PetroCaribe: Jean-Henry Céant annonce la création d'une commission indépendante

Plus d'un mois depuis qu'il est à la tête de la Primature, Jean-Henry Céant se plonge enfin dans le dossier PetroCaribe. En effet, pour montrer que la recherche de la vérité dans cette affaire constitue sa priorité, le Premier ministre a annoncé, le lundi 22 octobre 2018, la création d’une commission indépendante. Une action qu'il compte poser afin, dit-il, d’arriver à un procès juste et équitable, qui se déroulera dans la transparence.

Publié le 2018-10-22 | lenouvelliste.com

La commission indépendance sera constituée de différents secteurs et personnalités crédibles de la société, à en croire le Premier ministre. « La presse, l’université, le secteur religieux, des personnalités qui représentent le mouvement Petrochallenge, de membres de la société civile organisée, du secteur privé des affaires, du Collectif du 4 décembre, des organismes de défense des droits humains, des partis politiques, des intellectuels, des associations patronales, des chambres de commerce, la fédération des barreaux, l’Ordre des comptables agréés, Religions pour la paix » seront contactés par le PM pour intégrer cette commission.

Jean-Henry Céant souligne qu’une firme étrangère, que ladite commission aura désignée, sera placée à sa disposition aux frais de la République, pour faciliter la recherche de la vérité, tant dans les audits, les contrôles, mais surtout la traçabilité de l’argent PetroCaribe. Ce qui, selon lui, permettra d’identifier les coupables. Le gouvernement promet, a assuré son patron, de laisser la justice faire son travail, même s’il va le superviser. Le chef de la Primature explique que cette action cadre avec l’engagement qu’il dit avoir pris devant la nation de combattre la corruption, au moment où il présentait au Parlement sa politique générale.

« La lutte contre la corruption et la recherche de transparence sont en effet au centre de mon agenda, de ma feuille de route et de celle que je transmettrai à chacun de mes ministres. Je suis prêt à faire face, avec détermination et constance, à toute tentation au sein de mon gouvernement de tirer les avantages indus liés à la position ou au rang dans l’exercice de nos fonctions.

Des dispositions seront prises pour intensifier les efforts dans le cadre de la lutte contre les détournements de fonds et la prévarication. A cet effet, mon gouvernement accordera une attention particulière à la finalisation des enquêtes, dans les meilleurs délais, sur l’utilisation des fonds PetroCaribe. J’appellerai tous les organes et instances de l’Etat à jouer leur rôle dans la recherche de la vérité, toute la vérité. Je demanderai, au besoin, la collaboration des partenaires d’Haïti, dans la recherche de la vérité et la récupération de fonds indûment acquis…», a repris Jean-Henry Céant, comme pour rappeler son engagement pris au Parlement.

En effet, le Premier ministre dit avoir reçu un document du Sénat de la République impliquant 25 compagnies dans le dossier PetroCaribe. Me Céant a demandé aux différents ministères et organismes de l’Etat concernés de placer à sa disposition tous les contrats y relatifs. Un « task force » a même déjà été constitué avec certains ministères et des spécialistes de la Primature qui vont analyser tous les documents relatifs audit dossier, a informé le chef de la Villa d’accueil. Ce dernier dit avoir passé des instructions à des institutions travaillant dans le domaine des crimes financiers dont l’ULCC, l’UCREF, IGF (Inspection générale des finances). Il souligne également avoir demandé au commissaire du gouvernement de faire le suivi des différents dossiers qui lui sont parvenus dans l’affaire PetroCaribe, tout en renouvelant son engagement à fournir tous les moyens nécessaires aux institutions de l’Etat pour apporter un éclaircissement sur ladite affaire.

Tant au niveau du secteur privé que du secteur public, le Premier ministre veut que l'entière vérité soit dévoilée concernant l’utilisation du fonds PétroCaribe. « Il n’y a pas de corrompus sans corrupteurs », dit-il, assurant que personne ne sera au-dessus de la loi dans le cadre de ce dossier qui, insiste-t-il, s’inscrit dans une lutte globale engagée contre la corruption, la contrebande, pour la transparence surtout dans les affaires économiques et financières du pays.

« Nous avons décidé, avant de plier bagage, de laisser un pays sur la voie de l’éradication définitive, irréversible de la corruption dans l’Etat et la recherche de la bonne gouvernance pour fonctionner et travailler comme tout autre pays, en cessant d’occuper les dernières places de différents classements», conclut Jean-Henry Céant.



Réagir à cet article