Oraison funèbre du major général Williams Régala prononcée le vendredi 28 décembre 2018 par le docteur Henri-Robert Sterlin au Parc du Souvenir……

Publié le 2019-01-18 | lenouvelliste.com

Monsieur le Révérend père officiant de cette messe,

Distingué Monsieur le représentant du président de la République,

Monsieur le président de la Cour de cassation,

Honorable Monsieur le Premier ministre ;

» ------------------------------------------------------------------------------------------------- «

Madame Micheline Guerrier Régala, veuve éplorée de notre inoubliable disparu,

Très chers enfants du grand homme,

Parents en peine,

Toi, Alexis qui fut si cher au cœur de notre excellent ami, parti vers les Champs Elysées ;

Mon bien cher Virginie Saint-Pierre, le compagnon infatigable et le frère tant apprécié pour ses talents et sa vision d’intellectuel,

Messieurs les hauts gradés de l’état-major des Forces Armées d’Haïti (FAD’H),

Inestimables et ô combien irremplaçables camarades de promotion du major général Williams Régala, qui eut pour eux une estime inaltérable,

Amis de cet échantillon rare d’Haïtiens, tous venus lui rendre un ultime hommage en ce lieu,

Soldats et militaires de la 21e compagnie des Casernes Dessalines,

Paysans d’Haïti, vous qui vous souviendrez longtemps de ce digne fils de la terre des forgeurs de patrie,

Gens de Saut-d’Eau et du Plateau central,

Générations montantes, pour qui le nom de Régala est déjà enrobé de légendes,

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs,

Proéminente figure de l’histoire contemporaine de notre pays depuis déjà six décennies environ, Williams Régala appartient à bon droit à cette catégorie d’hommes dont le président français François Mitterrand saluant les dépouilles de l’abbé Grégoire déposées au Panthéon, disait : « Ils ont fait l’HISTOIRE, et sont devenus eux-mêmes l’Histoire…….».

C’est dire a priori combien difficile fut pour nous l’intellectuel Virginie Saint-Pierre et moi-même, de concevoir cette cérémonie d’adieu et d’édifier LE SOCLE, le mémorial à partir duquel les générations de demain, selon le président Charles de Gaulle en personne «apprendront à connaître ceux dont la légende fascinante et éblouie fera des mythes destinés à galvaniser l’énergie des hommes ballotés par les circonstances de l’épreuve…»

Pourtant, cette figure de proue dont nous pleurons aujourd’hui la douloureuse et poignante disparition se raconte aussi aisément que les éloquentes HISTOIRES qui jalonnent et pavoisent les pages sublimes du livre «Au fil de l’épée» que rédigea l’opposant au Maréchal Pétain connu pour cette phrase retentissante qui traversa la nuée : « La France a perdu une bataille, mais elle n’a pas perdu la guerre……»

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs,

Un soir de l’année 1958, à une réception donnée par le célèbre et grand monsieur Frédéric Duvignaud, ministre de l’Intérieur dans le premier cabinet du docteur François Duvalier, en sa résidence privée de Bourdon, mon parrain Pierre Saint-Côme placé à côté de son insigne ami, ingénieur tout comme lui, mais colonel commandant les Casernes Dessalines – vous l’aurez deviné – il s’agit de Gaston Georges, il l’entendit qui disait au docteur Duvalier :

« Excellence, parmi les cadets frais émoulus de l’Académie militaire qui sont avec moi depuis le 29 juillet, plusieurs sont brillants… Mais il en est un qui vous étonnera certainement autant par ce qu’il y a de conviction en lui que par sa conscience de classe et son extraordinaire maturité politique. Je vous le ferai rencontrer…. Avec vous, il aura certainement de l’avenir….. Il se nomme Williams Régala !».

Une extraordinaire épopée sociale voyait le jour à l’instant même…..

Le cadet Régala élevé, éduqué à Pétion-Ville, bastion privilégiée de l’élite dominante des années 1940, allait se muer en un brillant officier, vite converti en porte-étendard glorieux des classes moyennes et en archange protecteur de la révolution duvaliériste vue sous l’angle de la rédemption des masses…. Porteur d’un humanisme qui transpirait au travers de son regard vif et froid ; son port altier, son haut sens de l’amitié et du commandement, Williams Régala qui rendait service comme rarement on a vu quelque chose d’analogue, très vite, dans les quartiers populaires du Bel-Air, de Sans-fil, de l’actuelle Jalousie, de la Ravine-Pintade, du Poste-Marchand, de la Cour Mouzin, de la ruelle Jardine, des amis qui lui étaient proches, épris de sa belle générosité, le surnommèrent «Bill…», un héros donc de livres de cow-boy, bien connu pour son intrépidité et son constant esprit de service… Pour les jeunes encore en herbe issus du bas peuple et vivant entre les horizons de la misère, «Bill Cassidy» devint Williams Bill Régala !

