« La SGS n’est pas indispensable », affirme Romell Bell

Publié le 2019-01-21 | lenouvelliste.com

« L’Administration générale des douanes (AGD) est en mesure d’assumer le contrôle des prix », a affirmé Romel Bell, directeur général de l’Administration générale des Douanes (AGD), au cours d’une conférence de presse, ce lundi 21 janvier, dans les locaux de ladite institution. À l’aide de l'Internet, le titulaire de l’AGD est persuadé que l’institution chargée de percevoir les recettes douanières et certaines taxes fiscales pour le pays est capable d’évaluer les prix.

Autant dire que, le patron de l’AGD a estimé que la SGS n’est pas indispensable pour le moment. « Aujourd’hui, l’État pourrait, s’il le voulait bien, mettre fin aux services offerts par la SGS », a soutenu M. Bell.

16 ans après la signature de la convention relative à la vérification qualitative et quantitative des importations vers Haïti et au contrôle des prix entre l’État et la Société générale de surveillance (SGS), le directeur général de l’AGD a déclaré qu’il ne peut pas parler de satisfaction puisque rien n’est parfait à 100%. « On ne peut pas dire pour autant que la SGS n’est pas performante.

Elle fait son travail suivant sa mission », a nuancé le numéro un de l’AGD.

Un agent douanier, requérant l’anonymat, a une opinion différente de celle du Directeur général. de l’AGD. Pour lui, la SGS donne une certaine satisfaction et, pour la remplacer, l’internet n’est pas l’option adéquate mais plutôt d'avoir des agents qui peuvent jouer les mêmes rôles que les experts de ladite société. « Quand un importateur a recours à un sénateur, un député ou d’autres personnes influentes pour ne pas payer comme il devrait ses marchandises, la seule façon de le convaincre, c’est de lui démontrer qu’il s’agit des prix SGS », a expliqué l’agent.

Concernant la firme israélienne HLSI qui, d’après un protocole d’accord signé depuis le 23 octobre 2015, a pour tâche de procéder à la gestion des frontières du pays, le directeur général Romel Bell n’a pas voulu dire grand-chose sur le contrat passé entre l’État haïtien et les représentants de ladite firme. « Je ne peux pas me prononcer sur ce contrat, c’est une affaire qui concerne ceux qui se trouvent au plus haut niveau de l’État », a- t-il indiqué.

Par ailleurs, le directeur général de l’Administration générale des douanes, Romel Bell, a placé quelques mots sur la saisie des marchandises au niveau de La Tremblay. « Il y a 5 camions qui font l’objet de cette saisie dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la fraude fiscale. Je parle de fraude fiscale parce qu’il y avait des marchandises qui étaient sous-évaluées, c’est-à-dire des marchandises taxées en dehors des règles », a expliqué M. Bell, précisant que 9 personnes ont été arrêtés au cours de cette opération.

Au cours de cette conférence, le directeur général de l’AGD, accompagné du commissaire du gouvernement de la juridiction de Port-au-Prince, Paul Éronce Villard, dit vouloir envoyer un signal fort pour faire comprendre que la police, la justice et l’AGD ne plaisantent pas. Le titulaire de l’AGD a placé cette saisie des marchandises dans le cadre des mesures prises afin de permettre à l’institution de collecter les 64 milliards de gourdes prévues dans le budget 2018-2019.

Gérard Junior Jeanty
Auteur


Réagir à cet article