Massacre à La Saline : le bilan des personnes tuées et violées s’alourdit

« 71 personnes assassinées, 2 autres portées disparues, 11 victimes de viols collectifs, 5 personnes blessées, 150 maisons vandalisées et/ou criblées de balles à Projet La Saline et ses environs et des dizaines d’autres maisons incendiées à Nan Chabon », le massacre « d’État » perpétré le 13 novembre dernier à La Saline est encore plus cruel que ce que l’on relatait. Le dernier bilan du RNDDH sur ce carnage s’alourdit.

Publié le 2018-12-20 | Le Nouvelliste

Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), dans un nouveau rapport, relate que c’était plus grave ce qui s’était passé à La Saline ce jour-là. Cette nouvelle enquête a été menée dans le cadre d’activités de suivi avec les survivants du massacre. Le RNDDH a questionné plusieurs personnes, elles-mêmes victimes ou proches de victimes, qui n’ont pas été prises en compte dans le rapport publié le premier décembre dernier.

« En effet, aux cinquante-neuf victimes recensées lors de la première enquête s’ajoutent douze autres personnes qui ont aussi été assassinées. Ces nouvelles victimes portent à soixante et onze le nombre de personnes assassinées le 13 novembre 2018 », a précisé le RNDDH, qui a présenté l’identité de ces douze autres victimes. Parmi lesquelles des mineurs âgés de 16 ans, dont « Davidson Jean-Charles, qui a reçu une balle à la tête avant que son cadavre ne soit haché à coups de machette ; il était père d’un bébé d’un mois. »

Quatre autres victimes de viol collectif ont été documentées, ce qui porte à onze le nombre de femmes et filles ayant subi des viols collectifs. Plusieurs bandits ont fait irruption dans des maisons, menaçant les femmes avec leurs armes à feu puis les violer à tour de rôle en présence certaines fois de leurs enfants, eux-mêmes âgés de cinq ans et trois ans, rapporte le RNDDH.

Le RNDDH tient à préciser que le bilan du massacre de La Saline, tel que présenté par l’organisation, n’est pas exhaustif. « De nombreux corps sans vie ont été emportés par les assaillants. De plus, toutes les personnes pour lesquelles l’organisation n’a pu recueillir des informations précises n’ont pas été prises en compte dans ses documents de publication », a souligné le RNDDH, qui qualifie de massacre d’État ces évènements en raison de la violence avec laquelle les crimes ont été commis, du nombre élevé de victimes, de la systématisation des attaques à l’encontre d’un groupe spécifique, de l’implication de certaines autorités dans la planification et la perpétration des événements.

La vie après ces évènements à La Saline n’est plus la même. « Le RNDDH souligne à l’attention de tous qu’aujourd’hui les survivants du massacre de La Saline en général semblent traumatisés par les événements sanglants qu’ils ont vécus. Ils ont peur pour leur vie, leur sécurité et sont sur le qui-vive. Les enfants vivent avec cette douleur engendrée par la perte d’un parent, d’un frère ou d’un ami. Certains d’entre eux ont assisté à la perpétration des crimes sont victimes leurs parents », lit-on dans ce document publié ce 20 novembre.

Croyant que ce massacre ne peut rester impuni, l’organisation de défense des droit humains dénonce que jusqu’à présent, « aucune action n’est entreprise ni par les autorités étatiques ni par les maillons de la chaîne pénale, pour accompagner les victimes dans leur quête de justice ».

« Le RNDDH estime que la violence enregistrée lors de ce massacre est d’une gravité telle que les autorités étatiques ont pour obligation de rechercher la vérité par la réalisation d’une enquête sérieuse et technique pour l’identification de toutes les personnes impliquées dans la préparation et la perpétration de ce massacre ».

De même, les armes qui ont été utilisées pour assassiner les victimes ainsi que leur provenance doivent faire l’objet de cette enquête dont les résultats devront être communiqués à la population en général et aux survivants du massacre en particulier. Ces derniers, pour se relever, ont besoin de comprendre pourquoi leurs proches ou eux-mêmes ont été entraînés dans ces événements meurtriers.

Ses derniers articles

Réagir à cet article