COMMERCE INTERNATIONAL

La Chine et le commerce multilatéral (2001/2018)

Publié le 2019-02-04 | Le Nouvelliste

Economie -


 La République populaire de Chine (RPC), par l’entremise de l’Office d’information du Conseil des affaires d’État, a publié en juin 2018 un livre blanc sur sa participation au commerce multilatéral géré par l’Organisation mondiale du commerce portant le titre « La Chine et l’OMC». 

Le document contient quatre chapitres. Le premier parle  du respect des engagements de cet État envers cette institution. Au deuxième, il table sur le ferme soutien de Pékin au multilatéralisme. De la grande contribution de « l’atelier mondial » au reste du monde est exposé au troisième. Enfin, le dernier évoque l’énergique encouragement de « l’empire du Milieu » à une ouverture d’un niveau plus élevé. Il importe de rappeler que le pays de Mao a adhéré à l’institution de la rue de Lausanne en 2001.


 En effet, il est dit dans l’avant-propos que, depuis la « réforme » et l’ « ouverture » de l’économie chinoise, en 1978, ce pays a entamé un nouveau chapitre historique. Et ces deux  facteurs ont conduit au développement du pays. Ils ont non seulement changé  profondément la Chine, mais également influencé le monde. Depuis quarante (40) ans, la RPC  s’en tient à cette politique d’ouverture sur l’extérieur, lit-on dans ce bilan. Ce pays garde sa porte ouverte et pratique avec énergie le libre-échange. Les dirigeants chinois ont compris, mentionne plus loin cette publication, que leur pays est devenu un des principaux stabilisateurs et une source motrice de la croissance. De plus, les héritiers de Deng Xiaoping, le maître des réformes économiques chinoises, ont promis davantage d’ouverture. 


 Pour répondre aux exigences et engagements pris lors de son adhésion, la RPC n’a pas cessé de perfectionner son «économie socialiste de marché», de se conformer aux règles régissant le commerce dans les secteurs tels que les marchandises (biens palpables), les services, la protection des droits de propriété intellectuelle, a fait ressortir le bilan. Dans un autre registre, le gouvernement central a réexaminé 2 300 lois et règlements départementaux, et les gouvernements locaux, eux, ont pris 190 000 mesures politiques et règlements couvrant notamment les investissements, souligne le document. En 2016, ce pays a mis sur pied un mécanisme d’examen sur la légalité des documents normatifs, de rendre plus transparente l’élaboration des politiques publiques et d’élargir la participation publique. 


L’une des premières exigences de l’OMC à l’endroit de tout pays en accession est l’abaissement des taux des droits de douane. À cet effet, la Chine s’est exécutée. Ainsi, le taux consolidé maximal chinois des produits agricoles est de 65% contre 440% aux États-Unis, 408% dans l’Union européenne et 1 706% au Japon, rapporte le livre. Des comparaisons qui disent beaucoup sur la défense des marchés intérieurs des pays s’engageant dans la compétition mondiale de biens tangibles.    

    
Toujours selon cette parution, la RPC a supprimé en 2005 toutes les mesures non tarifaires telles que le quota d’importation, la licence d’importation et l’appel d’offres spécial couvrant 224 produits et réalise une gestion de contingent tarifaire de certains produits alimentaires et d’intrants. Elle présente tout aussi le poids de l’import-export des entreprises privées et à capitaux étranger qui passent de 57,5% en 2001 à 83,7% en 2017.  Pour cette même année 2017, l’exportation des entreprises privées représentait 46,6% du total. Il faut noter que le marché chinois est partagé entre les entreprises d’État et celles des privées à capitaux étrangers. Dans le secteur des services, les investissements étrangers directs, en 2010, ont dépassé pour la première fois ceux des industries manufacturières et représentaient 73% du total.


Depuis son adhésion à l’OMC, le pays de XI Jinping  soutient toujours avec fermeté, dit le livre, le système commercial multilatéral (SCM), participe aux activités de l’institution et pousse celle-ci à accorder une plus grande place aux préoccupations des membres en développement, s’oppose à l’unilatéralisme et au protectionnisme. La Chine avec d’autres membres encourage l’institution à jouer un rôle beaucoup plus important dans la mondialisation économique, peut-on lire dans ce livre bilan 2001/ 2018.


 Le développement économique accéléré de la Chine à partir de 2001 a donné une puissante impulsion à la croissance de l’économie mondiale. Ainsi, le PIB chinois en 2016 représentait 14,8% de celui du monde, soit une augmentation de 10,7 par rapport à 2001. Plus loin, il est mentionné que la contribution moyenne chinoise à la croissance mondiale s’est approchée de 30% en 2002, et entre-temps la Chine est devenue le principal moteur de la reprise et de la croissance de l’économie mondiale.


  L’Amérique latine et les Caraïbes sont cités et référence est faite au premier rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur les relations économiques entre la Chine et ces sous-régions, nous citons : « De 1990 à 2016, la Chine a contribué à la création de 1,8 million d’emplois en Amérique latine et dans les Caraïbes.»  


Grâce à la réforme et l’ouverture lancées, il y a plus de 40 ans, dit l’ouvrage, la RPC a vu ses conditions de vie passer de la pénurie à l’abondance, de la pauvreté à l’aisance moyenne et plus de 700 millions de personnes sont sorties de cette mauvaise situation, selon les normes en vigueur de l’ONU.  
    On n’en finit pas de comprendre que l’avenir appartient aux pays qui planifient leur développement. La RPC n’est pas en reste. Elle projette déjà d’importer, dans les 15 années à venir, pour 24 000 milliards de dollars de marchandises.


Dans la conclusion du bilan de ces dix-sept (17) années de multilatéralisme, la Chine constate que les défis sont nombreux ces derniers temps et surtout avec une vague furieuse de l’antimondialisation, du protectionnisme et de l’unilatéralisme. Elle croit que le courant de la mondialisation est irréversible. Et, en tant que le plus grand pays en développement, elle souhaite résoudre, ensemble avec les autres, les problèmes planétaires apparus au cours de la mondialisation, échanger ses points de vue, et coopérer main dans la main avec eux, afin de promouvoir le développement d’une gouvernance économique mondiale marquée par l’égalité, l’impartialité, la coopération et l’esprit gagnant-gagnant.    

    
Tout compte fait, et malgré toutes les performances de l’économie chinoise dans le cercle du commerce multilatéral, la République populaire de Chine croit que la mondialisation est à la fois « impétueuse » et « tortueuse ». En tant que pays en développement, puissance économique et commerciale, elle sait de quoi elle parle. Elle est d’emblée dans le « combat » commercial mondial. Normalement, elle a des argumentaires solides pour livrer bataille et défendre ses intérêts dans la jungle de la mondialisation. 

 

Smith Nicolas Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".