4e édition

Le Prix du jeune journaliste, jour J-3

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en partenariat avec d’autres institutions nationales et internationales, organise cette année le Prix du jeune journaliste en Haïti dont la date limite pour soumettre en ligne les reportages est fixée au vendredi 16 novembre 2018 à minuit. Étant à sa 4e édition, ce concours, ayant pour but de découvrir et d’encourager de jeunes talents journalistiques s’exprimant en français à l’écrit et à l’oral, s’adresse à l’intention des jeunes entre 18 et 35 ans, produisant de l’information.

Publié le 2018-11-14 | lenouvelliste.com

«Jeunesse en action» est le thème retenu cette année pour le Prix du jeune journaliste en Haïti. Ce thème, selon les organisateurs, se veut une occasion de mieux faire connaître cette jeunesse qui, à sa manière, façonne la société haïtienne, que ce soit dans le domaine des arts et de la culture, de l’engagement citoyen et communautaire, dans le secteur du développement ou dans le monde des affaires.

Comportant deux catégories, presse écrite et radiophonique, le Prix du jeune journaliste en Haïti est un concours individuel. Les dossiers des candidat(e)s doivent être envoyés directement à l’adresse brpc@francophonie.org au plus tard le 16 novembre 2018 à minuit. Les dossiers parvenus après cette date ne seront pas retenus. Les candidatures féminines sont vivement encouragées, a rappelé Roda Operman, chargée de communication pour l’OIF, également responsable du concours Prix du jeune journaliste en Haïti, jointe mardi par téléphone.

Roda Operman a aussi souligné que le dossier des candidats pour la catégorie de presse écrite devait contenir un curriculum vitae (constitué de coordonnées à jour) ; une photocopie de la carte d’identité ou du passeport du candidat ; des références de travaux déjà réalisés ; un reportage écrit comportant entre 800 (minimum) et 1000 mots (maximum), en langue française, ayant comme thème «Jeunesse en action» et n’ayant fait l’objet d’aucune publication.

Pour ce qui est du reportage radiophonique, un curriculum vitae (contenant les coordonnées à jour); une photocopie de la carte d’identité ou du passeport de la candidat(e) ; des références de travaux déjà réalisés; un reportage radiophonique de cinq minutes (maximum), en langue française, ayant pour thème « Jeunesse en action » et n’ayant fait l’objet d’aucune diffusion radiophonique.

Originalité, clarté du texte, concision, niveau de langue française, style et présentation/ élocution, responsabilité et qualité sonore sont entre autres critères d’évaluation requis pour ledit concours, a précisé Roda Operman, qui appelle les jeunes talents à se challenger et à s’impliquer davantage dans le social. «C’est une occasion pour les participants de mettre en évidence leur potentialité et leur dynamisme», a-t-elle ajouté, exigeant le respect des techniques de base du journalisme telles que le titre, le chapeau, l’accroche, l’angle (pertinence du point de vue traité), et le message essentiel.

Selon les organisateurs, ce prix traduit l’engagement de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et de ses partenaires pour l’avancement des médias, dont la liberté, la crédibilité et la viabilité sont essentielles au développement et à la pérennité d’une démocratie.

À rappeler que la quatrième édition du Prix du jeune journaliste en Haïti est organisée par l’OIF en partenariat avec le ministère de la Culture, les ambassades du Canada, de France, de Suisse, le bureau de la Wallonie Bruxelles International, l’UNESCO, la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL), le journal en ligne Mediapart, le Centre Pen-Haïti, le Réseau des bloggeurs d’Haïti (RBH), la Radiotélévision Pacific, le quotidien « Le National », Le Nouvelliste, l’agence haïtienne de presse en ligne « AlterPresse », le mensuel « Le Monde Diplomatique », Sûrtab et la librairie La Pléiade.



Réagir à cet article