Rosny Dave Azémar, de lauréat en lauréat

On ne présente plus Rosny Dave Azémar au collège Saint-Joseph du Cap-Haïtien dont il est le deuxième lauréat en terminale. Premier lauréat à la Faculté de médecine de l'UEH et à celle de l'UNDH, 1er lauréat aussi à la Faculté d'odontologie de l'UEH et 14e au concours d'entrée de la Faculté d'agronomie de l'UEH. Ctte année, Rosny Dave Azemar s'est révélé un phare pour le système éducatif haïtien à la faveur d'un clair-obscur assoiffé de génie.

Publié le 2018-11-07 | Le Nouvelliste

National -

Né à Port-au-Prince en 2000, Rosny Dave Azémar a été amené la même année au Cap-Haïtien où il a été élevé en «dignité» malgré ses conditions de vie modeste.

Tout petit, Rosny Dave Azémar a été vu comme un noyau d'espoir qui donne un infrangible grain de vigueur à sa famille composée de 3 enfants, dont il est l'aîné. «Je dois mon excellence à mon père», dit-il en début d'entrevue.

Au Collège Saint-Joseph en primaire, Rosny Dave Azémar ne se savait pas intelligent. Pour lui, tout se joue au caprice discrétionnaire d'un père qui gère tout d'une main de fer.

«Mon père est d'une rigidité telle dès le début de mon parcours académique, tout était programmé avec l'exactitude d'une ménagère économe. Le temps d'études, le temps de sommeil, le rythme, les notions apprises, rien n'était laissé au hasard», se souvient Azémar.

«À la réception du bulletin, il regarde la note finale puis la note pour chaque matière et cela se termine toujours par une liste de recommandations qui visent à hisser l'étandard au sommet jusqu'à la première place», poursuit Rosny Dave Azémar.

Rosny Dave Azémar vit sous la coupole de ce que Paul Éluard aurait considéré comme «la dictature des métamorphoses».

Au bout d'un moment, il a compris que le rigorisme de son père ne peut pas être sa seule source de motivation. Ainsi, il se rappelle avoir trouvé refuge dans la concurrence.

«Je voulais être au moins parmi les trois premiers lauréats. Je me battais, chaque année, comme si c'était l'ultime combat», se rappelle-t-il.

Malgré ses résultats satisfaisants, Azémar ne se confinait pas dans l'accomplissement du parvenu.

Il était un guide, un conseiller et un professeur de doublure pour ses camarades. «C'est étonnant, quand j'ai commencé à travailler avec eux, j'ai appris beaucoup de choses de moi-même», avoue-t-il.

Trop modeste pour faire de la concurrence, le moteur de sa motivation. En 9e année fondamentale, un incident allait le pousser à changer de paradigme.

En effet, Rosny Dave Azémar était tombé malade à un point qu'il ne pouvait plus se rendre à l'école. Au cours du mois passé à l'hôpital, il était très triste à l'idée de devoir reprendre l'année académique. «Mes professeurs me disaient toujours qu'il est facile de perdre une année, mais il est impossible de la rattraper. Dans l'espoir d'une convalescence, je demandais à mes amis de m'apporter les notes à l'hôpital», confie Azémar, la voix pleine d'émotion. À la fin, il a terminé deuxième lauréat de sa promotion.

«Je me suis dit si, malgré la maladie, j'ai pu passer cette année avec brio, à fortiori, je dois tout donner quand je suis en bonne santé. J'ai étudié comme si la maladie, les mauvais moments pourraient arriver à tout moment.»

Guidé par cette conviction, il s'habitue à ignorer ce qu'il craint comme le chevalier de la charette. Depuis, c'est une cascade de sacrifices pour lesquels sa révélation aux concours d'admission n'est qu'un début de couronnement.

Quand on lui demande le secret de sa réussite, il hésite. Pendant un moment, c'est l'arrêt immense, la cessation épique. Parce qu'il n'existe pas de formule magique, souligne-t-il. Il s'amuse à répondre avec l'ingéniosité d'un petit prince: «Je ne dors jamais en salle de classe.»

Rosny Dave Azémar est semblable aux jeunes que l'on a l'habitude de voir tous les jours. Il n'est pas tombé du ciel, sa réussite non plus. C'est le fruit du travail d'un jeune qui suit ses cours et qui se lève tôt le matin. Il croit aussi qu'il est le résultat d'une appropriation collective. Sa famille, ses amis, son école.

Son mentor, le Dr Doccy Delvalès, voit en lui un homme qui garde son cap à toute épreuve. «Il a perdu sa grand-mère au début de sa préparation. Les choses n'étaient pas faciles. Cependant, on n'a jamais vu un signe de fatigue, encore moins de découragement. Pendant les émeutes de 6,7 et 8 juillet, il a passé 3 jours à travailler "on line" avec les autres postulants», souligne le Dr Doccy Delvalès, fondateur de Memento préfac.

Les rêves pleins la tête et une histoire à revendre. Rosny Dave Azémar croit qu'il a juste gagné le droit de continuer dans le monde universitaire. Il apporte ce que Sylvie Germain aurait appelé «un vent de voix, une polyphonie de souffle» qui peut apporter des espoirs insoupconnés au pays ; pour peu qu'on y tende l'oreille.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".