Interview

L’histoire racontée en tête-à-tête par les auteurs des siamoises d’Haïti

En quatrième de couverture de « Les siamoises d’Haïti: Naissance trigémellaire », retenons ce condensé parti du cœur de David Bernard et Manoucheca Ketan, les auteurs de l’ouvrage. « Nous avons vécu avec frénésie la naissance de nos filles. Une naissance tumultueuse qui a bouleversé notre vie et le secteur médical haïtien. Nées d’une grossesse trigémellaire, Marian et Michelle étaient frappées d’une sévère malformation. Comment se pâmer de joie quand nous avions l’impression d’avoir été pris dans les filets du démon ? Nous attendions avec beaucoup d’impatience l’arrivée d’un enfant, et voilà qu’en recevant le résultat de l’échographie nous apprenons l’arrivée de trois bébés, dont deux risqueraient d’être siamois. Comment préparer la venue de ces deux êtres frappés d’une telle anomalie ? » Le Nouvelliste a suivi en première loge cet événement dès le début. À la vente-signature de cet ouvrage, nous avons ont été dépêchés à l’hôtel N.H El Rancho. Arrivés trop tôt à cet événement où est prévu une vente-signature et une conférence, nous avons saisi l’opportunité pour interviewer un couple heureux.

Publié le 2019-01-31 | Le Nouvelliste

Culture -

 Le Nouvelliste (L.N.) : Comment avez-vous vécu cette naissance trigémellaire ?

David Bernard (D.B.) : Je suis une victime du séisme du 12 janvier 2010, je suis resté sept (7) jours sous les décombres. Plongé dans le coma, quatre ans après j’ai été l’objet une fois de plus des caprices de la nature. Ma femme était tombée enceinte un an après une fausse couche qui l’avait beaucoup déprimée. Comme d’habitude, elle souffrait beaucoup au début de ses grossesses. Au bout de trois mois, ce qui devait être une grossesse typique allait bousculer nos vies. La naissance trigémellaire de nos filles Marian, Michelle et Tamar était tombée comme un véritable coup de massue. C’est la dernière chose à laquelle je pouvais m’attendre. Mais avec l’aide de Dieu, la solidarité nationale et internationale et les leaderships des médecins tels que le Dr Ford, les Drs Bitar, Zanmi Lasante, entre autres, ont changé notre désarroi en bonheur.

 L.N. : Vous avez bien entendu ce que votre mari a dit. Manoucheca. Cette grossesse va changer la trajectoire de votre vie. Même si la joie était là dans cette attente angoissante.

Manoucheca Ketan : Évidemment. J’ai vécu ce moment avec joie et frénésie en même temps. Je voulais avoir un enfant de toutes mes forces, mais à l’annonce que je vais avoir trois d’un coup ce n’était pas chose facile. Trois bébés d’un coup en Haïti ! Au début, toutes nos actions étaient tournées vers un centre hospitalier capable de recevoir un pareil cas. David et moi avions passé des nuits blanches à discuter sur un dénouement favorable. Les amis, les parents nous avaient conseillés de quitter le pays, d’aller chercher ailleurs pour voir dans quelle mesure les enfants pourraient être nés viables et moi également la mère avoir la vie sauve. Mais rien de tout cela n’y fit. A presque six mois de grossesse, j’ai été à l’hôpital universitaire de Mirebalais pour un diagnostic, et depuis les médecins m’ont gardée jusqu'à la césarienne. La naissance de mes filles à changer toute la trajectoire de notre vie. J’ai été même délocalisée de Port-au-Prince pour passer presque trois années à vivre à Mirebalais. Quatre années après je n’arrive pas à reprendre normalement mes activités professionnelles. Je suis très fière de mes filles; elles sont extraordinaires. Elles grandissent normalement, elles sont superintelligentes. Avoir trois enfants dans une seule grossesse n’est pas chose facile, mais leur sourire, leur vivacité et leur gentillesse nous aident à aller de l’avant.

Inscrire l’histoire de la naissance des siamoises dans un livre

 L.N. : Pourquoi ce livre ? Quel objectif vise « Les siamoises d’Haïti : Naissance trigémellaire » ?

 David Bernard : Notre objectif à travers cet ouvrage, « Les siamoises d’Haïti : Naissance trigémellaire », c’est avant tout d’offrir à nos trésors une preuve tangible de tout notre amour et un exemple de la confiance absolue qu’elles devront garder pendant les moments difficiles et incertains de la vie. Nous sommes heureux d’offrir cet ouvrage qui se veut un sommaire des faits marquants, vécus depuis la grossesse jusqu’à la naissance de nos bébés. Ainsi, à travers ce récit, nous espérons faire vivre aux lecteurs les toutes premières discussions et les sentiments éprouvés au tout début de la grossesse, les consultations, les diverses analyses des médecins, entre autres. Ce récit pourrait servir également de guide aux familles qui auraient à faire face à une pareille situation. De plus, nous voulons aussi inscrire l’histoire de naissance de nos enfants dans les annales de l’histoire. Car déjà, il y a plein de rumeurs qui circulent sur cette naissance. Par exemple, il y a des gens qui pensent que Marian et  Michelle n’avaient pas survécu à l’opération. Il y a d’autres rumeurs qui veulent faire croire que nous les avions abandonnées à l’hôpital. Donc un ouvrage écrit par les parents ne peut que relater la vérité sur cette naissance singulière ainsi que sur cette prouesse médicale qui a été réalisée pour la première fois en Haïti.

L.N. : C’est un livre écrit à quatre mains. Est-ce à dire que chaque élément de ce couple possède des qualités littéraires pour entreprendre cette aventure ?

