Haïti-culture

Le festival de jazz de Port au Prince : de la culture au service d’un rapprochement collectif

Publié le 2019-01-29 | Le Nouvelliste

Le Festival international de Jazz, une initiative datée de 2007 en Haïti, est un rendez-vous culturel annuel promu par la Fondation Haïti Jazz. La 13e édition s’est déroulée dans un contexte de bouleversements sur le plan politique sur fonds de dégradation de la situation socioéconomique. Cet Eco-Festival,  selon son label,  laisse une grande place à l’éducation pour  la protection de l’environnement.

En effet, nous sommes à une époque où l’individualisme est noyé dans la solidarité moléculaire avec l’usage des gadgets électroniques, en même temps la nécessité d’une prise de conscience de notre identité de peuple s’impose. Le cinéma, le théâtre, la musique ou les loisirs en général sont une source devant alimenter ce processus. Le PAP Jazz, ce festival de musique annuellement organisé au mois de janvier garantit la socialisation, en réunissant des groupes intergénérationnels autour de la musique. C’est aussi un carrefour cosmopolite avec les diversités, les racines et le métissage culturel engendré par le jazz même.

Le Festival de jazz offre des rythmes diversifiés et des tendances qui ouvrent des horizons interculturels aptes à promouvoir le dialogue, la socialisation et le sens de l’esthétique par la musique.

Au menu de la 13e édition s’inscrivaient des tendances les plus variées allant du compas jazzé haïtien avec la partition de Dadou Pasquet et de Robert Martino aux touches de jazz électrique prisé d’un Jimi Hendrix influencé, entre autres, par le rock. Claude Carré fut aussi de la partie, dans son jazz créole ainsi baptisé, a interprété des chansons traditionnelles du folklore haïtien comme Raoul Guillaume associés à des rites de Congo ou ceux à fonds d’Ibo. La fusion jazz a aussi donné lieu aux prestations de BIC (slam, rap et variétés) et de Paul Beaubrun (jazz rock). Samba Zao associé au groupe Simbie de la Suède est une révélation dans le domaine de l’ethnie jazz. Le groupe Simbie, soit les Haïtiens aux yeux bleus, promeuvent le jazz créole haïtien depuis plus de 30 ans. Les horizons de la musique sont infinis car du groupe Ça au Foula, Samba Yo, Jazz créole, SMS créole, Badji ou autres, la tendance ethnie jazz est bien vivante voire en République dominicaine avec le groupe Isla de Guarionex  Aquino et celui de Xiumara Fortuna.

Des figures emblématiques de plus de 12 pays se sont défilées dans des tours de blues, gospel, fusion jazz, ethnie jazz, New Orléans jazz, jazz rock fusion. Ainsi étaient au rendez vous l’Allemagne, le Canada, le Chili,  l’Espagne (le pays à l’honneur), les Etats-Unis, la France, la Guyane, Haïti, le Mexique, le Panama,  la Suède et la Suisse. L’effort du duo  Miléna Sandler -Joel Widmaier, les principaux organisateurs, est bien perspicace pour offrir cet événement spectaculaire qui devait toucher plus de 350 millions d’auditeurs et d’auditrices avec une importante couverture médiatique. Aussi le rayonnement du festival s’étend-il à Jacmel, Cap Haïtien, Port-au-Prince, Pétion-Ville et Tabarre avec 45 spectacles d’une part et des conférences et ateliers de l’autre. C’est un festival ouvert et non élitiste tandis qu'on pourrait s’attendre au contraire.

Le festival du PAP Jazz est en rupture à la tradition d’une culture servant d’instrument de contrôle du peuple haïtien. C’est une activité qui s’inscrit dans le cadre de la démocratisation culturelle. Le support au Collège Catts Pressoir comme foyer de promotion de la musique jazz en témoigne déjà aussi bien que des concerts ouverts et libres au grand public à l’Université Quisqueya, la FOKAL, l’Institut français, la place Boyer, soit plus d’une vingtaine de prestations.

Durant l’occupation américaine et sous le gouvernement des Duvalier, des activités culturelles et les prestations des meilleurs artistes internationaux dans presque tous les genres ont eu à se produire en Haïti (théatre, musique, cirque, beaux arts, littérature, cinéma, danse, etc.). Ce, malgré l’éducation plus qu’insuffisante des Haïtiens dans le domaine des arts, et qui traduit par une absence quasi générale de spectateurs, lors de grandes manifestations artistiques, les vedettes étrangères ne renoncent pas … (Covington, 1987 :301). La 13e édition du  festival Pap jazz a capté un public savant, avisé ou curieux. Ce sont des étudiantes et des étudiants, des écolières et écoliers du nouveau secondaire, des universitaires, artistes et simples citoyens des deux sexes ou éventuellement d’ autres tendances qui ont suivi les spectacles alors programmés, entre 1,000 et 2,500 en moyenne, d’après mes estimations conservatrices pour les sites de Quisqueya et de l’Institut français . De nos jours, les émissions de jazz bondent les stations de radios Kiskeya,  Mélodie FM, Signal FM, Ibo, Métropole, Vision 2000, Lumière, Stéréo 92, entre autres, en vue d’une meilleure appréciation musicale des uns et des autres. Pour les villes de province, cette tendance se réalise timidement.

Le jazz ne se limite pas seulement aux grands noms tels que King Olivier, Louis Armstrong, Sidney Béchet, Dake Ellington, Lester Young, Charlie Parker, Thelonious Monk, Miles Davis et John Coltrane. Arturo Sandoval était présent lors de la prestation panaméenne ainsi que Carlos Santana pour Paul Beaubrun  pour nous limiter qu’à ces références. La rencontre entre la Suisse et la Nouvelle-Orléans donne du sens à la logique du métissage du PAP JAZZ.

Le festival de jazz –PAPJAZZ  est un nouvel espace de socialisation dans un pays dans lequel les relations sociales sont en butte d’être effritées. C’est bien un lieu de retrouvailles, d’appréciation de l’esthétique et de communion intergénérationnelle.

Hancy PIERRE, professeur travail social, UEH. Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".