Affaire PetroCaribe/ Analyse

Du danger de la dissuasion

Publié le 2018-11-22 | Le Nouvelliste

L’affaire PetroCaribe a ceci de particulier qu’elle peut à la fois être vue comme la chose et son contraire. La chose parce qu’elle cristallise l’ensemble des revendications d’une population à l’affût des biens publics et de toutes les formes de services dont l’ont toujours privé les pouvoirs publics. Son contraire puisque ce phénomène donne lieu à un capharnaüm de rationalités, les unes plus insidieuses que les autres. La vertu de ces modes subjectifs d’inscription politique consiste en la reproduction ou l’émergence d’acteurs aux motivations politicardes qui ont toujours caractérisé les élites politiques en Haïti.

Soulignons d’emblée que l’actuelle question « Kot kòb PetroKaribe a? »

entretient des déconvenues notamment chez ceux et celles qui s'en font le porte-étendard. Certains croient, à juste titre, à la reddition des comptes accompagnée de sanctions après la clarification des divers engagements des régimes impliqués. D’autres exigent la récupération stricte du fonds PetroCaribe parce que, selon eux, l’argent est thésaurisé quelque part par les dirigeants ciblés. Que ledit fonds revienne à la population purement et simplement, réclament ces derniers. Celle-ci saura en faire un meilleur usage puisque les gouvernements ont accaparé cette manne destinée à apaiser les déboires des plus nécessiteux.

Cette confusion sémantique donne alors lieu à trois rationalités à l’œuvre dans l’événement PetroCaribe. La première et la plus visible est celle qui incarne le ras-le-bol généralisé des Haïtiens du dehors et du dedans à l’égard de la gestion prédatrice des dirigeants des ressources du pays. Désignée Mouvement PetroCaribe Challenge par ses tenants, cette modalité d’action politique se veut optimiste. Son succès sur les réseaux sociaux peut allègrement en témoigner. Dénonciations, invectives, satires, révélations figurent parmi les instruments de cette posture citoyenne qui allie le pédagogique au politique.

La deuxième, qui est de l’autre côté de la barricade, mobilise la sophistique politique. Cette rhétorique tire sa légitimité en s’appuyant sur la proposition suivante : le mouvement PetroCaribe (Challenge) doit demander des comptes de l’ensemble des fonds dilapidés dans le pays. Du moins pendant les trente dernières années. Cette stratégie entend tétaniser et inhiber l’Haïtien (ne) lambda en faisant comprendre à celui-ci ou à celle-ci qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil de notre singulier petit pays ; que le dossier PetroCaribe est un truisme ; que le combat sera voué à l’échec s’il ne prend en compte tous les actes de malversation, de concussion et de dilapidation perpétrés par les régimes qui se sont succédé en Haïti ; que les résultats de la lutte contre la corruption seront partisans, partiels et victimes de myopie citoyenne.

L’arme de cette catégorie d’acteurs est d’autant redoutable que de l’enthousiasme de l’après-86 ne sont enfantés que des régimes populicides dans les œuvres et populistes dans le verbe. À une parole républicaine jugée répressive –le spectre du duvaliérisme- on a substitué des discours nihilistes. Le nihilisme ici, c’est ramasser le tout pour résoudre le tout sans partir d’aucun lieu. Or, au point de vue de l’action politique, c’est impossible, étant donné que tout combat se doit de pivoter sur un ancrage afin d’atteindre l’ensemble.

La dernière catégorie de rationalités reste, quant à elle, dans le no man’s land. Elle prend deux formes : l’opportunisme et le suivisme. L’opportunisme se voit en général dans la floraison des publications « militantes » sur les réseaux sociaux. L’activisme numérique devient alors le lieu de l’imposture. De la présence virtuelle à la participation réelle, tout est fait pour que le sujet soit vu, lu, liké et commenté. Ces individus, dont l’image sur Internet importe plus que la valeur citoyenne de l’option choisie (le mouvement Petro), y trouvent une aubaine pour se refaire une santé grâce au pétrocivisme institué.

Le suivisme partage, pour sa part, la plupart des traits de l’opportunisme. Cependant, celui ou celle qui en fait l’exercice est moins conscient(e) des machinations et stratagèmes dans lesquels il ou elle risque de s’engluer. Les questions de classes, de géopolitique, d’aliénation par la mondialisation lui échappent. Ce qui lui importe, c’est afficher une présence sans en mesurer les contours et les implications. Si le premier cherche à construire du capital symbolique par le biais de sa posture, le second reste happé par la hantise de la visibilité creuse oubliant que la citoyenneté passe par l’organisation concrète et renouvelée d’actions collectives.

Et la Terre continue de tourner…

À cet effet, Jean Philippe Vixamar de la BPH convie chaque Haïtien, à la rubrique Invité du jour de Radio Vision 2000, à mettre les pieds sur terre. Les formes de manifestation citoyenne sont légitimes, aux yeux du banquier désabusé, mais resteront insuffisantes tant qu’on ne parvient à démêler l’écheveau de la corruption en Haïti. Celui de PetroCaribe davantage, vu que le judiciaire, le scientifico-technique et le politique ont, dans leur déploiement, les mains et les pieds liés à la chose corrompue. Le judiciaire est vassalisé par l’exécutif bicéphale – le gouvernement et le législatif. Le scientifico-technique est soit pris dans l’engrenage du prêt-à-porter académique, soit écrasé par le puritanisme idéologique qui a connu ses années de gloire durant le XXe siècle. Le politique, à la fois artisan et victime de la déchéance, ne dispose que de la contrepartie de l’argent pour assurer sa permanence.

L’affaire PetroCaribe nous subjugue à un point tel que nous oublions que les friandes armes des vrais maîtres de Martissant, Grand-Ravine, Ti-Bwa, Cité de l’Éternel, Cité de Dieu ne cessent de retentir au grand dam des paisibles citoyens qui gagnent douloureusement leur pain quotidien. Que le budget qui a provoqué les remous de jadis soit sur le point d’être reconduit, s’il ne l’est déjà; que des décaissements importants soient effectués par les pontes de l’administration Moïse-Céant au nom d’activités pour le moins perplexes; que trois instances de l’État- un tribunal de première instance, le parquet de Port-au-Prince, la Primature- investissent ledit dossier en créant plus de confusion au lieu de dégager une voie capable d’apporter les réponses attendues, qu’enfin le séisme du 6 octobre 2018 ne nous ait pas invités au combat résolu pour la préservation de notre écologie. Peut-être serons-nous tous morts avant de voir les contrevenants expier leurs forfaits. Pas comme l’a entrevu Délira. Mais pour de bon. En un cliquetis.

Il semble qu’au-delà de la noblesse du combat PetroCaribe d’autres mobiles sont en jeu. S’il y en a qui poursuivent, à leur corps défendant, la vérité, la justice, le bannissement de l’apartheid établi, d’autres cherchent à prendre le relais aux politiciens du terroir par l’usage d’une rhétorique spécieuse et insidieuse reprenant les schèmes traditionnels avec les atours du numérique. À l’heure actuelle, nous devrions pas seulement nous demander si les coupables de la mauvaise gestion du fonds PetroCaribe seront punis ou absous. Leur sort est déjà connu. Les luttes sont là pour le prouver. Veillons à ce que le mouvement PetroCaribe, par-delà les épithètes dont on peut l’affubler à longueur de tweets ou de posts, ne soit pas l’arbre qui cache la forêt. Sachez que la détonation n’est pas trop loin.

Jenny Williamson Casimir Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".