Les entreprises européennes premiers investisseurs privés en Haïti avec 1,5 milliard de dollars pour Digicel, Heineken et Rubis

Les investissements des trois principales entreprises issues de pays membres de l’Union européenne installées en Haïti sont considérables. Ils totalisent ces 12 dernières années plus de 1,5 milliard de dollars, plaçant les entreprises européennes au premier rang des investisseurs étrangers présents en Haïti.

Publié le 2019-01-11 | Le Nouvelliste

En première place, on retrouve la Digicel avec un milliard de dollars d’investissement depuis 2006 dont l’acquisition de Voilà, de la ACN et la construction de l’hôtel Marriott ; arrivent ensuite Rubis avec plus de 300 millions de dollars d’investissement dont l’acquisition de la Dinasa en 2017 et Heineken avec plus de 200 millions de dollars en sus de l’acquisition de la Brasserie nationale d’Haïti (Brana) en 2012.

Suivant les informations obtenues par Le Nouvelliste, ces 3 entreprises, Digicel, Heineken et Rubis, sont en train d’exécuter des plans d’investissements pour renforcer leur présence sur le marché haïtien. Ces entreprises européennes sont aussi classées parmi les premiers payeurs de taxes.

Dans le classement des 200 plus grands contribuables pour l’exercice 2017-2018 publié par Le Nouvelliste, la Digicel occupe la deuxième position avec 3,3 milliards de gourdes versées à la DGI; la Brana est 3e avec 2,4 milliards de gourdes et la Dinasa 5e avec 1,1 milliard de gourdes.  

Pourtant, ces entreprises, depuis un certain temps, confrontent certaines difficultés qui, si elles ne sont pas gommées assez rapidement, peuvent nuire à leur bon fonctionnement et constituer un frein au développement de futurs investissements.

Dans une interview exclusive accordée à la rédaction de Le Nouvelliste, Vincent Degert, chef de la Délégation et ambassadeur de l’Union européenne en Haïti, a longuement adressé la situation délicate dans laquelle évolue ces entreprises tout en appelant les plus hautes autorités du pays à mettre en place les conditions nécessaires pour attirer les investissements indispensables au développement d'Haïti. 

« Depuis une dizaine d’années, l’Union européenne est le premier investisseur dans un ensemble de pays de l’Amérique latine et des Caraïbes, et Haïti n’échappe pas à cette règle », a fait savoir Vincent Degert, présentant un  panorama des investissements des entreprises des pays membres de l’Union européenne installées en Haïti. Du nombre des grandes entreprises ayant décidé d’investir dans le pays, il a cité Heineken (une compagnie néerlandaise) ayant racheté la Brasserie nationale d’Haïti (Brana), la Digicel (d’origine irlandaise) qui a consenti de gros investissements dans les télécommunications et l’opérateur français Rubis évoluant dans le domaine du pétrole qui a racheté la Dinasa.

« Ce sont des entreprises qui sont venues ici avec l’intention d’investir durablement, de créer des emplois, de la richesse, de rester dans le pays et de faire fructifier leurs investissements », a souligné le chef de la Délégation de l’Union européenne en Haïti, précisant que ces trois entreprises figurent parmi les 5 premiers contributeurs au budget de l’Etat haïtien. « Ce sont des entreprises qui ont un rôle citoyen dans l’économie haïtienne et qui apportent leurs contributions dans ce contexte-là », a-t-il poursuivi, motivé à l’idée de trouver le mécanisme pour l’investissement de ces entreprises à la fois rentable pour le pays comme pour l’investisseur.

En ce sens, l’ambassadeur de l’Union européenne en Haïti dit avoir rencontré les plus hautes autorités du pays en la personne du président de la République Jovenel Moïse pour adresser les difficultés rencontrées par ces entreprises, explorer les conditions dans lesquelles ces investissements peuvent continuer à se développer tout en servant d’exemple à d’autres entreprises qui seraient tentées par le marché haïtien. « Il y a des potentialités. Il faut permettre à ces potentialités de vivre et de s’exprimer […] Nous sommes convaincus que ce n’est pas l’aide qui assurera le développement [du pays] », a déclaré Vincent Degert, confiant que l’aide peut aider et doit aider au développement d’Haïti.

Selon Degert, l’aide doit servir à mettre en place les facteurs de compétitivité que sont l’électricité à meilleur marché, des infrastructures routières ou de voies de communication saines, bien entretenues et en bon état ainsi que le capital humain, à savoir du personnel formé. Pour l'ambassadeur, c’est la capacité d’Haïti à attirer de l’investissement privé qui va créer de la richesse et des emplois durables dans le pays.

 Avec 11 millions d’habitants, Haïti, qui n’occupe pas la position qui devrait être la sienne dans le classement régional d’investissements captés, est quand même un marché digne de ce nom en termes de consommateurs potentiels, reconnait l’ambassadeur européen. « Il faut que ces consommateurs aient les moyens, qu’ils aient un revenu suffisant. Il faut qu’on enclenche une véritable politique de croissance, de développement et d’investissement, national ou étranger », a insisté Vincent Degert, réitérant que c’est l’entreprise privée qui va aider le pays à se développer, à croître et à offrir de l’emploi et des salaires à l’ensemble de la population.

« Il faut pour cela que les conditions de stabilité, de sécurité soient au rendez-vous avec des perspectives de croissance de marché c’est-à-dire une politique macroéconomique générale saine, une gourde qui ne perd pas trop de sa valeur », a prescrit Vincent Degert revenant sur l’importance selon lui de cette rencontre avec les autorités haïtiennes pour présenter la liste des contraintes à aborder dans le cadre du dialogue, de la discussion que l’Union européenne essaie actuellement de mettre en place.

« Au-delà de la démarche, il faut dans la discussion et dans les actes qu’on arrive à des décisions qui vont dans cette direction », a fait remarquer Vincent Degert, prônant la nécessité d’avoir une relation stable entre l’Union européenne et Haïti. Et, cette relation stabilisée entre Haïti et l’Union européenne, selon lui, passerait par la ratification de l’Accord de partenariat économique (APE) signé par Haïti il y a de cela 9 ans, afin de rassurer les éventuels entrepreneurs qui prennent le risque de venir investir en Haïti sur l’existence des marchés, des potentialités de développement et des garanties pour leurs investissements. Ayant trouvé des solutions qui semblaient convenir au secteur privé comme au secteur public haïtien, Vincent Degert n’arrive pas à comprendre l’obstacle entravant la ratification de l’APE.

« Il y a aussi la loi Hope », a souligné le diplomate européen, estimant qu’Haïti, pourtant dans une position extrêmement privilégiée vis-à-vis du marché américain, n’utilise pas pleinement toutes les potentialités que l’accès à ce marché offre au pays et à ses entreprises. « Je pense qu’il y a encore là des marges de croissance qu’on doit aujourd’hui essayer d’exploiter au mieux », a-t-il fait savoir en plaidant pour la relance de la production nationale qui, selon lui, est une absolue nécessité pour le développement du pays.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".