Autre que la politique, que fait Moise Jean-Charles ?

Il est particulièrement connu, ses dernières années, pour ses positions tranchantes à l’endroit de la présidence de Michel J. Martelly. L’ancien sénateur du Nord, Moise Jean-Charles, n’occupe plus avec la même ferveur la scène politique, du moins l’espace médiatique haïtien. Mais, en arrière-plan de sa vie politique, se cache le père de famille prudent, qui mène une vie plutôt modeste. Il s’est confié sur le plateau de l’émission « Haiti sa k ap kwit », le vendredi 26 octobre 2018, présentée sur la chaîne 20.

Publié le 2018-11-06 | Le Nouvelliste

National -

Cela fait 28 ans depuis qu’il s’engage activement dans la politique du pays. Avant qu’il soit élu sénateur de la république, Moise Jean-Charles avait été choisi à trois reprises par la population comme maire de la commune de Milot, où il a pris naissance le 20 avril 1967. Celui-ci a étudié les sciences comptables en Haïti et la communication politique à Cuba. En plus du parti politique « Pitit Dessalines » qu’il dirige, le leader mène actuellement la barque d’une organisation internationale paysanne de l’Amérique latine dénommée « Chimen peyizan »/ El Camino de campesino).

Depuis qu’il a quitté le Sénat de la république en 2014, le sénateur, outre certains supports qu’il bénéficie de certaines personnalités, s’adonne à fonds, dans sa ville d’origine, dans les plantations de café et de cacao qui lui font gagner de l’argent. Les membres du parti politique « Pitit Dessalines » qu’il dirige depuis des années le prennent également en charge, révèle-t-il.

Marié, Moise Jean-Charles est père de 6 enfants, dont un est actuellement en Haïti, deux à Cuba et trois autres à Miami. L’ancien sénateur préfère épouser une vie simple et modeste, jusque-là, qui le pousse à ne pas effectuer trop de dépenses. « Je vis simplement. Je mange n’importe quoi. Je dors dans n’importe quel endroit. Je ne complique pas ma vie. Je mène une vie qui ne mets pas dans une condition me poussant à dépenser tout le temps…», confie Moise Jean-Charles sur le plateau de l’émission.

Pour les questions de santé, le leader politique a carte blanche à l’Hôpital Bernard Mevs (où il reçoit des soins gratuitement), ou bien il se rend au pays de Fidel Castro, à Cuba pour les « check up » réguliers. Pour le moment, l’ancien adversaire de Michel Martelly, qui n’achève toujours pas une maison en construction depuis 13 ans, vit, à Milot, dans la maison de sa défunte maman. À Port-au-Prince, il ne possède aucune maison. Au contraire, il paie convenablement son loyer, comme le citoyen lambda.

Moïse Jean Charles, qui participe tout le temps à des réunions, ne sort que par nécessité. Il quitte sa maison pour des rencontres politiques, une manifestation ou un entretien dans un média (nécessitant son déplacement). « Vous n’allez pas me retrouver dans la rue, à la plage, dans les soirées dansantes. Je ne vais pas facilement chez les gens… », a déballé le leader politique. Outre quelques activités sportives, le seul loisir auquel se livre le politicien est le « domino », qu’il joue en compagnie de ses proches à Milot.

Par ailleurs, analysant le bilan des 20 mois du président Jovenel Moïse au pouvoir, l’ex-sénateur Moïse Jean-Charles reconnaït que Jovenel Moise avait lancé de bonnes idées, particulièrement avec la question de la dédollarisation sur le marché. L’acteur politique souligne qu’il avait toutefois prévu que la décision n’allait pas faire long feu, parce qu’elle a été anticipée. Pour lui, il fallait investir dans l’agriculture, la production nationale, stabiliser le système bancaire et contrôler l’importation sur le marché. Telle n’a pas été la démarche du président, à en croire le chef de Pitit Dessalines.

Plus loin, Moïse Jean Charles critique aussi à l’opérationnalisation de la Caravane du changement lancé dans le pays par le président. Le leader politique estime que la caravane a pulvérisé l’État. « Jovenel Moïse fait de la caravane un petit État dans l’État. La décision n’a pas été prise en synergie avec l’État haïtien. L’argent qui devrait alimenter le secteur de la santé publique, l’éducation nationale, les collectivités (mairie), les employés des consulats et ambassades…. », déplore-t-il.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".