites victoires de sorte que de plus grandes viennent à nous. »


Il était le prototype du jouisseur. Après ses études classiques, Jamesley Lafleur multipliaient les virées à la plage, à la piscine et dans les night-clubs. Sans projet d’avenir. Sans but. « La réalité de la vraie vie m’avait frappé en plein visage. Je n’étais vraiment pas prêt à l’affronter. J’ai donc passé un an à bambocher. Jusqu’à ce qu’un ami sociologue, Evens Séraphin, me ramène à la raison, au point de passer une journée à réfléchir et de ne pas profiter de cet énième tour à la mer », raconte ce cadet d’une famille de 5 enfants ayant usé ses pantalons sur les bancs de pas mal d’écoles de la capitale telles que l’Institution d’enseignement moderne, le collège Nelson Mandela, le Collège mixte Frère Roc, le lycée Toussaint Louverture, entre autres.

Suite au sermon de M. Séraphin, Jamesley change sa vie de cap. Il voit alors la nécessité de s’inscrire à l’université, puis de se créer des occasions bénéfiques. « Le métier de manager m’a toujours intéressé. En décembre 2012, je me trouvais à une intégration des nouveaux étudiants de la Faculté de droit et des sciences économiques où BIC assurait l’animation musicale. En le regardant jouer, j’ai tout de suite su que je devais saisir l’occasion et lui parler de D-One, ce jeune artiste que je connaissais », poursuit-il. Ainsi, cette rencontre impromptue et hasardeuse donnait le ton à la carrière de manager de l’étudiant en marketing de l’Université Quisqueya.

Dans sa quête de manager, il fait ensuite la rencontre de Bélo, puis de Jean Jean Roosevelt ; et toujours la possibilité de trouver des ouvertures pour D-One se trouvait au menu. « BIC, Bélo et Jean Jean sont tous des personnes très sympathiques et aimables, n’hésitant jamais à apporter leur aide », reconnaît Jamesley Lafleur, actuel représentant de l’artiste Mandela Jean-François. « Avec Mandela tout a commencé par hasard. Il rentrait à peine de Port-de-Paix et je l’écoutais au micro de Carel Pèdre. Je l’ai tout de suite contacté après l’interview, afin de lui proposer mon aide comme manager. »

Ayant appris les rouages du métier sur le tas, ce membre de l'équipe initiatrice de l'événement estival Sumfest et du Festival Mizik Saint-Marc admet vite la nécessité d’apprendre de l’expérience de ses aînés. « Il y avait tant de choses que je ne maîtrisais pas vraiment. Et au fur et à mesure, je comprenais que le métier de manager n’était pas une mince affaire, que ma passion ne me suffisait pas. J’ai donc pris rendez-vous avec ceux et celles qui ont réussi dans le domaine avant moi pour me guider, à l’instar de Lourdes Anna Chancy, Carl Fred Behrmann, Harry Luc, Fred Lizaire », avoue-t-il, chemise à manches courtes bleu, blanc et mauve, pantalon noir et mocassins. « Grâce à eux, j’ai pu saisir l’ampleur de mon travail. »

En 2015, cet homme brun affichant un léger embonpoint, au visage rond et barbu à la Rick Ross intègre officiellement la plateforme de promotion en ligne Safety Promo créée et dirigée seulement à l’époque par Judelin Bedoite. « J’ai vu cette passion qui se dégageait en Judelin, son amour pour son travail et l’énormité de tout ce qu’il effectuait à partir de rien du tout. Deux années plus tard, je lui ai fait part de ma vision de faire pérenniser les choses et des opportunités que l’on devait exploiter grâce à l’internet », explique le responsable légal de Safety Promo en Haïti, suite au départ de son créateur pour l’étranger en juillet 2018.

Toujours en accord avec la devise de ce média en ligne, « donner la vision haïtienne à travers le monde », Jamesley Lafleur, raffolant particulièrement des moments entre amis, la plage, le tourisme local ainsi que la musique, continue de rêver grand et de mettre la patte sur toutes les nouvelles possibilités. « Que Safety Promo devienne un ‘’corporate’’ d’où déclineraient divers départements comme celui de l’audiovisuel, de la promotion, du divertissement, entre autres », ambitionne le natif de la Vierge, invitant les jeunes à se lancer dans leurs propres initiatives.

« Vous avez l’exemple de Judelin venant de nulle part et de moi qui ai grandi dans un ghetto. Nous sommes partis de rien du tout, et voilà où nous en sommes actuellement. De fait, n’attendez pas que l’on vous tende la main, créez vos propres affaires. Puisque chacun est capable d’exceller dans un domaine précis », conseille Jamesley, en attente des résultats et des principales retombées du Prix de l’initiative numérique culture communication média.



Réagir à cet article