Caractère trempé dans de l’acier, Williams Régala considérait la discipline comme la vertu suprême de l’homme d’action et éleva la loyauté ainsi que le sens du devoir au plus haut niveau dans les cieux de son devenir en tant qu’être…. Plus vite qu’on ne l’aurait pensé, Williams Régala gagna et le cœur et la confiance du vainqueur des élections de 1957… Un militaire des Casernes l’observait et le suivait dans tout ce qu’il faisait, au point de le promouvoir à ses côtés !

Luc Pierre-Louis admirait en effet le brillant officier choyé tant par ses camarades de promotion que par tous les hommes du bataillon des Casernes Dessalines…. Placé en tête de la 21e compagnie par le docteur Duvalier en personne, le futur assistant du colonel Luc Pierre louis devint un des militaires les plus puissants des décennies 1960-1970-1980.

D’une rectitude exemplaire, il put traverser sans encombre les époques orageuses de la révolution politico-sociale ; lesquelles époques de grandes turbulences ne tardèrent point à métamorphoser son âme en celle du doctrinaire avancé et de l’homme politique si apprécié par nombre de ses contemporains.

Les mutations sociologiques vécues en profondeur par la société haïtienne en quête de justice et de mieux-être, dans le cadre de ce que l’éminent penseur et philosophe Karl Marx appelle volontiers la dialectique de la conscience et de la praxis révolutionnaire, ces mutations le plus rationnellement possible, propulsèrent Williams Bill Régala vers les plus hauts sommets de l’État…

Les États-nation sont ainsi faits: leurs guides et les arbitres de leurs destinées laissent toujours une empreinte indélébile dans la conscience de leurs contemporains !

De manière incontestable, homme d’une dimension exceptionnelle dans sa génération, Williams Bill Régala pour qui les valeurs immarcescibles de famille et de patrie atteignaient les proportions d’un véritable culte rendu à la transcendance, notre frère Williams considérait sa progéniture comme le plus précieux des biens ! Père de famille au cœur d’or, vivant en notre ère zodiacale à l’heure des crédos du «pater familias», Bill a réellement mené sa vie pour assurer en tout le bonheur de sa bien-aimée fille Magda ; pour son remarquable Shilov, et ses pétillants petits-fils dont il suivait les études et mimait volontiers les jeux d’enfants en s’écriant à son tour : Labadie !

Ceci pour imiter les marins montés à bord des bateaux de croisière pénétrant dans les eaux du port de Labadie dans le Nord…….

Façonné pour finir par le jeu des circonstances historiques et sociales qui ont fait de lui un individu hors série, le major général Williams Régala, avec une délicatesse les plus étonnantes pour un homme de sa trempe, portait à la vérité son «cœur en écharpe» pour parodier ici le poète romantique Chateaubriand !

D’une sensibilité à fleur de peau, il ne manquait jamais d’exalter devant le club de ses amis réunis pour la soupe du dimanche chez Ervé Malbranche…. Le PDG de MESDHASA, la franche camaraderie, la fervente amitié qui le liait à des personnalités remarquables telles que le colonel Emmanuel Orcel !

Epanchant son cœur en ces moments d’élans spontanés et de transport de l’amitié, le côté historien et hautement nationaliste de cet apôtre d’un grand mouvement social et de refonte institutionnelle, se confondait alors en confidences, et nous pûmes ainsi apprendre de lui les grandes et remarquables choses concernant bien des TABLEAUX et CONTENUS de notre HISTOIRE IMMÉDIATE au sujet desquels les imaginations fertiles fabriquent de pures spéculations et se livrent aux basses manœuvres de l’incohérence et du délire….

Cavalier habitué aux grandes chevauchées du mensonge et des travestis de la pensée dérisoire, Williams Régala, grandi dans sa retraite comme grand protagoniste de l’HISTOIRE, laisse à la postérité les faits et les gestes accomplis lors de son passage au pouvoir aux côtés du général Henri Namphy…

De même en est il du rôle de premier plan qui fut le sien lors de l’arrivée au pouvoir du professeur Leslie Manigat, un distingué citoyen, promu à cette haute fonction….

Aujourd’hui, détaché de l’espace terrestre où il abandonne son corps mortel, Bill : esprit de qualité supérieure devient désormais un «concept…» Mot qu’il a énormément utilisé lors de nos diverses rencontres et de nos débats relatifs à la culture en général et à l’avenir de notre pays et de notre peuple !

Avec le sentiment d’avoir vécu avec noblesse, d’avoir mené le bon combat, d’avoir connu avec ses amis des heures et des heures de communion intense et de fraternité chaleureuse, Williams Bill Régala s’en est allé retrouver là-haut les Immortels fondateurs de notre Indépendance qui, de son vivant, ont agrandi pour lui le panorama de trois grandes idées motrices ayant marqué son existence : Fidélité, amitié, grandeur de la patrie !

Je vous remercie !

Docteur Henri-Robert Sterlin 28 Décembre 2018
Auteur


Réagir à cet article