Nemours Jean-Baptiste, Septentrional et Tabou Combo honorés par le ministère de la Culture

PUBLIÉ 2019-01-14
Le jeudi 10 janvier, le ministère de Culture et de la Communication a rendu un hommage bien mérité à feu Nemours Jean-Baptiste, créateur du compas direct dont 2018 ramenait le centième anniversaire de naissance ; l’orchestre Septentrional, qui a célébré ses 70 ans d’existence en 2018 ; et le groupe Tabou Combo pour qui 2018 marquait les 50 ans de sa création. Étaient présents à cette cérémonie qui s’est tenue dans Les jardins du Mupanah le président de la République, Jovenel Moïse, la première dame Martine Moïse, le ministre de la Culture et de la Communication Jean-Michel Lapin, la ministre du Tourisme Christine Stephenson, divers officiels et des figures importantes de l’industrie musicale haïtienne et du monde culturel.


Ce jeudi soir, le compas est à l’honneur. Dans la cour du Musée du Panthéon national haïtien (Mupanah) cette musique créée par Nemours Jean-Baptiste résonne. Sur la scène, des musiciens comme Rolls Laîné de Djakout #1 ou encore Dadou Pasquet du Magnum Band offrent une belle prestation en guise d’entrée aux heureux invités à la soirée donnée en hommage à feu Nemours Jean-Baptiste, l’orchestre Septentrional et le groupe Tabou Combo. Tout ce beau monde se retrouvera par la suite dans la grande salle du restaurant Les jardins du Mupanah. L’événement a une allure grandiose. Le brouhaha des voix et le va-et-vient des serveurs et ces invités tout heureux de se retrouver initialement puis fatigués après avoir trop attendu le lancement de la cérémonie officielle.

Les activités sont lancées à l’arrivée du couple présidentiel. Ed Lozama, MC de la soirée, s’acquitte de sa tâche avec aisance, donnant à ce rendez-vous toute sa solennité. Le ministre de la Culture et de la Communication, Jean Michel Lapin, auquel il cède la parole en premier, est celui qui replace l’événement dans son cadre, accentuant sur la nécessité d’honorer ces trois groupes qui ont fait honneur à la République et remerciant ces musiciens chevronnés en son nom, en celui du président – qui ne prend pas la parole à la cérémonie – et des haïtiens vivant tant en Haïti qu’à l’étranger.

Frantz Duval, rédacteur en chef du journal Le Nouvelliste et directeur de Ticket, a eu la lourde tâche de retracer le parcours musical de Nemours Jean-Baptiste et du groupe Tabou Combo. Pour entamer son discours, il cite cette chanson de Tabou combo écrite par Yves Joseph (Fanfan Tibòt) en l’honneur de Nemours Jean-Baptiste en 1980 alors que le compositeur et créateur émérite était encore de ce monde. Puis, tout en retraçant le parcours de ces grands noms de la musique haïtienne, Duval fait aussi ressortir combien notre société a toujours été avare d’honneurs aux vivants. Pour le journaliste, rendre cet hommage à Nemours Jean-Baptiste, Tabou Combo et l’orchestre Septentrional est un devoir longtemps attendu.

Islam Etienne Louis prend la parole pour faire revivre le parcours de l’orchestre Septentrional. Pendant près d’une demi-heure, l’homme qui se fait appeler « septenlogue » remonte le temps avec l’assistance, la ramenant en un tour de main à la fin des années 40. Il parle de ce premier quatuor qui s’est mué en une véritable institution pour devenir 70 ans plus tard le groupe le plus ancien du pays et une des plus anciennes de la Caraïbe. Il va jusqu’à mentionner le Tropicana d’Haïti et la rivalité qui existe entre les deux orchestres. Mais ce soir, le cœur est aux réjouissances et Islam Louis clôt la parenthèse avec un simple « Ce soir, le Nord est à l’honneur et nous sommes fiers ! »

À côté de ces interventions, la soirée a aussi été marquée par la prestation des musiciens de l’orchestre de la Fondation Nemours Jean-Baptiste. Ces derniers ont repris plusieurs morceaux du feu maestro. Le couple Gaëlle et Clifford Jasmin, présent pour cette grande occasion, a pu exécuter quelques pas au son des mélodies compas. La cérémonie a pris fin avec la remise de plaques d’honneur aux représentants de chacune des personnalités à l’honneur. Le président de la République en a aussi profité pour remettre à Septen une génératrice de 80 KW, concrétisant ce faisant une ancienne promesse faite à l’orchestre. Bien sûr, toute une séance de photos avec les différentes personnalités présentes s’en est suivie, histoire de véritablement immortaliser ce grand moment pour la musique haïtienne. Puisse-t-il n’être que le premier d’une longue série !



Réagir à cet article