Le RNDDH dénonce un « massacre d’État » à La Saline

À La Saline, le 13 novembre dernier, ce sont 59 personnes qui ont été assassinées avec violence, selon un rapport du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). L’organisation, qui s’est entretenue avec les familles des victimes et qui a documenté l’identité de ces dernières et la façon dont elles ont été tuées, a fait état de deux personnes disparues, de cinq blessées par balles et de sept femmes violées.

Publié le 2018-12-03 | Le Nouvelliste

« Le 13 novembre 2018, peu avant 16 heures et pendant plus d’une heure, des tirs nourris d’armes automatiques ont été entendus à La Saline. Dans le tohu-bohu qui s’en est est suivi et la circulation d’informations faisant état de dizaines de morts, plusieurs riverains, craignant pour leur sécurité et leur vie, ont abandonné leurs maisons », rapporte le RNDDH.

« Dans la soirée, détaille le RNDDH, des individus armés de la Base +Nan Chabon+ dirigée par Serge Alectis, alias Tu Junior, dans au moins cent cinquante maisons localisées entre autres au Projet La Saline, à la rue Desmangles et à la rue du Quai ». Pour perpétrer ces actes, Serge Alectis et sa bande « ont arraché des hommes et des femmes de leur foyer pour les exécuter en pleine rue. Certains ont été décapités, d’autres hachés en petits morceaux et certains autres fusillés ». Le RNDDH note que certaines victimes ont été carbonisées.

Le gang « Nan Chabon » a été aidé par d’autres membres du gang armé Nan Bwadòm, dirigé par Jimmy Jean, de la base Belekou commandée par Isaac Andris, du gang armé de Ti Bwa ayant à sa tête Christ-Roi Chery, alias Chrislat, selon le RNDDH. L’organisme de défense des droits a également mentionné l’implication de la base de Delmas 6 dirigée par le policier Jimmy Cherizier, alias Barbecue, de plusieurs policiers de la base Pilate emmenée par le policier Gregory, alias Ti Greg, et des membres du gang armé de la rue St-Martin dans ce massacre perpétré contre la population de La Saline.

Les bandits auraient bénéficié de l’aide de certains éléments de la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID). « Selon les habitants de La Saline rencontrés dans le cadre de cette enquête, ces individus étaient montés à bord de plusieurs véhicules, dont un blindé affecté au service de la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID) et plusieurs camionnettes de transport public. Des civils armés accompagnaient d’autres individus qui portaient eux-mêmes l’uniforme de la BOID », rapporte le RNDDH.

L’organisme de défense des droits humains estime que les événements du 13 novembre 2018 constituent un « massacre d’Etat ». Après le massacre de Jean-Rabel qui avait fait 139 morts, les événements du 13 novembre constituent pour les responsables du RNDDH, le deuxième plus grand massacre enregistré en Haïti depuis le départ pour l’exil du dictateur et ancien président à vie Jean-Claude Duvalier.

Le RNDDH dénonce le silence des autorités de l’État à la suite de ce massacre. La seule fois où cette affaire a été évoquée par l’un de nos dirigeants a été lors de l’adresse à la nation du Premier ministre le 23 novembre dernier, soit dix jours plus tard, déplore le RNDDH qui s’en prend aux autorités locales, aux membres de l’exécutif et au corps législatif qui doivent « cesser de fournir des armes et des munitions aux gangs ».

Ne voulant pas que le massacre de La Saline reste impuni, le RNDDH recommande aux autorités d’enquêter sur tous les événements survenus à La Saline dans le but d’identifier les victimes, les armes avec lesquelles elles ont été assassinées. Le RNDDH exige également qu’une enquête soit diligentée sur l’utilisation des matériels roulants et des uniformes de la PNH et de l’implication des agents de la PNH dans ce massacre et que tous ceux qui étaient impliqués dans ce « massacre d’État » soient punis dans considération économique, politique et sociale.

Danio Darius
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".