Concert de jazz/ Vivano/ 11-01-19

Les trompettes enchantées et enchanteresses de Caleb Joseph et d’Amazan Audoine

Publié le 2019-01-18 | Le Nouvelliste

 

Roland Léonard

Caleb ! Nom d’un compagnon de Josué dans la Bible, envoyé avec lui par Moïse pour explorer le pays de Canaan. Ce prénom glorieux a fait fortune en Haïti, séduisant les fidèles des cultes réformés : il porte chance.

Il y a d’abord Caleb Desrameaux, magicien du verbe, inoubliable humoriste, présentateur doué et charmeur de l’émission « Matin Caraïbes». Réaliste : ex-cadre du ministère de la Culture et de la Communication, actuellement député du peuple.

Nous connaissons Caleb Lefèvre, le talentueux journaliste de la section « National» au Nouvelliste. La musique n’est pas en reste. Elle a ratissé large et bien chez les Caleb : Caleb François! Caleb François, pianiste et claviériste comme Caleb Texier, étoiles montantes de la musique de jazz et de chez nous, et maintenant,… Caleb Joseph !

Caleb Joseph, jusqu’ici inconnu pour nous ; un de ces talents du jazz haïtien auquel nous n’avons pas prêté attention, mais connu du milieu musical et de la scène depuis quelque temps. C’est un trompettiste doué à la bonne sonorité, formé académiquement, bon improvisateur. Pour mémoire, il rappelle avoir joué en concert au restaurant « La Réserve» à Pétion-Ville le 10 janvier 2010.

Caleb Joseph, trompettiste et chanteur

Comme Louis Armstrong, Dizzy Gillespie, Chet Baker évolue aux États-Unis d’Amérique à Tampa (Floride). Il est conseiller financier de profession. La musique est son passe-temps ; il la prend au sérieux et est trempé dedans jusqu’au cou. Il traîne derrière lui 15 à 17 ans de pratique musicale. Il a eu ses premières bases à l’école Sainte-Trinité et a été membre de l’ensemble « Cuivres et or», dirigé par René Jean Jumeau. Ce trompettiste détient un «minor» en musique, «études de jazz», de University of South Florida à Tampa, avec capacité ou habilitation en improvisation, harmonisation et orchestration. Il est également un musicien d’église.

Caleb Joseph a sorti un premier CD de ses compositions, « Souvenir», en 2014. Le trompettiste avoue être influencé par Miles Davis, Chris Botty, Arturo Sandoval. Il est également professeur de musique.

Encouragé par son ami et confrère le jeune trompettiste local au talent affirmé, Amazan Audoine, ainsi que par la charmante et dynamique Mildred Cilius, il a donné un concert au club de jazz devenu incontournable, « Vivano» coin des artistes, rue Panaméricaine, Pétion-Ville, le 11 janvier 2019.

Caleb Joseph était accompagné par Caleb Texier (piano électrique et claviers), Jude Darvens Texier à la batterie, Johnson Siméon au tambour-conga, Mardochée Williams à la basse (guitare-basse électrique). Amazan Audoine était son invité.

Le concert

Il commence sans le trompettiste par une exécution des accompagnateurs : la pièce « Sobo Lobo», composition de Ludovic Lamothe. On ne joue que le fragment A, en boucle, sans le pont. Le thème ou canevas, après les harmonies du clavier, est exposé par la basse de Mardochée Williams. Il se précise une variation rythmique en meringue-contredanse lente, avec un zeste de funk. Caleb Texier prend un solo «bluesy» avec passage de riffs. Il y a aussi le solo du bassiste.

On enchaîne ensuite avec «complainte paysanne» de Raoul Guillaume qui sert de musique de fond à la présentation de la M.C. Jennifer, interrompue une fois par la menace d’étincelles électriques sorties du plafond. Il y a un moment de panique dans l’assistance vite ramenée au calme. La M.C. reprend son introduction et le trompettiste Caleb Joseph pointe sur scène. Il joue et chante le standard « Stand by me» au rythme équivoque du funk et slow-rock. Le trompettiste à la bonne sonorité prend un solo assez proche de la mélodie, suivi du claviériste.

