Revendication des avocats

Le chef du parquet n’entend pas démordre

Publié le 2018-11-30 | lenouvelliste.com

Dans une correspondance datée du jeudi 28 novembre 2018, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Clamé Ocname Daméus, a demandé au substitut du commissaire du gouvernement Jean-Abner Émile de prendre toutes les mesures nécessaires afin de faire fonctionner le parquet de Port-au-Prince en attendant qu’une solution soit trouvée à cette crise qui a trop duré. Selon une source digne de foi, le substitut Émile ne serait pas prêt à assumer cette responsabilité en raison du fait qu’il y a d’autres collègues au parquet.

Des avocats protestataires considèrent la désignation de ce dernier pour assurer l’intérim comme une gifle et une provocation à l’égard des membres du conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince. Cette correspondance est également une insulte au ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Me Jean Roody Aly, qui est le supérieur hiérarchique dudit commissaire, ont fait remarquer des membres de la basoche. Encore une fois, le chef du parquet continue de faire obstacle à la justice haïtienne à un moment où les commissariats, le Pénitencier national, les prisons de Thor, commune de Carrefour, le centre carcéral de Pétion-Ville sont bondés de gens.

Dans les commissariats et les sous-commissariats, ces derniers sont des individus gardés à vue. Mais jusqu’à quand ? Ils ne savent vraiment pas quand ils comparaîtront devant leurs juges naturels. Il y en a qui pourraient bien être libérés, à cause de la grève des avocats ils sont encore incarcés. Or, le parquet n’auditionne pas les prévenus. L’institution de poursuite dit vouloir respecter le mot d’ordre de grève des avocats.

Le substitut Émile a déclaré être avant tout un avocat qu’il ne saurait être contre une décision prise en assemblée générale des avocats. Toutefois, les avocats critiquent le comportement du commissaire du gouvernement Clamé Ocnam Daméus. Selon eux, Me Daméus cherche à affaiblir le système judiciaire haïtien qui fait déjà l'objet de toutes sortes de critiques. « Le chef du parquet ignore toutes les résolutions qui ont été prises en assembée générale des avocats. En agissant ainsi, il se fait complice des policiers qui ont malmené les avocats tant à Delmas 33 qu’au parquet de Port-au-Prince », ont-ils rappelé.

« Le fait par Me Daméus de s’adresser directement à un substitut, c'est la preuve qu'il ne respecte pas le ministre Jean-Roody Aly. Il tente de le tourner en dérision comme il a fait pour l’ancien ministre de la justice Eidi Fortuné. Il est avant tout ministre de la Justice», ont déclaré des avocats qui, eux aussi, disent vouloir en finir avec cette crise.

Alors que le ministre de la Justice mène une lutte contre la détention préventve prolongée, depuis l’ouverture officielle des travaux judiciares pour l’année 2018-2019, aucune audience n’a pu se tenir. Le titulaire a toujours souhaité une issue à la crise qui aura bientôt deux mois. On espère que les protagonistes finiront par trouver une solution.



Réagir à cet article