AMI à Le Villate : triomphe sur la scène, galère dans l’organisation

PUBLIÉ 2019-02-05
Comme d’habitude les acteurs et les figurants de la Compagnie de théâtre Ami ont assuré avec brio sur la scène du Villate, ce 3 février 2019, dans les 3 sketchs qui étaient à l’affiche. Il n’y a pratiquement point à redire sur le travail du metteur en scène et de son équipe à ce niveau. C’était « Wow ! ». Cependant, sur le versant de l’organisation c’était tout à fait le contraire. Par conséquent la grogne d’un tas de fans qui se sont vu interdire pendant longtemps l’accès au saint des saints ce dimanche est tout à fait légitime. Retour sur un faux pas de « Ami » qu’on ne saurait passer sous silence.


C’est un fait : la Compagnie de théâtre Ami est l’un des fleurons du théâtre les plus cotés dans le paysage haïtien actuellement. Pour cause, le nombre de viewers quand elle procède à la diffusion en live de ses sketchs « Ô théâtre » sur Facebook se compte par des multiples de K. Elle a probablement autant voire plus de followers que la plupart des médias bien installés au pays. À chaque représentation elle attire souvent plus de monde que Djakout # 1 ou Enposib. Cette ferveur auprès de nombreux inconditionnels pour laquelle elle a dû trimer pour pourrait s’effriter facilement si la logistique n’est pas prise au sérieux au même degré que le travail des acteurs.

Si la Compagnie de théâtre Ami a commencé son spectacle pratiquement à l’heure ce dimanche 3 février au Villate (un niveau de culture qui n’est pas encore à la portée de la plupart des organisateurs de spectacle en Haïti), elle a pourtant péché dans la vente des billets. On n’était pas encore à la demie de 5 h pm qu’il ne restait plus une seule place dans la salle du Villate. Or une foule de fans exhibant leur billet acheté longtemps à l’avance s’est vu interdire l’accès à la salle pendant un long moment.

Probablement par peur de représailles, on a permis à quelques-uns de ces gens qui refusaient de rebrousser chemin de gagner la salle. Ce pis allé est survenu malheureusement tandis que le spectacle s’approchait de sa fin. Et là c’était la galère totale. Certains de ces pénitents acceptaient de rester debout, d’autres jonchaient le sol sans craindre visiblement de se salir les habits. Au milieu des rires que Fefe, Sisi, Magalie, Nèg Patat la… réussissaient à nous arracher par le naturel qu’on leur connaît, il y a eu les soupirs de ceux qui étaient livrés à leur sort dans ce capharnaüm.

Après plus de dix ans d’existence, la Compagnie de théâtre Ami doit comprendre que son fan base s’est élargi. C’est dû au fait que son type de théâtre qui se rapproche des comédies de boulevard a de quoi drainer plus de monde que ceux qui s’attachent au théâtre classique par exemple. Le Villate tel qu’il est conçu est idéal pour des soirées intimistes façon concert de jazz, open mic hebdomadaire pour artistes en herbe… Ce n’est point approprié à un groupe comme AMI !

Pour ne pas répéter le désastre à la barrière du 3 février, la compagnie doit vendre le nombre de billets qui équivaut à la capacité de la salle et inciter par la même occasion les fans à acheter à l’avance. Ainsi le niveau du jeu des acteurs sera proportionnel à celui de l’organisation de chaque rendez-vous avec le grand public.

En attendant, Patrice et son équipe, pour conjurer la hargne d’une partie de leur public, devrait idéalement reprendre la représentation dans un bref délai dans un espace un peu plus approprié.

Sinon, le show a été extraordinaire !



Réagir à cet article