Quand l’Unifa rend hommage aux victimes du 12 janvier

PUBLIÉ 2019-01-10


À l’Université de la Fondation Aristide (Unifa), la matinée du 10 janvier 2019 était marquée par une cérémonie en hommage aux victimes du séisme du 12 janvier 2010. La programmation s’articulait entre un concert de l’Ensemble à vents de l’Université Cornell (USA), quelques discours de circonstance et le dépôt de fleurs blanches dans un vase par des étudiants de l’université hôte de l’activité, en mémoire des disparus.

L’heure est au recueillement ce 10 janvier 2019 à l’Unifa. Les étudiants, dont la plupart drapés dans leur blouse blanche, se sont agglomérés dans l’auditorium dès 10 h a.m. en attendant le début de la cérémonie en mémoire des disparus du 12 janvier 2010 en Haïti.

Après l’interprétation de l’hymne national et de celui de l’Unifa par la chorale de l’université, Mme Mildred Aristide, en guise d’introduction, présente l’ensemble à vent du Cornell University (dont les membres sont tous vêtus de noir) occupant la scène comme la pièce maîtresse de cette cérémonie d’hommage.

Dans une première partie, trois morceaux sont interprétés : « Colas Breugnon », « E-flat for military band » et « Hymn for the Innocent. Le père David César, directeur de l’orchestre Philharmonique Sainte-Trinité occupant la première rangée, semblait emporté par la mélodie de l’orchestre universitaire mené par Dr James Spinazzola.

Ensuite se suivent les propos de circonstance du professeur Homère Charles. Dans son intervention, d’une part, il signale notre insouciance par rapport au risque sismique : « Cependant, pourrons-nous cesser de penser au risque sismique qui nous guette, quand nous continuons de vivre en toute insouciance, sans nous inquiéter, bien des fois, sous les décombres même qui hébergent encore des corps de nos frères et sœurs disparus ? » D’autre part l’enseignant évoque des initiatives de l’Unifa visant à parer à cela : « Sensibilisé par la situation, le conseil de l’Unifa, a ouvert récemment l’Ecole de physiothérapie et la Faculté de génie et d’architecture, de façon à faciliter le débat sur de nouveaux modes de construction plus adaptés au risque sismique qui maintenant n’est plus un tabou dans le pays. »

Ce discours fait place à l’énumération par deux jeunes des noms des étudiants qui ont été d’une manière ou d’une autre victimes du tremblement de terre.

La procession de jeune déposant des fleurs dans un vase côtoyé par deux lampions est le moment le plus touchant de la cérémonie. La marche est accompagnée d’une musique exécutée en live par l’orchestre à vent.

Cet ensemble, dans une deuxième partie, exécute deux autres morceaux : « Renesans » du compositer haïtien Sydney Guillaume et un autre du nom de « Nitro ». L’assistance est visiblement transportée par l’exécution d’un morceau du terroir par un orchestre américain.

Mildred Aristide, à la fin de la cérémonie, adresse ses remerciements aux musiciens de l’ensemble à vent avant d’offrir une gerbe de fleurs et des cadeaux emballés au chef d’orchestre. L’ancienne première dame remercie également les étudiants, le corps professoral, le décanat, l’ensemble des cadres de l’Unifa pour leur implication dans la réussite de cette cérémonie d’hommage aux victimes du 12 janvier 2018.



Réagir à cet article