Mario Andrésol rappelle les limites de l’USGPN

Publié le 2018-11-26 | lenouvelliste.com

Mario Andrésol dénonce le changement de l’uniforme des agents de l’USGPN et l’acquisition d’armes de guerre pour équiper cette unité à l’insu du DG de la PNH. « L’USGPN ne peut pas décider à elle seule de changer d’uniforme ou faire l'acquisition d’armes ou de véhicules. Une telle décision doit d’abord faire l'objet de discussions au sein du CSPN. Le commissaire de l’USGPN devra ensuite s’expliquer à la direction du budget de la PNH », a expliqué l’ancien directeur général de la PNH vendredi sur Magik9.

Soulignant la mission de l’USGPN qui ne consiste qu’en la gestion de la sécurité du Palais national, Mario Andrésol dénonce par ailleurs l’implication de cette unité spécialisée dans la gestion des manifestations de rue. « L’unité ne peut pas intervenir dans des opérations de maintien d’ordre. Elle n’est habilitée à remplir aucune tâche de la police administrative ni de la police judiciaire. Cette unité n’est même pas habilitée à procéder à des arrestations », affirmé Mario Andrésol.

Mario Andrésol a précisé sur son compte Twitter que des agents de l’USGPN continuent de circuler dans les rues de la capitale avec de nouveaux uniformes et des mitrailleuses. Toujours sur son compte Twitter, Mario Andrésol a montré un homme vêtu de noir armé d’une mitrailleuse de calibre M60 dont la portée est d’un kilomètre et peut tirer 550 balles à la minute et un M50 d’une portée de 6 kilomètres et peut tirer 850 balles à la minute sur un pick-up. « Ces armes sont utilisées par l’armée pour atteindre des avions. Ces armes ne doivent pas être utilisées par la police », a-t-il expliqué. D’où proviennent ces armes, comment sont-elles entrées dans le pays, qui les a commandées ?, s’interroge Mario Andrésol.

Que disent les textes de lois du recrutement et de la formation des agents de l’USGPN ?

Le recrutement, la formation, l’emploi et la gestion de l’Unité de sécurité générale du Palais national sont régis par la directive générale 030 en date du 25 octobre 1996, informe Mario Andrésol. Ladite directive, explique-t-il, place l’USGPN sous l’obédience du directeur général de la Police nationale d’Haïti.

Mario Andrésol, qui critique les nouvelles modifications apportées à la directive 030, croit que « ces modifications faites à l’insu de la population donnent de nouvelles possibilités de recrutement au niveau de l’USGPN ». L’ancien DG de la PNH rappelle l’article 34.3 de l’arrêté présidentiel du 6 janvier 2016, qui est, selon lui, « truffé d’ambiguïté » en ce qui concerne le recrutement au sein de ladite unité. Ledit article comprend des subtilités, prises probablement en catimini et qui, ajoute-t-il, donne de nouvelles prérogatives au président de la République.

Selon l’article 24.3 de l’arrêté présidentiel du 6 janvier 2016, ceux qui sont affectés à l’unité de sécurité du président (USP) peuvent être des fonctionnaires de la PNH en détachement. Ils peuvent être aussi des éléments de la sécurité choisis par le président. Ce qui, selon Mario Andrésol, laisse entendre que le président peut choisir des éléments en dehors de la PHN pour assurer sa sécurité. Ces éléments qui ne sont pas sous le contrôle de la PNH, vont, malheureusement, opérer aux côtés des agents de la police, a déploré Mario Andrésol, qui croit que cette situation peut créer une totale cacophonie.

L’ancien DG de la PNH critique plus loin ces agents qui contribuent à créer une psychose de peur au sein de la population et en profite pour mettre en garde quiconque contre une guerre opposant des policiers aux civils. À la place de Michel-Ange Gédéon, Mario Andrésol dit qu'il aurait arrêté les agents de l’USGPN avec les nouvels uniformes. « Ce comportement peut créer au sein de la population une confusion, une crise de confiance et affecter la stabilité de l’institution » précise-t-il.

Mario Andrésol fait un étalage des décisions prises sous son administration pour éviter ces confusions. « Le bannissement de la cagoule, le changement des plaques d’immatriculation avec des couleurs spécifiques à chaque département ainsi que le numéro du département », détaille-t-il.

Jean Junior Remus CELESTIN celestinjunior30@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article