La soirée semble bâtie avec les pierres du « smooth jazz» et du « pop-jazz», car on joue ensuite le standard «bluesy» «Ain’t no sunshine» de Bill Withers, très célèbre. Caleb Joseph le chante bien. Sa partie de trompette se fait en solo, puis en interactions, échos ou imitations du clavier.

La cinquième pièce, c’est le « Summer time» de George Gershwin, toujours dans le style funky et pop-jazz. Il y a une heureuse invitation : le jeune saxophoniste ténor Ricardo Lafond, à la sonorité nettement améliorée, ayant fait de grands progrès en improvisation.

Stridences et citations de « Kote moun yo » chez Ricardo dans son chorus. Assez bon solo de Caleb Joseph avec citation de la « ronde» enfantine « Frère Jacques ». Caleb Texier, le pianiste, a pris un solo très swinguant. Il y a une joute amicale entre le saxo et le trompettiste qui s’émulent et s’imitent, mutuellement, en appels et réponses, avec humour dans le défi, vers la fin. Le batteur Jude Darvens Texier a assuré une frappe «binaire» implacable.

Caleb Joseph cède la place à son autre invité de marque : l’entreprenant et hardi trompettiste Amazan Audoine. Dans la faconde et le bagoût qui le caractérisent, il expose sa trajectoire à l’assistance, qui le suit patiemment.

La sonorité d’Amazan s’est totalement améliorée à bout d’efforts persévérants. Bravo ! Curieux : son répertoire et son choix de thèmes semblent plus aristocratiques et risqués que ceux de son hôte. Quel culot ! Quelle audace !

On apprécie son besoin de s’affirmer, son désir de reconnaissance, l’obligeant à oser.

Amazan s’est illustré dans le «foot prints» de Wayne Shorter, rythmé en 6/8 avec un accent à la fois Nago et yanvalou assumé par le tambourineur Johnson Siméon. Bons chorus du trompettiste et de Caleb Texier au « rhode».

 

Le pianiste fait une citation-éclair de «jingle bells». Amazan Audoine enchaîne avec un morceau chanté correctement, rendant hommage à la mémoire de Boulo Valcourt : « Lanmou pa yon plezantri». Ce n’est pas une composition de Réginald Policard, comme il le croît, mais bien de Boulo, paroles et musique. Il la dédie à « Soso», son amoureuse. C’est assez bien rendu et imité.

Le trompettiste poursuit son «show» avec « Strasbourg Saint-Denis» de l’un de ses idoles et modèles : Roy A. Hargrove, à la trompette légendaire, décédé dernièrement le 2 novembre 2018. Morceau dans le style pop-jazz et funky. Solos : trompette ; clavier avec des chromatismes en relief ; basse de Mardochée avec claquements secs ; batterie de Jude Darvens Texier.

Le dernier morceau choisi par Amazan est «blue bossa» de Kenny Durham. Caleb Joseph rejoint son invité sur scène, à cet effet. Audoine ajoute une sourdine à sa trompette. Les deux souffleurs exposent le thème conjointement.

Le chorus de Caleb est suivi de celui d’Amazan. La conclusion fait place nette à un show de batterie et de tambour s’émulant, dans un duel amical, en appels et réponses, dans des citations folkloriques.

Caleb Joseph reprend sa trompette pour citer la chanson « Tout au bout de l’océan».

Et c’est avec la ballade pop et instrumentale « I believed I can fly», « All blues» de Miles Davis, joué sur la demande de votre serviteur et « Saint-Thomas» de Sonny Rollins que s’achève ce concert mémorable, ce tandem fameux entre Caleb Joseph et Amazan Audoine.

Appréciation et réserves

Caleb Joseph nous a impréssionnés favorablement par sa versatilité. Amazan Audoine a fait bonne impression dans les progrès. Il lui faut quand même résoudre des problèmes de mesure et de coordination. Bon travail Amazan ! Continue ta route ! L'effort fait les forts !

 

 

Roland Léonard Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".