Le phallus et la couronne a trois têtes chez Jean Michel Basquiat

L'art résulte de l'inconscient dans la fabrication des images. C'est-à-dire, ces dernières « issues d'une grammaire de l'inconscient, s'interprètent comme des expressions formelles sublimées de pulsions individuelles». Ici, ce qui nous préoccupe dans les œuvres de Basquiat, c'est de regarder son œuvre dans la logique de Freud en ce qui a trait à la notion de transfert en vue de saisir les éléments iconographiques: « Couronne et le phallus » retrouvés dans la majorité de ses œuvres d’autoportraits.

Publié le 2019-03-07 | Le Nouvelliste

Par Orso Antonio DORELUS

Nous ne sommes pas des psychanalystes aspirés à soigner des patients dans une clinique. Mais des esthéticiens qui seront au chevet des œuvres d'art pour dénicher leurs sens cachés. Pour ainsi dire ce que l'artiste dissimule ou sublime dans les œuvres. D'ailleurs, l'acte de création artistique, puisqu'il le fait «cum grano salis », il ne saurait être question de recourir à la « talking cure » et au rapport transférentiel avec le patient du seul fait que l’artiste,  « en créant, se décharge de ses affects ou la création artistique évite la névrose et sert de substitut à une cure psychanalytique», dit Freud.  

            L'acte transférentiel est un processus qui consiste à reporter des désirs inconscients qu'un individu avait dans son enfance ou dans son passé sur une autre personne ou sur son analyste au moment de la cure. Cette substitution fait blocage à la guérison et que l’analyste doit combattre. D’où la problématique du transfert dans la composition d’un artiste, puisque l’œuvre d’art est un miroir qui révèle déjà l’enfance du créateur. Ajoutons que l’intérêt de l’approche psychanalytique réside « dans le fait que les images fournies par l’inconscient peuvent permettent une relecture des actes « conscients » et leur donner un sens ou tout au moins une explication».  

Le souvenir sublimé

            Sans faire un travail iconographique coddifié, nous nous intéressons aux contenus manifestes et latents de l'œuvre qui sont une sublimation « des désirs refoulés qui peuvent engendrer des frustrations névroses et même des psychoses, enfin être détournés vers des buts sociaux tant intellectuels qu'artistiques» de son enfance. Nous nous investissons dans une démarche d'enquête psychanalytique puisque l'art fonctionne comme mémoire spécifique permettant la reconstruction des fantasmes de l'auteur, tout en recherchant une biographie libidinale.

            En effet, ces trois œuvres de Basquiat portent la charge des souvenirs sublimés qu'il artialise.  Sigmund Freud le souligne;: « le point commun entre le souvenir, l'hystérie et l'œuvre d'art, c'est d'être des constructions fantasmatiques à partir de traces mnésiques, sous forme plastique ou théâtrale. » Notre intention  d’investigateur se pose sur des éléments précis retrouvés dans les tableaux. C'est le phallus et la couronne qui nous paraient tels des « énigmes» pour ainsi dire des détails « non-négligeables ».

             Basquiat a grandi dans une famille instable. Sa mère souffrait de grave crises psychologique jusqu'à être envoyée dans un centre psychiatrique. Contrairement à sa mère, qui l'aidait dans la peinture, une mère portoricaine qui l’avait conduit  dès son jeune âge à visiter des musées lui avait mis un livre d’anatomie en main pendant sa longue hospitalisation à sept ans, son père, un Haïtien, ne aisait fi de son talent d'artiste et prenait l'habitude de lui frapper. Pourtant, il voulait que ce dernier reconnaisse son talent d'artiste comme tout enfant qui aimerait avoir un père qui valorise ses premiers balbutiements dans un domaine. Sans mère à la maison, malgré la présence de son père, ce dernier était quasiment absent.

            Cela dit, depuis son enfance Jean Michel Basquiat rêvait de devenir grand, de gloire, mais son père ne le soutenait pas. C’est ce phantasme de « devenir grand ou encore de reconnaissance » qu'il sublime dans ses œuvres d'autoportraits inconsciemment. Ce désir de devenir célèbre qu'il transfère dans le tableau, d'imposer son existence que la couronne à trois têtes illustre. Autrement dit, puisque son père le sous-estimait, il atteste à démontrer sa force, sa puissance à l'aide d'un phallus, signe de virilité. Sans doute, Basquiat est influencé par la culture haïtienne, dans cette société du seul fait que quand un individu veut montrer sa puissance, le sexe lui sert de référence: « Mwen gen grenn nan bouda m !», (« J'ai des couilles».   Ici, couilles est pris au sens de phallus.

