Massacre à La Saline : Des résidents portent plainte

Publié le 2018-12-21 | Le Nouvelliste

Un groupe de treize résidents de La Saline ont déposé au cabinet d’instruction une plainte collective dans le cadre du massacre perpétré dans cette zone de la capitale les 1er et 13 novembre derniers. Assistés des membres du BODDH et de CANIDH, les plaignants exigent que les auteurs, complices, exécutants soient identifiés et qu’ils soient punis. Ils appellent la justice à déterminer la responsabilité des acteurs politiques. « Les exposants Jolene Labonté, Lèlène Aristène, Eddyte Destin, Ernst Léger, Milène Mathieu ainsi que son concubin Claude Junior Jean-Baptiste, Vani St-Gourdain, Mureille Losandieu, Marie-Yolaine Jean-Louis, Marie-Lourdes Dorestant, Nesland Jean-Louis et Bergame Edmond, assistés des avocats membres du BODDH et de CANIDH susmentionnés se constituent partie civile, requièrent qu’il vous plaise, Honorable Magistrat, d’instruire ce dossier contre les auteurs, complices ou exécutants de ces crimes ; déterminer la responsabilité des différents acteurs politiques », lit-on dans le document de plainte qui cite le chef de l’État, le Premier ministre, le ministre de la Justice, le ministre de l’Intérieur, le directeur général de la PNH, le délégué départemental de l’Ouest entre autres.

Dénonçant le silence et la passivité des détenteurs de leviers de commande au plus haut niveau de l’État, le responsable du BODDH Jaccéus Joseph, l’un des avocats des plaignants, est convaincu de l’implication des autorités dans le massacre de La Saline. « Suite à une enquête effectuée par le Bureau des organisations de défense des droits humains (BODDH) ainsi que les rapports produits par le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) et la Fondation Je Klere consultés, ces crimes spectaculaires ont été planifiés par les agents de la Brigade d’opération et d’intervention départementale ( BOID) ainsi que des sbires du pouvoir portant l’uniforme de la BOID », selon ce qui est écrit dans la plainte. « L’État, dans ses composantes, a fourni pas mal de moyens tels que : véhicules, uniformes, armes et munitions indispensables à l’exécution de ces crimes planifiés et crapuleux », poursuit le document.

Les plaignants ainsi que leurs avocats estiment que « ces crimes perpétrés avec la complicité de l’État haïtien constituent des atteintes graves aux droits fondamentaux des victimes, protégés aux termes de l'article 19 de la Constitution, l’article 2 alinéa 3 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ; les articles 1er, 4, alinéa 1, articles 5, 25 et suivants de la Convention américaine des droits de l’homme, article 147 et suivants du code d’instruction criminelle ». Ces textes exigent le respect du droit à la vie, de l’intégrité physique des citoyens. Ils interdisent la torture, les traitements cruels, inhumains et dégradants et font obligation à la chaîne pénale et au pouvoir d’intervenir, de mener des enquêtes et punir les responsables de ces cimes, selon les avocats du BODDH et du CANIDH.

Sur les ondes de Radio Magik 9, Jaccéus Joseph confirme que les plaignants sont estimés à plus d’une cinquantaine. Mais puisque la plupart ont peur pour leur sécurité, seuls treize d’entre eux ont accepté d’endosser la plainte. L’ancien conseiller électoral. qui accuse le délégué départemental de l’Ouest Pierre Richard dans la disparition de certains cadavres, en a profité pour mettre en garde contre la planification d’un nouveau massacre à La Saline.

Selon le BODDH et la CANIDH, 73 personnes ont été assassinées, 14 autres ont été blessées par balle lors du massacre du 13 novembre dernier. 7 femmes violées, 150 maisons criblées par balle et vandalisées ont été enregistrées, selon les avocats membres de ces organisations qui indiquent que plus de 439 personnes ont perdu leurs biens lors de ces attaques.

Danio Darius
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".