 David Bernard : Effectivement oui, je pense que chacun d’entre nous possède ses qualités littéraires. En 2012 à compte d’auteurs, j’avais fait l’expérience avec L’histoire des Grands Records, coauteur avec Kimberly Pierre, en 2014 toujours à compte d’auteur, j’avais fait une expérience personnelle avec Le Secret des Logiciels de Comptabilité, version QuickBooks for Enterprise et en 2018 coauteur, avec ma femme, de l’ouvrage « Les Siamoises d’Haïti: Naissance trigémellaire ». Quelqu’un eut à dire jamais un sans deux et jamais deux sans trois. Pour la relation littéraire qui existe entre ma femme et moi, je peux dire jamais moi sans toi.

 L.N. : Les qualités littéraires se sont-elles éveillées au contact de votre mari ?

 Manoucheca : Je suis une mordue de la lecture. Je lis toutes les feuilles écrites qui me tombent sous la main. Et la lecture reste le chemin le plus court qui mène vers l’écriture. Donc, mes qualités littéraires se sont éveillées ça fait déjà un moment. Avant d’être coauteure du livre, «Les siamoises d’Haïti, Naissance trigémellaire», j’ai écrit plein de textes inédits qui ont été joués au théâtre ; j’ai participé également à des ateliers d’écriture avec des auteurs d’ici et d’ailleurs. Pour le moment, de temps à autre je participe à des forums d’écriture sur le web et je travaille ardemment pour devenir meilleure dans le domaine littéraire. Mais Dave a apporté un autre souffle littéraire en moi, j’aime son leadership et sa ténacité ainsi que son audace positif.  

 L.N. : Qui sont les professionnels de la santé qui se sont occupés de Manoucheca ? Et puis, retracer pour nous la chronologie de cet événement que le pays a suivi avec intérêt.

Manoucheca : Dans un premier temps, soit le 14 mars 2014, j’ai été voir Dr Wilbert Remé, gynécologue et accoucheur à la clinique UMO. Il m’avait transféré le même  jour à la clinique du Dr Winter Sénatus pour faire une échographie.  La première échographie avait révélé un seul fœtus en retard de développement.  Le 21 Juin 2014, j’ai été encore une fois chez le médecin pour voir si le retard persistait, c’est à ce moment qu’il a découvert trois fœtus dans l’utérus, il nous a expliqué avoir détecté trois têtes, mais deux sacs, il a signalé que les bébés qui partageaient le même sac risquaient d’être accolés. Le 18 août 2014,  je me  suis rendue à l’Hôpital Universitaire de Mirebalais sur les bons conseils de mon petit frère. Le jour même j’ai rencontré Dr Christophe Millien, gynécologue, responsable du service ‘’Sante Fanm’’ à  l’hôpital Universitaire de Mirebalais. Il a passé plus de deux heures de temps à faire une échographie, avant de confirmer que les bébés étaient effectivement accolés au niveau de l’abdomen. C’est à ce moment que tout allait commencer. Depuis ce 18 août 2014, j’ai été admise à la salle anténatale de l’hôpital Universitaire de Mirebalais, Jusqu’ à la naissance de mes filles le 24 novembre 2014. Médicalement j’ai été au petit soin. Les bébés étaient régulièrement contrôlés. Les médecins surveillaient de près pour qu’ils ne soient pas nés prématurés.

 L.N. : Comment vivez-vous la journée de la vente-signature de votre livre.

David Bernard : Avec beaucoup de stress. L’objectif de cette activité est non seulement de créer un moment de dialogue, d’informations et de débats autour des enjeux de la séparation de bébés siamois en Haïti, mais c’est aussi la vente signature de notre ouvrage.

 L’organisation de ces deux évènements en même temps a eu quelques erreurs au niveau protocole. Mais profitons encore une fois de cette interview du journal Le Nouvelliste pour remercier nos conférenciers et les participants.

La majorité ont fait un long voyage, par exemple, le Dr Ford nous a fait l’honneur de voyager des Etats-Unis pour venir donner cette conférence-débat, Miss Marc Julmisse a fait le voyage de Mirebalais vers Port-au-Prince, madame Loune Viaud, est la directrice exécutive de l’ONG ‘’Zanmi Lasante’’, c’est une personne très occupée, le Dr Vanessa Rouzier a quitté ses activités pour pouvoir répondre à notre invitation. Les Dr Bitar de l’Hôpital Bernard Mevs qui nous ont rencontré et conseillé lors des préparatifs de l’événement, ils ont aussi participé économiquement à faire de cette soirée une réussite. Le Dr Cherenfant, directeur médical de l’Hôpital Universitaire de Mirebalais qui a fait le déplacement également, M. Claude Deschamps des éditions Henri Deschamps qui nous a fait l’honneur d‘être présent ainsi que sa famille, donc nous voulons dire un merci public à ces généreuses personnes et nous leur demandons de bien vouloir effacer toutes les erreurs et garder toutes les bonnes choses qui avaient fait de cette soirée un moment spécial et inoubliable. Nous ne pouvons pas oublier M. Galal Farah qui nous a supportés également dans les préparatifs. Merci à vous pour les informations, les projections, et rappels.

Le public, comme vous le constatez, a répondu à l’invitation. Le résultat attendu côté vente n’a pas atteint un chiffre record. Mais nous avons eu quand même la moyenne.

Pour finir, nous ne pouvons qu’exprimer notre profonde gratitude à toutes les personnes qui ont répondu à notre invitation.

Propos recueillis par Claude Bernard Sérant

Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".