            En d'autres termes, l'hypothèse infantile du pénis maternel est la source commune d'où découlent et la structure androgyne des divinités maternelles, telle Mout l'Egyptienne et la « Coda » du vautour dans le phantasme d'enfance de Leonard, ne peut en aucun cas être attribuée à Basquiat du seul fait que ses autoportrait n'ont rien de féminité, en plus, il vivait avec un père qui lui maltraitait et qui allait lui pousser à laisser la maison paternelle pour la rue. C’est ainsi, il ne fait que projeter son phantasme de devenir un homme et célèbre dans l'espace picturale. Sans oublier parfois dans certaines œuvres, il se présente à la télévision ou il présente la couronne a trois têtes sur l’écran ou encore il se trouve sur un escalier et des journalistes placés en dessous lui filment et lui donnent des entretiens. C’est le culte de la grandeur qui frôle le narcissisme! Ce dernier qui est le caractère typique de tout artiste...

            La magie artistique

            Son père n'a pas voulu reconnaitre son talent, son estime, Basquiat entend guérir plastiquement et prend en charge de son destin. Telle est la magie artistique qui favorise une thérapie par les images mobilisées comme exutoire ou encore catharsis dans le sens d’Aristote. L’art devient ersatz pour permettre à Basquiat de jouir son bonheur, pour trouver la satisfaction qu’il désire obtenir comme il a été question pour l’homme primitif de figurer ou mimer l’animal à chasser.  En d’autres termes, dans « l’art seulement il arrive encore qu’un homme, tourmenté par des désirs, fasse quelque chose qui ressemble à une satisfaction ; et, grâce à l’illusion artistique, ce jeu produit les mêmes effets affectifs que s’il s’agissait de quelque chose de réel.» La création artistique permet à un individu de se décharger, de se délivrer de ses pulsions pour jouir une satisfaction chamanique anticipée comme figure du bonheur. D’ailleurs, Freud le note, quand il pense que, « l’Art, qui n’a certainement pas débuté en tant qu’«Art pour Art », se trouvait au début au service de tendances qui sont aujourd’hui éteintes pour la plupart. Il est permis de supposer que parmi ces tendances se trouvaient bon nombre d’intentions magiques.»

             Basquiat, dans sa jeunesse,  était toujours à la recherche d'une figure paternelle ou d'une forme de reconnaissance. Sa rencontre avec Andy Warhol lui sera bénéfique en quelque sorte, non seulement du point de vue artistique mais aussi psychologique. Parce qu'il voyait en Warhol un père. Warhol substitut son père génétique, comble ce vide paternel. C'est la raison pour laquelle, après leur séparation, Jean Michel Basquiat va replonger dans la drogue et il ne s'en remettra jamais jusqu'à sa mort causée par une overdose à l’âge de 27 ans.

            Nous pouvons dire que la source principale du problème de Basquiat était son père. Nous pouvons même se demander si le jeune Basquiat était en rivalité avec son père du seul fait qu’il bénéficiait la tendresse de sa maman ? Si toutefois, dans les jeunes ménages les plus heureux, le père sent que l’enfant, surtout le fils, est devenu son rival, et une hostilité profondément enracinée dans l’inconscient prend dès lors naissance contre le préféré. Ceci dit, dans les œuvres de Basquiat, puisque la nature lui gratifie ce don pour exprimer ses frustrations, ses fantasmes, en un mot -« les mouvements les plus secrets de son âme, cachés à lui-même »-, nous pouvons saisir le témoignage de ce que sa mémoire conserve comme la plus puissante impression de son enfance. Ne pouvons-nous pas affirmer que l’envie de créer de Basquiat, son énergie, vitalité créatrice n’est-elle pas une manière pour vivre sa pulsion sexuelle pour sa mère, « des désirs anciens, refoulés et qu’on devrait qualifier de pervers», lorsque nous savons que c’est sa mère qui lui a donné le gout de l’art en lui offrant un bouquet d’anatomie?

            En somme, cette lecture des actes conscients des images fournies par l’inconscient comme étant des traces visibles ne favorise pas le rapport transférentiel du seul fait que l’œuvre est le miroir d'enfance du peintre. L'œuvre révèle l'identité de la personne, ses premières années de l'auteur pour satisfaire un désir inavouable. Jean Michel Basquiat ne fait que répéter un souvenir de son enfance sublimé. Toutefois, cette approche symptomatique de la création artistique a aussi ses limites et même Freud en a conscience quand il parle de « Roman psychanalytique ».

 

Orso Antonio DORELUS Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".